Chapitre 24 : Ta vie ne t'appartient pas. (chapitre non corrigé)

9 minutes de lecture

(Comme indiqué, il s'agit d'un chapitre qui n'est pas corrigé. Il manque des accents sur les majuscules, il y a des virgules en trop, sans doute des fautes et des tournures de phrases à changer. Je préfère prévenir. Bonne lecture tout de même !)

Nous arrivions au mois de décembre, mon mois préféré. Déjà un mois et demi que Kyle était entré dans ma vie et avait tout chamboulé. Et deux semaines que j'étais un homme...marié. Marié, oui mais à un homme qui me paraissait toujours être un inconnu. Je soupirai alors que je me promenais sur le terrain du manoir, n'ayant pas de possibilité de me balader ailleurs. Le chauffeur de Kyle continuait de me mener et d'aller me chercher à l'Université lorsque mes cours étaient terminés. J'étais prisonnier d'un mariage que je n'avais pas désiré et d'un homme autoritaire et effrayant.

Cela faisait un peu plus d'une semaine que j'avais assisté à... A quoi exactement ? A une scène de torture qui m'avait donné la nausée ? Oui, on pouvait appeler ça comme ça. Depuis, j'évitais Kyle le plus possible, avec mes cours la journée et mes devoirs le soir, c'était assez simple mais la nuit, c'était une toute autre histoire... Il me prenait toujours dans ses bras et se collait à moi alors que je ne supportais plus son contact et j'étais sûr qu'il l'avait compris. Lorsqu'il m'embrassait, je ne répondais plus, lorsqu'il me caressait, je ne réagissais plus... Le désir ne venait plus éveiller mon corps et je sentais que Kyle allait finir par perdre patience face à mon manque de réaction à son toucher mais je ne pouvais pas le contrôler. Mon époux me faisait peur, sa personnalité me faisait peur et savoir ce qu'il était capable de faire endurer à un autre être humain sans paraître le moins du monde perturbé par ce qu'il lui infligeait, m'avait profondément choqué.

J'avais cette impression depuis notre rencontre que nous ne faisions qu'une chose dans notre relation : avancer l'un vers l'autre, puis nous éloigner l'un de l'autre, nous ne faisions vraiment que cela. Je m'étais senti proche de lui, la dernière nuit où nous avions fait l'amour et que j'avais eu envie de le toucher et de lui donner du plaisir. Et ensuite, tout avait basculé quelques heures après... Depuis le début, ce n'était que ça. Nous nous rapprochions, puis quelque chose se passait et Kyle montrait une réaction violente due à sa personnalité autoritaire et jalouse, et je m'éloignais de lui par peur... Je n'arrivais pas à prendre de décision nous concernant pour ces raisons. Il m'attirait énormément et m'avait prouvé à certains moments qu'il était capable de douceur avec moi mais son attitude était toujours contrebalancée par sa violence et la vie qu'il menait.

J'aurais aimé m'éloigner de lui pendant un temps, pour pouvoir réfléchir à tout ça et retrouver une vie normale même si cela aurait été temporaire, j'en aurais été soulagé mais je savais que Kyle n'accepterait pas. Il suffisait de voir à quel point j'étais surveillé... Depuis qu'il avait compris que je prenais mes distances avec lui, je voyais comme par hasard, plus de ses hommes sur mon chemin qui avaient toujours les yeux posés sur moi, ils ne se cachaient même pas ! Etait-ce un avertissement de Kyle qui me prévenait que je ne serai pas libre, que j'avais beau vouloir prendre mes distances avec lui, il ne permettrait pas que je m'éloigne ? Cette pensée me fit rire de manière sarcastique. Je n'étais qu'un prisonnier, prisonnier d'un mariage non désiré avec un homme violent. Merci, maman...

Bon, il valait mieux arrêter de m'apitoyer sur mon sort. Les fêtes approchaient et d'habitude, ça me mettaient toujours en joie, alors j'allais essayer de me mettre dans l'ambiance et peut-être que ça marcherait ! Déjà, réfléchir à des cadeaux pour mes amis, pour ma mère aussi même si je lui en voulais toujours et... pour Kyle ? Ouais... Je vais finalement peut-être aller faire mes devoirs, ça me changera les idées... Et sur cette décision, je partis remonter l'allée qui menait au manoir.

Kyle n'était pas encore rentré, alors je n'avais pas besoin de prendre de précautions pour être silencieux et ne pas attirer son attention et ça, c'était un soulagement ! Il y avait certains jours où il rentrait très tard et ça m'arrangeait bien ! Espérons que ça serait le cas aujourd'hui.

