Chapitre 35 : "Tu es ma lumière dans toute cette noirceur."

12 minutes de lecture

Je venais d'arriver dans la fameuse salle du sous-sol et en regardant autour de moi, je me sentis impressionné. Elle était grande et surtout, remplie de monde. Des sièges sur des hauteurs différentes se trouvaient des deux côtés de la pièce, entourant un sol plat, nu et assez vaste qui allait sans doute voir arriver les deux futurs combattants. Mais en cet instant précis, la personne attendue n'était apparemment pas celle que je pensais.

Lorsque nous arrivâmes dans la salle, le silence se fit et tous les regards convergèrent vers nous. Ou plutôt, devrais-je dire, vers moi... Je me sentis tout d'un coup oppressé et je me stoppai. L'homme aux mains tatouées s'en rendit compte et se retourna. Il me regarda quelques secondes avant de faire de même avec les gens qui nous fixaient et sembla comprendre pour quelle raison je m'étais figé.

-Venez, dit-il d'un ton ferme mais plus doux que précédemment.

Sa voix me rappela à l'ordre et je détournai mes yeux de la foule pour les poser sur sa forte carrure. Son air assuré me fit me reprendre et je hochai la tête, lui signifiant de cette manière que j'étais prêt à le suivre. Il se tourna de nouveau et nous reprîmes notre chemin jusqu'à la rangée la plus haute qui ne contenait que quelques fauteuils. Personne n'y était assis, semblant attendre ses invités de marque puisqu'un peu en retrait des autres. Ça n'aurait pas dû m'étonner, j'étais après tout, l'époux de leur chef. Je m'assis donc sur le siège que me montra l'homme de main de Kyle sous les regards curieux avant que celui-ci ne se place à mon plus grand étonnement, debout à côté de moi. J'avais l'impression qu'il était là pour assurer ma protection. C'était assez gênant... Depuis quand étais-je devenu une personne si importante qu'elle devait être protégée ? Oui... Bon... Question stupide...

J'essayai de ne plus y penser et décidai d'observer ce qu'il y avait autour de moi. Ma première impression était que je détonnais complètement parmi eux. Ils étaient tous si semblables dans leur manière d'être vêtu et leur posture, dégageant quelque chose de dangereux et une certaine assurance que je ne possédais absolument pas ! Heureusement, je n'étais pas trop mal habillé ou en tout cas, pas trop en mode « décontracté ». Je portais un pull blanc à la coupe élégante et un jean noir. Niveau couleurs, j'étais donc plutôt assorti ! C'était toujours ça !

J'entendis la porte de la cave s'ouvrir de nouveau, ce qui me fit sortir de mes pensées. Le silence se fit et les regards convergèrent maintenant vers les nouveaux venus. Je pensais voir apparaître Kyle mais ce ne fut pas lui qui arriva. Un homme qui devait être un peu plus vieux que mon époux, peut-être une petite quarantaine d'années, venait d'entrer, suivi par une femme et un homme qui devaient travailler pour lui car ce dernier portait des vêtements alors que le premier était torse et pieds nus et ne portait qu'un pantalon noir comme Kyle que j'avais vu précédemment. Et la femme, elle, tenait un sabre dans son fourreau. Les choses sérieuses allaient commencer...

Ils se dirigèrent à l'extrémité de la « piste » que les rangées de sièges entouraient et s'immobilisèrent. Ils devaient sans doute attendre mon mari. Celui-ci ne se fit pas attendre. Très peu de temps après leur arrivée, Kyle fit son entrée. Tous les regards se portèrent alors sur lui. Mon époux... Si beau et si charismatique...

Sûr de lui, il s'avança et partit prendre place à quelques mètres de son adversaire. L'homme et la femme qui étaient extérieurs au combat, les laissèrent, non sans avoir tendu des deux mains pour cette dernière, le fourreau devant leur patron qui le prit et en sortit le sabre. Un homme travaillant pour Kyle et qui l'avait suivi, se dirigea alors vers lui, muni également de son fourreau et reproduit les mêmes gestes. En face de mon mari, il lui tendit ces deux mains sur lesquelles l'arme reposait et Kyle l'attrapa avant d'en sortir son sabre, puis il le laissa.

Le silence était pesant et toute l'attention était portée sur les deux hommes torses nus restant au centre de la pièce, à la même carrure et aux tatouages de dragons similaires qui donnaient cette impression dans pareil instant, d'être en vie, d'être réels et d'être sur le point de combattre l'un contre l'autre, eux aussi. Les deux hommes se jaugeaient, sabre à la main. Celui qui faisait face à mon mari se pencha, semblant le saluer, puis Kyle fit de même. C'était le signal, semblait-il, car sans plus d'attente, le combat commença. Les premiers mouvements furent si vifs que je crus, dès les premières secondes, qu'un des deux allait déjà être blessé. J'étais tendu, mes mains serrant les accoudoirs de mon fauteuil. J'avais peur. Oui, j'avais vraiment peur pour Kyle...

