Chapitre 8 : Jalousie, quand tu me tiens.

7 minutes de lecture

J'étais assis à côté de Kyle qui conduisait. Ce soir, pas de chauffeur, il n'y avait que lui et moi dans cette voiture en direction de... À vrai dire, je n'en savais toujours rien mais je profitais avec joie de la vue et des paysages qui s'offraient à moi à travers la vitre. Nous ne parlions pas, mon... fiancé était silencieux. Ce n'est vraiment pas un bavard... me dis-je en soupirant.

Au bout d'un moment, les paysages boisés ont fini par laisser place à un paysage urbain. J'en déduisis que nous allions en ville. La voiture finit par s'arrêter, Kyle descendit et se dirigea vers moi qui venais de refermer la portière. Il me prit la main et m'entraîna dans un restaurant. Ce qui me surprit, c'est qu'il ne s'agissait pas d'un restaurent étoilé dans lequel les gens aisés se rendaient généralement mais d'un lieu chaleureux et familial. À peine entrés, le patron vint saluer amicalement mon fiancé. Il devait venir souvent. Kyle me présenta, je saluai le patron également, puis celui-ci nous conduisit jusqu'à une table un peu isolée et entourée d'une banquette. Je serai donc assis à côté de lui, ce qui ne m'enthousiasmait pas...

Une fois notre commande passée, Kyle posa une main sur ma cuisse dans un geste possessif. Je ne savais pas si je pouvais la retirer ou faire comme si je ne ressentais pas sa chaleur et ne rien dire...

-Détends-toi, je ne vais pas me jeter sur toi devant tout le monde dans ce restaurant, me fit-il moqueur.

Evidemment, étant assez perspicace, il avait dû ressentir mon malaise et ma tension soudaine, ce qui n'était pas gênant du tout...

-Tu connais bien cet endroit, dis-je, ignorant délibérément ses paroles et faisant en sorte de changer de sujet. Tu viens souvent ?

-Enfin de la curiosité pour ma vie. Ça me fait plaisir Joshua, dit-il en me caressant la joue de son pouce, me faisant une fois de plus rougir. Pour répondre à ta question, oui, je viens souvent manger ici, le patron est un ami et sa cuisine est délicieuse comme tu vas pouvoir t'en rendre compte. Tu sais Joshua, tu peux me poser toutes les questions que tu veux pour apprendre à me connaître, continua-t-il après avoir marqué une légère pause et en plongeant ses yeux dans les miens.

-Alors... Je sais qu'en tant que fils de directeur, tu dois être le sous-directeur de l'entreprise dans laquelle mon père travaillait.

Il hocha la tête.

-Tu m'as dit que tu avais fait des études, elles sont sans doute en rapport avec ton métier, déduisais-je un peu gêné par son regard fixé sur moi, j'avais l'impression qu'il allait me dévorer tout cru à la place de son repas, je n'arrivais donc pas à réfléchir. Heu... Quel âge as-tu ?

-J'ai trente-deux ans, répondit-il.

-D'accord... Il y a une question que je veux te poser mais je ne suis pas sûr que..., que ce soit une bonne idée, dis-je après une hésitation. Je me demandais... si ton tatouage avait une signification particulière ?

Je déglutis péniblement en voyant ses traits se durcirent, je n'aurais sans doute pas dû mais j'avais besoin de savoir avec quel genre d'hommes j'étais forcé de me marier.

-Oui, il a bien une signification particulière, dit-il la mâchoire serrée. Mais il est trop tôt pour t'en parler, tu n'as pas à t'en préoccuper.

Son ton était dur, j'avais touché une corde sensible apparemment. Heureusement, je fus sauvé par le serveur qui apportait nos commandes. La bonne odeur de cuisine me fit gargouiller l'estomac et j'entamais sans tarder mon assiette. Kyle me servit du vin blanc, je n'avais pas l'habitude d'en boire mais lorsque je portai le verre à ma bouche, je ne pus m'empêcher de fermer les yeux, il était délicieux ! Mon fiancé était vraisemblablement un connaisseur, peut-être grâce aux dîners d'affaires auxquels ils devaient sans doute assister.

-Tu apprécies, fit-il un peu moqueur. Je retiens alors, pour d'autres occasions...

Je baissai les yeux, gêné, le son de sa voix ayant pris une intonation assez... sensuelle. Je continuais donc de manger en essayant d'ignorer sa présence, sinon je n'arriverai jamais à terminer mon repas... Le dîner se déroula silencieusement, je n'osais plus poser de questions pour l'instant.

Je terminais ma tarte au citron meringuée qui était plus que succulente, je la mangeais lentement pour la savourer le plus longtemps possible pendant que Kyle finissait son café noir en me fixant.

-Tu as l'air d'aimer, me dit-il en souriant.

-Oui, elle est vraiment très bonne, répondis-je en devenant plus rouge qu'une tomate, intimidé par son regard qui pourtant, était doux à ce moment précis.

Une fois notre repas terminé, Kyle partit régler la note et parler à son ami. Me retrouvant seul devant le comptoir proche de l'entrée, le serveur qui nous avait apporté notre commande tout à l'heure vint me parler. Il arriva en souriant vers moi.

-Vous avez apprécié votre repas ? demanda-t-il gentiment.

-Oui, tout était vraiment très bon. J'espère revenir bientôt, répondis-je poliment en retour et en lui souriant, il avait l'air si gentil.