Je passai devant la porte menant au sous-sol et je m'arrêtai un instant, repensant à cet homme torturé par mon... époux. Un frisson me traversa et je sentis mon estomac se contracter. Mais qu'est-ce que je foutais dans ce milieu ? Ce n'était vraiment pas fait pour moi ! Je n'étais pas aussi froid que Kyle... Je... Je voulais réellement repartir chez ma mère et m'éloigner de lui mais comment faire ? J'étais surveillé, mes allées et venues étaient toujours accompagnées, j'étais même surveillé à l'Université ! Je soupirai. Peut-être... que je pourrais lui demander la permission ? La permission ? J'étais vraiment prisonnier alors que je n'avais commis aucun crime...

Arrête de t'apitoyer, Joshua ! Arrête de t'apitoyer ! Sur cette motivation, je montai jusqu'à notre chambre afin de faire mes devoirs. Je venais de pousser la porte que je me figeai sur place devant la vision qui s'offrait à moi. Kyle était là, les cheveux mouillés, une serviette autour de ses reins, occupé à se sécher les cheveux. Je ne l'avais pas entendu rentrer lorsque je me trouvais dehors. Merde... Avait-il fait exprès d'être discret, ses hommes l'ayant peut-être prévenu que je me promenais ? Et cette scène digne d'un film érotique, n'était-elle qu'un hasard ou essayait-t-il de réanimer le désir en moi ? Je devenais peut-être parano... Je ne pus empêcher mon regard de détailler son large torse bien dessiné. Ses cheveux mouillés lui donnaient un air encore plus sexy... Il était indéniablement beau mais ce n'était pas pour autant que je ressentais l'envie de le toucher...

-Tu aimes ce que tu vois, cher époux ?

Sa voix me fit sursauter et mit fin à ma contemplation. Je ne pris pas la peine de répondre, gêné que j'étais d'être pris en flagrant délit d'espionnage corporel et je me dirigeai jusqu'au bureau afin de prendre mes affaires pour travailler finalement au salon. Je ne voulais pas rester avec lui. Mes livres et cahiers en mains, je repartis vers la porte mais sans que je ne le prévois, je fus soudainement plaqué contre le mur et j'en laissai tomber ce que je tenais sur le moment.

-Tu vas m'ignorer encore longtemps comme ça ?

Et sans attendre de réponse, il plaqua brusquement ses lèvres sur les miennes. Je serrais les lèvres pour qu'il ne puisse pas m'embrasser comme il le voulait mais ma résistance sembla l'énerver encore plus car sa main partit se perdre dans mes cheveux qu'il tira violemment. J'en poussai un cri de douleur et il en profita pour entrer sa langue dans ma bouche. Son baiser était violent, dominateur. Puis, à mon grand étonnement, il sembla se calmer de lui-même et sa bouche glissa dans mon cou sur lequel il posa de plus doux baisers. Sa colère était-elle passée parce qu'il avait eu ce qu'il voulait et que je ne bougeais plus ? Je savais que ma résistance provoquait son énervement mais je ne voulais pas me forcer à faire ce que je ne désirais pas.

-Kyle, arrête, s'il te plaît...

Je le sentis se figer. Il se redressa et plongea son regard dur dans le mien.

-Tu vas encore me repousser ? Combien de temps, Joshua ? Combien de temps crois-tu que je vais supporter ton attitude ? Nous sommes mariés, je te rappelle.

-Mais pas pour toujours...

Merde... Qu'est-ce que je venais de dire ? ! C'était sorti tout seul ! Son arrogance m'énervait tellement ! Je vis ses yeux se durcir encore plus et sa main me tira de nouveau les cheveux violemment.

-HA !

-Ne crois pas que je te laisserai partir si facilement...

-Tu... Tu m'as promis une période d'essai..., gémis-je car il me faisait mal.

Je le vis sourire de manière effrayante.

-C'est vrai... Et tu as cette période d'essai, je ne t'ai pas menti. Par contre, je ne t'ai pas précisé combien de temps elle durerait...

Quoi ? Qu'est-ce qu'il voulait dire par là ?

-Je suis sûr que tu pensais que cette période ne durerait que quelques mois, n'est-ce pas ? Tu es si naïf, parfois, cher époux. Cette période peut durer aussi longtemps que je le voudrai, aussi longtemps que je le déciderai...

QUOI ?

-Tu comptes vraiment me garder prisonnier ?

Une larme m'échappa. Il la suivit des yeux et sa main qui tirait toujours mes cheveux, me lâcha avec soulagement et partit essuyer doucement ma joue mouillée. Toujours ces deux extrêmes en lui : violence et douceur. Ça me déstabilisait complètement...

-Kyle, je veux récupérer ma vie... Qu'est-ce que je t'ai fait pour mériter que tu me traites de cette façon ?

Mes larmes redoublèrent alors sans que je ne puisse les empêcher de couler. Kyle qui sembla d'abord surpris face à ma détresse soudaine, me prit tendrement dans ses bras pendant que je pleurais à chaudes larmes. Je n'arrivais pas à me contrôler. Trop de choses... Il s'était passé trop de choses dans ma vie ces derniers temps que j'avais du mal à encaisser.