C'est alors que je vis mon époux recevoir un coup si puissant qu'il tomba sur le sol. NON ! Je me redressai, serrant de plus en plus fort les accoudoirs, le cœur battant à un rythme très rapide. Kyle roula sur le sol avant que le sabre de son adversaire ne l'atteigne et en se relevant d'un mouvement leste, parvint à blesser l'autre homme en le coupant de son arme tranchante dans l'abdomen. L'instant sembla se figer. L'homme passa sa main sur sa blessure et regarda le sang qui y coulait. Elle ne devait cependant pas être mortelle puisque je vis de la haine se peindre sur son visage avant qu'il n'attaque de nouveau Kyle, plus énergique que jamais. Ce ne fut que succession de coups, de coude, de pied, de poing, de sabre dans des gestes aériens. Ça me faisait penser à une danse, à une chorégraphie parfaitement travaillée, tant les mouvements ne s'arrêtaient presque jamais. C'était effrayant car je savais qu'à un moment, l'un des deux combattants tomberait. Et j'espérais de tout mon cœur que ce ne serait pas Kyle...

Le temps s'écoula dans une angoisse de plus en plus prégnante. Elle brûlait chaque parcelle de mon être. Je savais ce que ça voulait dire. Que j'étais bien plus attaché à Kyle que je ne voulais l'admettre... Et ce n'était pas une bonne nouvelle. Mais si je devais être franc, ce n'était pas non plus si étonnant. J'avais de plus en plus de mal à imaginer ma vie sans cet homme déroutant et autoritaire qu'était mon mari à mes côtés.

Bon, il ne valait mieux pas trop y penser ! Ce n'était pas vraiment le moment ! Je sortis donc de mes réflexions et reportai toute ma concentration sur le combat qui se déroulait sous mes yeux.

Je ne saurais dire depuis combien de temps le combat avait commencé mais les deux adversaires étaient à présent couverts de sueur, de marques de coups et de coupures sanglantes. Il était dur de deviner lequel des deux allait être le vainqueur. Depuis le commencement, ils étaient de force et d'agilité égales. Parfois, l'adversaire de Kyle était au sol et d'autres fois, c'était Kyle qui s'y trouvait. Ça ne durait jamais longtemps. Aucun des deux ne relâchait son attention.

Et puis, arriva le coup qui mit fin au combat, me faisant me lever sous la tension du moment mais l'homme aux mains tatouées me fit rasseoir un peu sèchement en posant brusquement sa main sur mon épaule. L'adversaire de Kyle se figea, le visage déformé par l'étonnement et la douleur, et son sabre tomba. Il baissa alors la tête pour découvrir celui de mon mari qui venait de le traverser en plein milieu de son abdomen, non loin de la première blessure qui lui avait été infligée, et sortant de son dos. Mon cœur s'arrêta. Lorsque j'assistais à ce genre de scènes horribles, j'avais toujours cette impression que ce n'était pas réel, que je me trouvais dans un cauchemar et que j'allais me réveiller...

Malheureusement, Kyle ne s'arrêta pas là puisqu'en le regardant bien dans les yeux, je le vis enfoncer doucement son sabre dans le torse de l'homme qui hurla de surprise et de douleur en serrant les poings jusqu'à ce que son manche touche sa peau. Ce ne fut qu'après de longues secondes qui me parurent une éternité, que Kyle fut enfin satisfait et retira son sabre du corps meurtri de cet homme d'un geste vif. Ce dernier s'écroula sur le sol dans un bruit sourd. Le vainqueur se tourna alors vers son public qui se leva et d'un même mouvement, s'inclina devant lui. L'homme aux mains tatouées à mes côtés fit de même. Mon époux se tourna vers tous, s'assurant de leur loyauté. Son regard finit par se porter sur moi qui étais debout également mais contrairement aux autres, je ne m'étais pas incliné. S'attendait-il à ce que je le fasse ? Nos regards restèrent accrochés l'un à l'autre durant de longues secondes. Nous en oubliâmes le reste du monde qui nous entourait. Finalement, Kyle se tourna et se dirigea vers la sortie, me laissant cette impression que j'avais encore fait une énorme connerie. Une fois que le bruit de la porte qui se ferme se fit entendre, tous se redressèrent. C'était terminé.

