Chapitre 36 : "Une putain de tragédie grecque."

11 minutes de lecture

Depuis que j'avais été contraint de faire partie de la vie de Kyle, il y avait deux mois, ce dernier avait déjà été défié deux fois. J'espérais vraiment que les choses allaient se calmer ! Parce que... Est-ce que Kyle serait toujours le vainqueur ? Rien que d'imaginer le contraire me faisait frissonner de peur...

Même si je te parais cruel, même si mon monde te semble dur et impitoyable, je veux que tu saches qu'au sein de cette obscurité, toi, Joshua Bowman, tu es ma lumière dans toute cette noirceur.

Ses paroles résonnaient agréablement dans ma tête même si je ne savais pas de quelle manière réagir. Qui était-il ? Un chef de la mafia impitoyable ? Tuant, torturant sans état d'âme ? Ou... Un homme capable de tendresse et d'aimer véritablement ? Un homme qui n'avait pas choisi son héritage mais se trouvait à devoir assumer toute une organisation criminelle que son père dirigeait avant lui ? Ha... Kyle était si difficile à cerner...

En repensant à ce qui venait de se passer au sous-sol, je pouvais noter que les deux hommes qu'il avait confrontés étaient plus âgés que lui puisque le premier était le père d'Hayato et devait donc être d'âge avec le père de Kyle, et le second devait avoir une dizaine d'années de plus que lui. Était-ce une question de génération ? Ces deux hommes avaient sans doute travaillé des années au service du père de Kyle et s'étaient retrouvé à travailler pour le fils, bien plus jeune qu'eux. Sans parler de sa sexualité qui devait être plus facilement acceptée par les plus jeunes générations que les plus anciennes si je me référais à la société en générale.

Oui, je pouvais admettre que mon mari n'avait pas la vie facile et que sa personnalité si atypique devait en résulter, et je savais que mon attitude ne devait pas faciliter les choses. Mais... Me facilitait-il la vie, lui, en m'ayant forcé à l'épouser ? Et il avait pris tellement de risques en m'immergeant dans son monde ! Cependant, je tenais assez à lui pour comprendre qu'il fallait que je fasse attention à ma façon de me conduire lorsque je me trouvais à ses côtés et qu'il était avec ses hommes. D'aujourd'hui, j'avais appris et retenu la leçon...

Quelqu'un tapa soudainement à la porte et me fit durement sursauter. Kyle soupira, semblant déçu de mon manque de réaction face à sa déclaration qui m'avait touché plus que je ne l'aurais voulu, et il s'éloigna de moi. Au lieu d'aller ouvrir la porte, il partit s'asseoir derrière son bureau et me fit signe de venir à sa gauche, ce que je fis avec étonnement et appréhension. J'avais un très mauvais pressentiment...

-Entrez, ordonna-t-il de sa voix dure.

Une tête familière que je n'avais pas vue depuis longtemps fit son apparition. TOM, LE CHAUFFEUR DE KYLE ! Ça faisait longtemps et j'étais ravi de voir qu'il avait l'air d'avoir parfaitement récupéré ! Un sourire illumina mon visage et Kyle s'en aperçut mais ne dit rien. J'étais heureux de revoir Tom. Il avait été blessé en cherchant à me protéger de ce cinglé d'Hayato et pour ça, je lui en serai éternellement reconnaissant !

Tom salua Kyle d'un hochement de tête et me rendit mon sourire. C'était bien la première fois que je le voyais sourire ! C'était assez perturbant mais ça me prouvait qu'il était humain et ça, c'était rassurant ! Après être entré, il referma la porte derrière lui avant de se diriger vers nous. C'est là que je remarquai qu'il tenait un morceau de tissu blanc dans sa main. Il l'étala sur le bureau de mon mari dont le visage restait impassible alors que le mien devait refléter toutes sortes d'émotions depuis son arrivée : la joie, l'incompréhension, la peur...

Kyle lui fit un signe de la main, lui indiquant un vieux placard en bois qu'il partit ouvrir. Je ne comprenais rien mais je devinais que ce moment silencieux était solennel. Attendez... Ho non... Ce n'était pas possible ! Je ne pouvais pas en supporter plus ! C'était bien trop pour moi en une seule journée !

