La cahute / 1

5 minutes de lecture

Soutenu par deux baribes, homme et femme, Zephyr fut trainé jusqu'à une petite cahute à quelque distance de là, suivi de ses compagnons. La petite jeune fille donnait aux baribes des ordres sur un ton décidé, sans leur laisser la moindre initiative. A sa demande, ils allongèrent Zephyr sur le sol de paille, dans ce petit réduit où l'on ne trouvait que quelques outils, un petit foyer, et des vêtements empilés dans un coin.

- C'est une sacré blessure, murmura Talixan, qui l'examinait attentivement, mais rien de crucial n'est touché. Tu vas garder de belles estafilades dans le dos, les plaies sont profondes, mais je pense que tu n'as rien de cassé.

- Sommes-nous en sécurité ici ?

Le chasseur lança un regard à la demoiselle, qui répondit dans un silien parfait :

- Je m'appelle Kanoo, vous êtes sur les terres du seigneur Lamier. Ici, l'ordre règne - le seigneur a une bonne milice. Les brigands qui vous pourchassaient ne traîneront pas dans le coin, ou ça cuira pour eux.

Tout en parlant, elle prit un linge mouillé et le passa sur la plaie du blessé. Sans même les regarder, elle renvoya les baribes aux champs.

- Merci de votre sollicitude, lança Talixan. Mon ami est épuisé, il va avoir du mal à récupérer de sa blessure. Pourriez-vous nous laisser dormir ici deux ou trois nuits ? Nous vous paierons en gibier - je suis chasseur. D'ailleurs, je ne me suis pas présenté, je suis Talixan, quant à notre blessé, c'est... Amilcar... Et ce jeune garçon s'appelle Stepo. Stepo ! Ne reste pas à la porte, s'il te plaît, tu reverras les baribes plus tard.

- Vous pourrez dormir ici, mais il faudra rester discrets. La milice n'aime pas que des étrangers se promènent sur le territoire du seigneur.

Pendant que Kanoo finissait de laver les plaies béantes, le vieil homme sortit de son sac quelques herbes désinfectantes. Zephyr serrait les dents, et gardait yeux et poings fermés. Lorsque le dos fut enfin propre, Talixan y applica une première couche d'herbes. Il prit ensuite une chemise dans le sac de Zephyr, et la coupa en larges lanières, de façon à pouvoir les nouer autour de son torse sur une bonne partie de sa hauteur.

Zephyr dut se maintenir au-dessus du sol pendant cet exercice. Il en profita pour déserrer les dents :

- Cette nuit, c'est la lune verte, n'est-ce pas ?

- Oui, avec la rose à l'horizon un peu avant l'aube. Talixan avait répondu machinalement, et sursauta en comprenant soudain que si Zephyr posait cette question, c'est qu'il envisageait de pratiquer un sort. Il se tut néanmoins. Il est vrai que Zephyr avait déjà mentionné qu'il s'était essayé à la magie avec la sorcière qui l'avait pris sous sa coupe. S'il avait moyen d'accélérer sa guérison, ça valait le coup d'essayer. Mais auraient-ils l'occasion de rester seuls suffisamment longtemps pour qu'il puisse s'exécuter ? Il décida d'interroger Kanoo sur sa vie et celle des baribes qui travaillaient à ses côtés.

- Vous vivez ici ? Avec les baribes ?

- Oui c'est mon équipe. J'ai le hamac là-haut, mais je pourrai le prêter pour votre compagnon. Eux dorment sur la paille, de ce côté.

- Comment se fait-il que vous travailliez près de Bel-Sarm, et que vous parliez notre langue ?

- Je suis née dans une sablière, je suis une mesmèze des sables. Mais... je ne me souviens pas du nom de ma sablière... dit-elle comme si ses interlocuteurs allaient lui reprocher ce détail. A six ans, j'ai été capturée par des zagarites, lors d'un raid qui avait pris mon clan par surprise. J'ai été emmenée comme esclave, avec d'autres enfants du clan. En fait, nous êtions trop petits pour effectuer de vrais travaux, alors nous êtions trimbalés comme du bétail, à cette époque. Nous avons marché, des semaines entières, quasiment pas nourris, et menés au fouet. Mon meilleur ami est mort sur la route, et personne ne s'est baissé pour s'occuper de lui.