Des hommes se dirigèrent rapidement jusqu'à l'adversaire de Kyle, presque inconscient sur le sol. Il bougeait encore et ça me soulagea. Peut-être qu'il avait encore une chance de s'en sortir. Je l'espérais en tous cas. Ils le portèrent et sortirent à leur tour, suivi du reste de la foule. Peu à peu, la pièce se vida. En dehors des premières personnes qui s'occupaient du blessé, ce ne fut pas dans la précipitation, ils étaient tous très calmes contrairement à moi et mon cœur qui battait à cent à l'heure.

-Il est temps d'y aller.

La voix de l'homme de main de Kyle me fit sursauter. Je lui jetai un regard et il commença à descendre les marches, le visage impassible. Était-il soulagé que son chef ait gagné ce combat ? Dur à dire. Cet homme était tellement inexpressif... Au moins, lui aussi avait fait allégeance en s'inclinant comme les autres !

Nous marchâmes jusqu'au bureau de Kyle en ne croisant personne. Il m'ouvrit la porte et me laissa entrer avant de la refermer derrière moi, me laissant seul de nouveau avec mon sadique de mari qui s'employait à nettoyer son sabre comme si de rien n'était, sans aucune émotion inscrite sur son beau visage. N'y avait-il pas plus important comme nettoyer ses blessures par exemple ?!!

Je n'osais pas bouger, j'attendais qu'il se tourne vers moi mais il ne le fit que lorsque sa tâche fut terminée et son sabre, rangé dans son fourreau et posé sur le bureau. Ses yeux sévères se plongèrent alors dans les miens.

-Alors, tu as apprécié le spectacle ?

Quoi ? Il en parlait comme si ce qui venait de se passer n'était pas important ! Mais putain ! Il avait risqué sa vie !

-Tu m'énerves ! chuchotai-je sans réfléchir sous la colère que je ressentais, et les poings serrés.

Sa réaction ne se fit pas attendre. Il se dirigea d'un pas rapide jusqu'à moi avant de m'attraper fermement le visage de ses deux grandes mains, le soulevant pour plonger son regard furieux dans le mien.

-Attention, Joshua ! Ne me manque pas de respect.

-Alors, ne me pose pas de questions stupides ! m'exclamai-je.

Je savais qu'il ne fallait pas le provoquer mais j'avais eu si peur pour lui ! Je ne me sentais vraiment pas bien ! Et lui, il me demandait si j'avais aimé ce qui venait de se dérouler sous mes yeux ? Nan mais franchement ?! Était-ce sa manière bizarre de demander si je pouvais m'y habituer ?!! Pas le temps de deviner la réponse que je fus soulevé et plaqué sur le bureau, dos à lui. Ça avait une impression de déjà-vu... Au moins, cette fois, il n'y avait pas de témoins ! Fallait se contenter de peu dans la vie !

-Ha... gémis-je alors qu'il me tordait le bras dans mon dos.

-Joshua, je viens de combattre et je n'ai aucune patience à t'accorder, alors ne me provoque pas.

Sa main qui ne me tenait pas le bras, se posa sur mes cheveux qu'il caressa avant de me les tirer d'un geste brusque, me soulevant le visage jusqu'au sien et me faisant encore gémir de douleur. Sa bouche effleura mon oreille.

-Je suis déjà en colère contre toi parce que tu m'as manqué de respect en ne t'inclinant pas.

Hein ? Il s'attendait réellement à ce que je m'incline devant lui, montrant ma soumission et mon acceptation de son pouvoir alors que je ne savais même pas encore si j'allais rester dans ce milieu auprès de lui ?! Et surtout, je ne savais pas si j'en aurai l'envie et si j'en prendrai la décision ! Il allait un peu trop vite pour moi !

-Tu es le seul, Joshua. Oui, le seul à me manquer aussi souvent de respect et à refuser si obstinément ta soumission tout en restant à mes côtés.

Ses lèvres partirent me dévorer le cou de baisers fiévreux avant de s'emparer de ma bouche avec passion.

-Avant le combat, reprit-il tout contre mes lèvres, tu m'as montré ta peur de me perdre et maintenant, tu te montres de nouveau insolent. Tu es indécis. Mais le jour viendra où il faudra que tu prennes une décision. Ne l'oublie pas.

« Une décision » ? La respectera-t-il, seulement ? Rien n'était moins sûr...

Un autre baiser fit taire une possible interaction de ma part. Sa langue partit rejoindre la mienne dans un violent ballet et je fus retourné durement, me retrouvant fermement collé contre la matière dure du bureau. Kyle m'écarta les jambes et se plaqua contre moi. Sans comprendre, mon jean fut ouvert et mon sexe fut rapidement sorti de sa prison de tissu.

-Kyle... Attends... Tes blessures... Ha...

