L'Appel de Belzébuth

Une minute de lecture

Idier-Le-Noir, seigneur médiéval, dépressif et mélancolique, promène son spleen sur la lande désolée. Au terme de pérégrinations lugubres, il s’installe avec sa suite au château délabré de Ragnarök, son fief, lui aussi fort déprimé.

Sire Idier, s’étant désarmé et dévêtu pour la nuit, se coucha, lui et ses compagnons d’armes. Bientôt un sonore concert de ronflements ébranla la chambrée ; tous dormaient du sommeil du félon après belle félonie.

Mais au milieu de la nuit, Idier se réveilla et eut la vision suivante : le sol s’entrouvrit à ses pieds et ses yeux aperçurent les ténèbres rougeoyantes de l’Enfer ; il pouvait distinguer les démons innombrables torturer les damnés en d’interminables supplices. Soudain, du fin fond de l’Enfer une voix terrifiante se fit entendre.

- Ecoute-moi, Idier. C’est Belzébuth qui te parle, fit la voix.

- Je t’écoute, Prince des Ténèbres, répondit Idier dont l’âme noire comme la nuit se vouait au service du Malin.

- Je te charge d’une mission dont tu rendras compte à Satan soi-même. Lève-toi, arme-toi, rassemble tes chevaliers, et pars à la conquête du Grüül !

- Le Grüül ? Qu’est-ce donc que cela ?

- Sache, noir chevalier, que du temps maudit où Judas notre frère, après avoir vendu le Nazaréen, et commis le plus noir péché de l’Eternité, s’en alla se pendre de désespoir au premier olivier venu, Joseph d’Arithmétie l’assista dans cette tâche. Il fixa la corde à l’arbre, passa le nœud coulant autour du cou de Judas, et le fit choir de l’escabeau sur lequel le félon s’était juché. Une fois l’homme pendu, la nature fit le reste.

Pour la circonstance, Joseph d’Arithmétie avait apporté avec lui un calice d’or dans lequel il recueillit la semence du pendu ; puis il rentra chez lui et mit le précieux vase en lieu sûr.

- Par le Pape ! S’exclama Idier. Je n’ai jamais rien ouï de pareil !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 10 versions.

Recommandations

Défi
EruxulSin

"Vénérée Louise. Je m'en remets à vous afin de me trouver une punition adéquate. Je ne peux qu'admettre avoir été distrait en cette fin de semaine. Je n'ai donc pas pu effectuer mes offrandes auprès de vous.
Aussi tenez. Je vous offre ce ciel parme rempli de reflets d'ambre...
Cela ne vous convient pas... ?
Mais que faire, alors... ?"
8
19
0
0
Lou08
Voici un petit résumé de la légende de Tristan et Yseut, à la fin il y a un petit jeu. A votre avis qu'elle est la bonne fin ( pas le droit de tricher, bon je pourrais pas vous en empêcher!) n'hésitez pas a me faire part de vos réponse.
0
1
0
1
Défi
Tamo Ichao
Deuxième défis relevé !
5
6
13
0

Vous aimez lire Monalisette ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0