Elle respira un grand coup, et braqua son regard vif droit dans les yeux de Talixan. Zephyr s'était rallongé, mais ouvrait lui-même de grand yeux, ne voulant pas manquer une miette de ce récit inattendu.

Kanoo reprit :

- J'ai été mise en vente dans un camp, quelque part dans ce que vous appelez les duchés du nord. Un homme représentant le seigneur Lamier m'a achetée, ainsi que quelques autres compagnons du moment. J'avais donc 7 ans lorsque je suis arrivée dans une charette. J'ai immédiatement commencé à travailler pour la propriété. D'abord aux potagers. Comme je logeais avec les jardinières, et que je voyais beaucoup de monde, j'ai vite appris la langue. Je me débrouillais plutôt bien aux potagers, et Ils m'ont fait confiance. Lorsque le seigneur a acquis les baribes, il m'en a attribué quelques-uns. Je crois que personne n'était volontaire pour s'en occuper ! Notre mission, c'est de creuser les canaux, comme partout ailleurs.

- Comme partout ailleurs ?

- Ben, oui. Elle jeta un regard interrogateur aux deux hommes. Tout le monde creuse des canaux ici, pour irriguer les champs. Le seigneur veut rattraper notre retard, si bien qu'il faut qu'on mette les bouchées doubles. Dans la plupart des propriétés à côté, ils ont creusé leurs canaux il y a deux ans. Ça change tout : les plantations s'agrandissent, les céréales poussent dru et haut, et on n'a même plus assez de place pour ranger les récoltes !

- Mais d'où vient l'eau ?

- Du Jorrou, bien sûr.

- Quoi ? Vous détournez l'eau du Jorrou pour arroser les plaines de Bel-Sarm ?

Zephyr prit un air aussi scandalisé que Talixan. Il n'avait jamais entendu parler de cette opération - clairement, elle n'avait pas été concertée avec les autres Ducs. Si l'eau du Jorrou était massivement détournée à sa sortie des montagnes, la sécheresse n'en serait que plus terrible dans les duchés du Sud.

- Oui, confirma Kanoo, surprise de la réaction de ses interlocuteurs. C'est ma mission : je dirige un groupe de baribes, on creuse les canaux, les jardiniers tirent le meilleur parti des champs, et pour finir le seigneur s'enrichit.

- Mais, reprit Talixan, comment se fait-il que des baribes qui font presque deux fois votre taille vous obéïssent ? Vous n'avez pas de soucis avec eux ?

Kanoo eut un petit rire en hoquets :

- Mais non ! Ils sont gentils. Leur commander est un jeu d'enfant. Enfin, il faut juste penser à tout à leur place. Si on oublie un détail, on court à la catastrophe. Mais ils obéïssent, ça oui, bien sûr, puisqu'ils sont drogués.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Défi
Kyliria

Le coeur n'est qu'un organe
Le vide est existant
L'abandon est un acte
Cruel mais réaliste
L'adoption est un acte
Beau mais idéaliste
La tristesse est un temps
La vie une membrane

Se débattre pour vivre
Pleurer, en être ivre
Sourire est un masque
Frapper, une bourrasque

La famille est fragile
Instable, désordonnée
Mon corps est un vigile
Mon âme est paniquée

La paix a été loin
Loin de moi et mes peurs
Cachée dans un recoin
Je me tais de stupeur

La voilà revenu
Timide mais acharnée
Cette paix m'est inconnue
Cette peur enracinée

Telle une fleur poussant
Mon coeur en est en sang
Où est la trahison ?
Crissement d'un violon ?