Une fois mes larmes taries, n'ayant plus aucune énergie, je me laissai faire lorsque Kyle me souleva et me mena sur le lit. Il me prit une nouvelle fois dans ses bras et je m'endormis...

**

-De l'air bien frais ! m'exclamai-je en arrêtant de marcher.

Je fermai les yeux afin de savourer cette fraîcheur bienvenue après la chaleur étouffante de la bibliothèque.

-Bon, qu'est-ce qui se passe ? T'es bizarre et t'as dû me dire trois mots depuis ce matin !

J'ouvris les yeux et soupirai. Qu'est-ce que je pouvais dire à Scott ? Que j'avais assisté à une scène de torture dont le bourreau était l'homme à qui j'étais marié ? Que j'avais compris que j'étais prisonnier de cet homme qui me faisait peur ? Que je commençais à me dire que sous un élan de colère, il pourrait me tuer ? Non, sans doute pas... Je ne voulais pas l'inquiéter.

-Ne t'inquiète pas, ça va. C'est juste que d'être marié contre mon gré à un homme autoritaire que je ne connais pas tant que ça, ce n'est pas facile tous les jours, ok ?

-Viens là, toi !

Et sur ces mots, mon meilleur ami me prit dans ses bras. Je me raidis et il le sentit mais je me souvenais de la réaction de Kyle la dernière fois que Scott m'avait réconforté...

-Qu'est-ce qu'il y a, Joshua ?

-Je n'ai pas envie d'en parler, c'est tout, dis-je en me dégageant doucement de son étreinte.

Je vis alors son air inquiet.

-En bref, rajoutai-je rapidement, Kyle et moi nous sommes en quelque sorte disputés et c'est très tendu entre nous. Je ne supporte plus sa présence, je ne supporte plus de vivre reculé au manoir avec lui et ses hommes armés...

Je m'arrêtai car les larmes n'étaient pas loin.

-D'accord, je comprends. Ca ne doit pas être facile de vivre avec un homme comme lui... Allez, reprends courage, mon Joshua ! Tu l'as dit toi-même, quelques mois à patienter et tu seras de nouveau libre ! Et en attendant, tes amis, moi, on est là pour te soutenir dans cette épreuve ! Ok ?

Il termina dans un sourire réconfortant. Je hochai la tête, le cœur serré, n'osant pas lui dire ce que Kyle m'avait affirmé hier soir sur cette période d'essai qui risquait d'être bien plus longue que ce à quoi je m'attendais... Là-dessus, il se baissa et me fit un long bisou sonore et bien baveux sur la joue et je me mis à rire. Mon Scotty ! Heureusement que tu es là !

Satisfait de ma réaction, il passa son bras autour de mes épaules et nous reprîmes notre chemin pour entrer dans le bâtiment qui menait au parking. Il était l'heure de repartir dans ma prison dorée, le chauffeur de Kyle m'attendait sans doute déjà. Nous étions en début de soirée, la fac était toujours presque déserte à ce moment de la journée, même Jérémy et Kévin étaient repartis quelques heures plus tôt et nous ne croisions donc personne dans le couloir. Cela me faisait du bien d'être seul avec mon meilleur ami. Avant, j'allais souvent chez lui et lui, chez moi. A présent, ça me semblait être d'une autre époque et j'avais vraiment peur qu'elle ne revienne jamais...

Tout à mes pensées et la tête baissée vers le sol, je ne prêtai pas attention à la marche de Scott qui se mit à ralentir jusqu'à s'arrêter complètement. Je relevai alors la tête pour voir pourquoi il s'était stoppé comme ça et ce que je vis me laissa sans voix. Tom, le chauffeur de Kyle, se trouvait étendu sur le sol, inconscient et dans une mare de sang...

-Bonsoir, Joshua.

Cette voix... Je me retournai lentement et mes yeux se perdirent dans ceux moqueurs de l'ennemi de Kyle...

Annotations

Recommandations

jean-paul vialard
POETISER

'C’est heureux que tu sois ainsi,

située dans une marge inquiète,

dans une pensée

en naissance de soi.'
18
2
0
3
Djurian R


Une matinée de travail ordinaire,
Des instants qui se succèdent,
Sans queue ni tête.

Midi moins dix minutes.
L’ennui et la faim tenaillent,
Une note retient mon attention.

Un détail oublié,
Un problème à régler.
Qui attendra bien une heure de plus.

L’envie soudaine d’écrire,
Un poème, libre et sans grand intérêt,
Mais qui fait du bien à l’esprit.

Loin des mails mal écrits,
Envoyés à la va-vite.
Je me libère un petit moment.

Tiens, il est l’heure de partir.
4
5
0
0
Défi
Jb Desplanches
En réponse au défi "Un anti-héros au féminin" par Léa.
Très bon sujet qui va me permettre d'étoffer mon écriture des protagonistes féminins ! Avis aux lecteurs de Post Apo (et aux autres bien entendu) je me lance dans le genre.
Bonne lecture !
8
7
63
10

Vous aimez lire Asylene ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0