Mais c'était quoi ces priorités de merde ?! Des mouvements rapides sur mon entrejambe me firent taire et interrompirent mes réflexions. J'entendis alors un bruit de fermeture éclair que l'on ouvre et je sentis rapidement le sexe dur de Kyle venir rejoindre le mien. Je m'accrochai fermement à ces épaules. C'était tellement soudain !

Le plaisir montait vite. Trop vite... On aurait dit qu'il était pressé, ses caresses étaient si rapides sur nos érections ! Quelque chose clochait. Était-ce dû au combat qu'il venait de mener ? Avait-il besoin de soulager la pression ? Avait-il besoin de... mon réconfort ?

-Kyle... gémis-je.

Son front était posé contre le mien. Je sentais son souffle court qui effleurait mon visage. Ses lèvres venaient me butiner par de légers effleurements. Ce moment aurait pu être tendre si je ne sentais pas l'urgence qui le traversait et qui nous emporta pratiquement au même instant, me laissant essoufflé et frissonnant sur le bureau. J'avais la désagréable impression qu'une autre épreuve m'attendait... Kyle se redressa et partit ouvrir un tiroir dont il sortit des mouchoirs. Il se chargea de nous nettoyer avant de les jeter dans la poubelle pendant que je refermais mon jean. Il vint alors me prendre dans ses bras et me serra à m'étouffer contre son corp dur. Mon pull clair se tâcha de son sang.

-Kyle, laisse-moi m'occuper de tes blessures.

Il posa un baiser sur mon front avant de plonger son regard dans le mien.

-Après, dit-il en attrapant mon visage entre ses mains. Écoute-moi.

Il me regarda, s'assurant de mon attention.

-Même si je te parais cruel, même si mon monde te semble dur et impitoyable, je veux que tu saches qu'au sein de cette obscurité, toi, Joshua Bowman, tu es ma lumière dans toute cette noirceur.

Mon cœur rata un battement. Kyle arrivait vraiment à me mettre dans tous mes états. Mais il y avait autre chose... J'avais la désagréable impression que l'heure était importante et qu'une autre épreuve m'attendait.

Cet homme... Il pouvait se montrer si imprévisible ! Je ne savais décidément pas quoi penser de lui ! Il pouvait se montrer aussi dur que tendre avec moi. À certains moments comme celui-ci, ça me semblait impossible de prendre une décision nous concernant. Je me sentais complètement partagé. Je venais de le voir combattre violemment et de transpercer de son sabre, sans aucune hésitation et même avec ce qui ressemblait à du sadisme, le corps d'un homme. Je l'avais vu ensuite réclamer la soumission de tous. Sans parler de ses meurtres et de sa violence auxquels j'avais déjà assisté ! Et maintenant, une déclaration ? Je me sentais perdu...

Et puis, je n'osais imaginer ce qu'il aurait fait à une personne qui aurait refusé de se soumettre ! Comme moi, je l'avais fait... réalisai-je vraiment en commençant à comprendre ce que mon geste aurait pu avoir comme conséquences. Kyle aurait encore pu être défié ! Ho non...

Mais à part l'homme aux mains tatouées qui se trouvait à côté de moi et en qui mon mari avait l'air d'avoir confiance, je doutais que quelqu'un m'ait vu puisqu'ils étaient tous inclinés dans un moment solennel. Il fallait vraiment que je fasse plus attention à mes réactions lorsque je n'étais pas seul avec Kyle !

Kyle... Mon époux que je n'avais pas choisi et qui savait me tourmenter de bien des façons, me forçant à mûrir plus vite, à me sentir plus adulte, que ce soit conscient ou non, qui es-tu réellement ?...

Annotations

Recommandations

jean-paul vialard
POETISER

'C’est heureux que tu sois ainsi,

située dans une marge inquiète,

dans une pensée

en naissance de soi.'
18
2
0
3
Djurian R


Une matinée de travail ordinaire,
Des instants qui se succèdent,
Sans queue ni tête.

Midi moins dix minutes.
L’ennui et la faim tenaillent,
Une note retient mon attention.

Un détail oublié,
Un problème à régler.
Qui attendra bien une heure de plus.

L’envie soudaine d’écrire,
Un poème, libre et sans grand intérêt,
Mais qui fait du bien à l’esprit.

Loin des mails mal écrits,
Envoyés à la va-vite.
Je me libère un petit moment.

Tiens, il est l’heure de partir.
4
5
0
0
Défi
Jb Desplanches
En réponse au défi "Un anti-héros au féminin" par Léa.
Très bon sujet qui va me permettre d'étoffer mon écriture des protagonistes féminins ! Avis aux lecteurs de Post Apo (et aux autres bien entendu) je me lance dans le genre.
Bonne lecture !
8
7
63
10

Vous aimez lire Asylene ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0