Les battements de mon cœur s'accélérèrent et mon estomac se serra d'appréhension car je vis Tom revenir avec un plateau sur lequel reposait le long poignard au manche de dragon que j'avais déjà aperçu durant la torture d'un homme au sous-sol. Et ce dernier avait dû se couper deux doigts ! C'était juste horrible et j'allais apparemment devoir assister encore une fois à une scène aussi barbare...

-Kyle... ne pus-je m'empêcher de protester d'une voix tremblotante lorsque Tom posa le plateau sur le bureau et déroula le tissu blanc qui était dans sa main.

-Ne dis plus un seul mot, me répondit mon mari d'une voix contenue de fureur et sans me regarder.

Je me figeai et attendis avec appréhension ce qui allait suivre. Tom me lança un petit regard que je ne sus déchiffrer avant de poser brièvement ses yeux sur Kyle puis d'attraper le poignard. Il allongea sa main gauche sur le tissu en prenant soin de bien écarter ses doigts et sans hésiter une seule seconde, trancha son auriculaire dans le silence le plus total, même si je me doutais que ses yeux devaient refléter la douleur qu'il venait de s'infliger. Je ne pouvais détacher mon regard de ses mains et du poignard, comme hypnotisé. J'étais choqué mais bizarrement, je découvrais que j'avais un estomac en béton car entre Kyle qui avait pris plaisir à transpercer de son sabre, le torse d'un homme avec une lenteur calculée, son arme tranchante ressortant en grande partie dans son dos, et Tom qui venait de se couper le petit doigt comme si de rien n'était, j'aurais dû vomir au moins deux fois, si ce n'était plus... Est-ce que je commençais à m'habituer à ce monde ? Non... Impossible ! Tout ce que je voyais me paraissait si horrible et complètement dingue et disproportionné !

Tom posa ensuite le poignard sur le plateau et plia le tissu sur son doigt ensanglanté. En s'inclinant, il le tendit des deux mains à Kyle avant de relever la tête, attendant la réaction de mon mari. Celui-ci hocha la tête, montrant qu'il l'acceptait et Tom déposa son doigt sur le bureau avant de sortir un mouchoir de sa poche dont il revêtit sa main qui saignait. Il s'inclina devant moi, ce qui m'étonna énormément mais je ne dis rien, trop abasourdi par tout ce qui venait une fois de plus de se dérouler sous mes yeux. Et il sortit, toujours sans prononcer un seul mot.

-Pourquoi ? demandai-je d'une petite voix, sous le choc. C'est toi qui l'as exigé ?

J'étais si content de revoir Tom ! Je ne m'attendais certainement pas à ce que l'on se revoit dans ces circonstances !

-Bien sûr que non. Son geste n'aurait aucune valeur, sinon. Tom a échoué à te protéger et il est venu faire amende honorable, présenter ses excuses et racheter son honneur.

-Quoi ?! NAN MAIS CE N'EST PAS POSSIBLE ! m'exclamai-je, les poings serrés en commençant à faire les cent pas dans son bureau. Putain ! Mais il a essayé de me protéger et avait d'ailleurs réussi la première fois qu'Hayato m'avait attaqué ! Il lui avait parfaitement cassé la figure ! Mais la seconde fois, on lui a tiré dessus ! Quand je l'ai trouvé, j'ai cru qu'il était mort ! Il était inconscient, allongé dans une mare de sang ! En quoi est-ce sa faute ? J'ai vraiment atterri dans un milieu de psychopathes, c'est pas possible !

Je pris ma tête entre mes mains. J'étais si en colère ! Ça me paraissait tellement absurde et injuste ! Perdre un doigt parce qu'il n'avait pas réussi à me protéger alors qu'il avait bien tenté de le faire ?! Nan mais dans quel monde j'avais atterri, franchement ?!

-Vous êtes tous des psychopathes, marmonnai-je pour moi-même, toujours la tête entre mes mains.

J'étais tellement sous le choc que j'en avais presque oublié Kyle et son caractère effrayant. Alors, j'en eus le souffle coupé lorsque je fus brusquement soulevé et plaqué violemment contre le mur, sa main enserrant ma gorge et bloquant ma tête.

-Qui es-tu pour oser juger et critiquer mon organisation et ses mœurs ? dit-il d'une voix pleine de fureur.

Suite à ses paroles, il serra davantage mon cou. De mes mains, j'attrapai la sienne afin d'essayer d'écarter ses doigts mais c'était peine perdue. Il me faisait si peur lorsqu'il avait du mal à contenir la violence qui l'habitait...

-Kyle... gémis-je faiblement.