Je veux croire en la paix
Attraper ce crochet
Ma peur est plus grande
Je le rate et me viande

Ma vie est une chute
Je me relève
Je cours
Je cris
J'aime
Je hais

Mon enfance était un puits sans fond d'où je remonte peu à peu
Ma tristesse et mes peurs sont mes armes et me servent de pieu

2
4
1
1
Défi
Fanwtome
Le fameux secret sur l'amitié !
9
34
0
0
Véro

Je me souviens de cette vieille maison en pierre, perdue au milieu des montagnes. Pour y aller, il nous fallait suivre une route étroite en lacets, serpentant entre les chênes verts et les buis. Comme elle me semblait haute, alors, cette montagne ! À chaque virage, les toits rouges des maisons du village en contrebas paraissaient de plus en plus petits. Dans le fond de la vallée, une rivière au cours tranquille dessinait une route argentée au milieu des oliviers.
Puis la route s’arrêtait, remplacée par un chemin de terre, longeant des champs d’herbes jaunes brûlées par le soleil ardent de juillet. Mon père roulait doucement sur ce chemin accidenté délimité par des murets en pierre sèche. Je regardais les prés, la forêt, la montagne, impatiente de retrouver mon terrain d’aventures. Le chemin menait à une ferme sur la gauche, puis continuait un peu plus loin. J’ouvrais la fenêtre en grand pour sentir l’odeur des vaches. Pour moi, enfant de la ville, c’était l’odeur des vacances.
Puis le chemin s’arrêtait devant la maison. Enfin, nous étions arrivés ! Je m’empressais de sortir de la voiture pour aller courir dans le pré voisin, me cacher dans les herbes hautes qui m’arrivaient à la taille. Puis je retrouvais avec plaisir mon arbre préféré, mon refuge, sur lequel j’aimais grimper et cacher mes trésors glanés dans la nature.
A l’intérieur de la maison, il faisait sombre et frais. Elle sentait le feu de bois et la poussière. Des mouches se pourchassaient en bourdonnant, se posaient sur la table ronde en bois, puis s’envolaient. Ma sœur les chassait, agacée, ce qui les faisait revenir aussitôt. Je montais, mon petit sac sur le dos, sur une échelle en bois pour accéder au grenier où se trouvait ma chambre. De chaque côté du toit, deux fenêtres laissaient passer la lumière, éclairant le sol recouvert de plancher et les lambris sur les murs. Les lattes craquaient lorsque je marchais, et les jours où le vent soufflait, j’avais l’impression d’être dans un bateau. Je m’installais sur le hamac attaché entre deux poutres, où je me laissais balancer doucement, fermant les yeux. Je partais pour l’île au trésor…
Un mois filait ainsi. Je passais mon temps dehors, à me perdre dans la nature à la recherche de petits trésors que je cachais soigneusement, ou à chercher des passages secrets dans les maisons en ruines que je trouvais parfois, au détour d’un sentier. Aux heures chaudes, je me terrais à l’ombre dans mon grenier, lisais les aventures du Club des Cinq puis finissais par somnoler dans mon hamac. A la fin de l’après-midi, ma mère me donnait un bidon en fer blanc, et je partais chercher le lait à la ferme. Le fermier me faisait goûter le lait tiède, tout juste trait. Mmm, quel bon goût il avait !
Parfois, nous descendions au village. En sirotant un diabolo grenadine, assise à une terrasse à l’ombre des platanes centenaires, je suivais du regard les hirondelles, virevoltant avec des cris joyeux. Au milieu de la place, une fontaine chantait. Je plongeais les mains dans l’eau limpide pour me rafraîchir le visage, buvait tout mon soûl et finissais par éclabousser ma sœur en riant. Les gouttes d’eau tombant au sol y traçaient un chemin éphémère, vite asséché.
Le mois que nous passions dans cette maison filait vite, beaucoup trop vite. J’oubliais la ville, passant tout mon temps dehors. Mais le moment arrivait où il nous fallait repartir. Le cœur serré, je regardais s’éloigner la maison, me promettant, lorsque je serai grande, de m’installer ici pour toujours…

2
15
10
2

Vous aimez lire Histrion ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0