Je ne l'avais pas remarqué lorsque j'étais à table avec Kyle, -trop intimidé par mon fiancé, j'avais souvent la tête baissée-, mais le regard de ce serveur dégageait une réelle douceur. En détaillant son joli visage, je me dis qu'il devait avoir à peu près mon âge, peut-être légèrement plus vieux.

-Je l'espère aussi, me fit-il en retour en accompagnant ses paroles d'un clin d'œil.

Je ne pus m'empêcher de rire, le sourire du serveur s'agrandit. C'est là que je remarquai notre proximité. Il était tout à côté de moi contre le comptoir, un peu plus et l'on se toucherait mais je me sentais bien avec lui, j'étais à l'aise et ça faisait longtemps que ça ne m'était pas arrivé. Malheureusement pour moi, ce répit allait tourner court.

-Je dérange ? dit une voix glaciale qui me fit sursauter.

Kyle... Il avait l'air furieux. Ses traits restaient froids mais en ce qui concernait ses yeux, c'était tout autre chose. Si un regard pouvait tuer, le joli serveur et moi-même ne serions plus de ce monde ! Et sans plus de manière, il m'attrapa durement par le bras et m'entraîna vers la sortie. Je devais presque courir pour réussir à le suivre.

-Kyle... essayai-je de me plaindre.

-Tais-toi, m'interrompit-il d'un ton dur qui ne laissait rien présager de bon.

Et je n'osai rien répliquer. Il me jeta presque dans la voiture avant de prendre le volant et de démarrer en trombe. Il roulait rapidement, une colère indescriptible se dégageait de lui et un silence pesant régnait dans l'habitacle. J'étais terrifié... À cette allure, il me sembla que nous arrivâmes plus rapidement qu'à l'allé au manoir. Dès que la voiture fut arrêtée, je me dépêchai de sortir et de me diriger vers l'entrée de la demeure, je voulais m'enfermer dans ma chambre, elle ne contenait pas de verrou mais ma salle de bain attenante, si. Malheureusement pour moi, il me rattrapa avant que je n'atteigne la grande porte et me jeta sans ménagement sur son épaule.

-Kyle ! tentai-je d'une petite voix, commençant à craindre le pire.

Il m'ignora totalement et je me mis à pleurer de peur. Il était trop fort pour moi et ma mère lui avait donné tout pouvoir, me dis-je, écœuré et apeuré. Je n'arrivais plus à réfléchir, j'étais complètement paniqué, je réalisais que je me trouvais totalement à sa merci. J'étais terrifié, mon cœur battait très vite, je me débattais dans ses bras mais cela ne changeait rien. Nous arrivâmes devant une porte qu'il ouvrit et je pus constater avec horreur qu'il m'avait emmené dans sa chambre.

-NON ! LACHE-MOI, KYLE ! criai-je, totalement paniqué en sanglotant et en continuant de me débattre.

Pour seule réponse, il me balança sans ménagement sur le grand lit. Son geste fut si brutal que j'en eus presque la respiration coupée et le temps que je reprenne mon équilibre et mon souffle, il avait retiré son haut. Il était immobilisé et me regardait comme un prédateur prêt à fondre sur sa proie. Je le fixais, effrayé de ce qui m'attendait, ce que je voyais me tétanisait, le corps entier de Kyle dégageait une fureur telle que je n'osais ni parler ni bouger. Torse nu, les yeux remplis de colère, gigantesque, la stature imposante, son énorme tatouage se devinant dans son dos, il me terrifiait complètement, surtout que je ne comprenais pas sa colère.

-Tu as aimé flirter avec ce serveur, Joshua ? demanda-t-il sur un ton froid en commençant à s'approcher doucement du lit et ainsi, de moi.

-Quoi ? Non... Je... commençai-je d'une petite voix qui se stoppa bien rapidement face à ses yeux qui me lançaient des éclairs.

-Non ? Pourtant, ce n'est pas l'impression que tu m'as donnée... continua-t-il toujours sur le même ton, en prononçant chaque mot très lentement, ce qui le rendait encore plus effrayant. Je crois qu'il est temps pour toi d'apprendre à qui tu appartiens.

Et sur ces mots pleins de sous-entendus menaçants pour moi, il commença à déboutonner son jean sous mes yeux horrifiés...

Annotations

Recommandations

jean-paul vialard
POETISER

'C’est heureux que tu sois ainsi,

située dans une marge inquiète,

dans une pensée

en naissance de soi.'
18
2
0
3
Djurian R


Une matinée de travail ordinaire,
Des instants qui se succèdent,
Sans queue ni tête.

Midi moins dix minutes.
L’ennui et la faim tenaillent,
Une note retient mon attention.

Un détail oublié,
Un problème à régler.
Qui attendra bien une heure de plus.

L’envie soudaine d’écrire,
Un poème, libre et sans grand intérêt,
Mais qui fait du bien à l’esprit.

Loin des mails mal écrits,
Envoyés à la va-vite.
Je me libère un petit moment.

Tiens, il est l’heure de partir.
4
5
0
0
Défi
Jb Desplanches
En réponse au défi "Un anti-héros au féminin" par Léa.
Très bon sujet qui va me permettre d'étoffer mon écriture des protagonistes féminins ! Avis aux lecteurs de Post Apo (et aux autres bien entendu) je me lance dans le genre.
Bonne lecture !
8
7
63
10

Vous aimez lire Asylene ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0