-Sais-tu seulement ce qu'est l'honneur, cher époux ? Nous avons des principes qui érigent notre vie, notre mérite, notre estime de nous - mêmes et des autres, et tu n'as pas à décider si nous avons tort ou raison. Nos principes, mon organisation, existaient bien avant ta naissance et ont fait leurs preuves. Notre honneur, c'est ce qui nous aide à prendre les bonnes décisions, celles qui s'imposent. Notre honneur organise notre manière d'agir et notre respect les uns pour les autres. Nous n'avons pas peur de risquer nos vies lorsque cela s'avère nécessaire. Sans honneur, nous ne sommes rien, Joshua. Hayato en est un bon exemple...

Il serra encore plus ma gorge et ma respiration se stoppa. Je me mis à gigoter mais même d'une seule main, Kyle me maîtrisait parfaitement.

-Tu aurais pu tout gâcher si tu avais parlé alors que Tom venait se racheter auprès de moi mais également auprès de toi.

Il me lâcha et je tombai durement sur le sol comme une poupée de chiffon. Je pris goulûment de grandes inspirations en toussant.

-Réfléchis bien à tes actes, Joshua. Ils ont toujours des conséquences dans mon monde. Quand vas-tu le comprendre ?

-TON monde... Pas le mien... réussis-je à dire entre deux toux.

Il se baissa et d'une main sur mon menton, me redressa la tête afin que je le regarde.

-Comme tu te trompes, cher époux... Il s'agit également de ton monde, désormais. Et d'ailleurs, il est temps que je t'enseigne une autre leçon. Cette pratique à laquelle tu viens d'assister se nomme le Yubitsume. Tom a donc utilisé un tantō, il s'agit d'un poignard japonais à la lame tranchante, comme tu as pu t'en apercevoir.

Effectivement... Un frisson me parcourut en repensant à la manière nette et précise dont le chauffeur de Kyle s'était sectionné le doigt.

-Cette pratique n'est pas née chez nous. Elle se trouvait dans d'autres milieux, servant à d'autres fins... Elle pouvait servir à prouver sa dévotion ou à payer une dette. Les samouraïs l'utilisaient pour expier. Ici, il s'agit plutôt de payer une dette d'honneur. Si un homme commet une grave erreur, c'est en se mutilant de lui-même qu'il se rachètera en prouvant ainsi son allégeance. Cependant, cette pratique se perd au Japon car une loi, mauvaise pour nous, est passée et une main mutilée peut servir de preuve d'appartenance à l'organisation. Mais dans ce pays, je tiens à garder impérativement ce geste symbolique. Il est important et me sert à être certain de qui a de l'honneur et du courage, et en qui je peux avoir confiance, termina-t-il en me regardant étrangement.

Se demandait-il s'il pouvait avoir confiance en moi ? Pas le temps d'y songer plus que nécessaire que sa bouche vint écraser la mienne avec colère, sa langue tentant d'accéder à ce qu'il désirait mais je serrais les lèvres. Je ne voulais certainement pas de son baiser punitif ! Evidemment, Kyle avait toujours le dernier mot... Il m'attrapa les cheveux qu'il tira violemment et j'ouvris la bouche en criant de douleur. Sa langue vint prendre ce qu'elle était venue chercher et me dévora littéralement, n'attendant absolument pas de réponse de ma part. Ce n'était pas la première fois qu'il me faisait le coup... Et je le détestais dans ces moments-là. Lorsqu'il fut enfin satisfait, il finit par se détacher de moi.

-Sais-tu pour quelle raison, je suis sorti en premier du sous-sol après le duel, alors que la première fois, tu m'as trouvé sortant en dernier ? Parce que je devais du respect envers mon adversaire. Le père d'Hayato avait travaillé auprès du mien durant de nombreuses années et ne cachait pas son aversion pour l'homosexualité. Il n'y avait donc rien de surprenant dans son défi. Par contre, aujourd'hui, l'homme qui m'a défié avait soudainement changé d'avis sur moi. Il m'avait jugé sur un seul fait : ton attitude. Mon premier défi remporté, mes décisions, ma façon de gérer notre organisation, tout ça ne comptait plus... dit-il d'une voix dure. On ne juge pas un homme sur le comportement de son époux mais sur sa vie et la manière dont il la dirige, Joshua.

Sur ces paroles qui me laissaient sans voix, il se redressa.

-Ne me provoque plus.

Kyle retourna vers son bureau, me laissant sur le sol à tenter de respirer normalement. En cet instant, j'avais besoin de réconfort et c'est naturellement à mon meilleur ami que je me mis à penser, lui qui avait toujours pris soin de moi, qui m'avait réconforté comme il avait pu lorsque mon père était mort et alors que d'autres m'avaient tourné le dos. Mon Scotty...

-Il faut que je sache... Est-ce que tu t'es servi de Scott comme appât pour attraper Hayato ?

Il se figea devant la fenêtre et se tourna vers moi. Son visage était si froid...

-Oui.

Putain... Une réponse laconique, froide et implacable prononcée en me regardant droit dans les yeux. C'était tout lui, ça !

-Comment tu as pu ? Il est mon meilleur ami !

-Je savais qu'il intéresserait Hayato après ce qui s'était passé durant votre captivité. J'ai fait placer une puce de localisation dans son portable. Il ne me restait plus qu'à attendre. Mes hommes étaient prêts à intervenir à tout moment. Malheureusement, Hayato a réussi à s'enfuir avec ton ami et il devait se douter de mes plans puisque je n'arrive pas à les localiser. Il utilise sans doute un brouilleur.

Je me levai, le cœur en morceaux. J'étais fatigué. Trop d'émotions, trop d'événements... Avec Kyle, je ne savais jamais sur quel pied danser. Notre relation ressemblait à une putain de tragédie grecque ! C'est ma prof qui serait contente, tiens ! Elle pourrait nous étudier et nous comparer à ses précieuses pièces ! Allons-y à fond ! Qu'on engage des pleureuses tant qu'on y était ! Après tout, il ne devrait pas tarder à y avoir encore un mort dans cette chaleureuse demeure remplie de tueurs !

Bon... Je pris une grande inspiration pour me calmer légèrement les nerfs. Il était temps pour moi de m'isoler ou j'allais totalement perdre la tête ! Il me fallait partir me terrer dans ma chambre et essayer d'oublier à quel point ma vie était merdique en ce moment...

Je venais d'ouvrir la porte du bureau que Kyle m'interpella.

-Joshua.

Je me figeai, la main sur la poignée, attendant la suite.

-Je sais que c'est dur pour toi. Je sais que tu as du mal à te faire à mon milieu et à mon attitude mais tu finiras par t'y habituer. Il le faudra parce que d'autres événements vont se passer prochainement. Je suis toujours à la recherche d'Hayato et ton ami, et je n'abandonnerai pas. Ce qui veut dire qu'il va encore se dérouler certaines choses qui vont te choquer et que tu n'approuveras pas.

Le silence prit place et je me tournai vers l'homme à la voix glaciale qui était devenu mon époux. Nos regards restèrent accrochés l'un à l'autre durant un long moment. Kyle semblait attendre quelque chose de ma part, une réaction. Mais laquelle ? Tout ce que je voulais à cet instant, c'était fuir. Fuir celui qui se tenait face à moi, torse nu, légèrement blessé et son tatouage qui m'impressionnait tant, dévoilé et effrayant, me montrant que ma vie ne pouvait plus être celle que j'avais avant son entrée fracassante. Oui... Je n'avais aucune idée de ce qui m'attendait auprès de lui mais ses paroles n'étaient pas rassurantes...

Annotations

Recommandations

jean-paul vialard
POETISER

'C’est heureux que tu sois ainsi,

située dans une marge inquiète,

dans une pensée

en naissance de soi.'
18
2
0
3
Djurian R


Une matinée de travail ordinaire,
Des instants qui se succèdent,
Sans queue ni tête.

Midi moins dix minutes.
L’ennui et la faim tenaillent,
Une note retient mon attention.

Un détail oublié,
Un problème à régler.
Qui attendra bien une heure de plus.

L’envie soudaine d’écrire,
Un poème, libre et sans grand intérêt,
Mais qui fait du bien à l’esprit.

Loin des mails mal écrits,
Envoyés à la va-vite.
Je me libère un petit moment.

Tiens, il est l’heure de partir.
4
5
0
0
Défi
Jb Desplanches
En réponse au défi "Un anti-héros au féminin" par Léa.
Très bon sujet qui va me permettre d'étoffer mon écriture des protagonistes féminins ! Avis aux lecteurs de Post Apo (et aux autres bien entendu) je me lance dans le genre.
Bonne lecture !
8
7
63
10

Vous aimez lire Asylene ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0