Episode 4

7 minutes de lecture

Il était de retour quelques semaines plus tard, après une longue phase d’inaction. Il observait sa cible qui poussait son chariot vide dans le magasin gigantesque, temple de la surconsommation. Ses pupilles se dilatèrent et son coeur tambourina dans sa poitrine tel un orchestre de mille percussions. L'excitation et l'impatience saturaient déjà son esprit et il dut calmer sa respiration pour retrouver un semblant de concentration.  Il serra dans sa poche la petite bouteille de chloroforme et patienta. Sa proie gambadait dans les rayons, insouciente. Elle n'avait pas idée de ce qui l'attendait. Comment aurait-elle pu ? Quand le chasseur est aussi habile, le gibier ne sait jamais qu'il est observé.

La femme sorti une heure après, le chariot remplis à ras bord comme à l’accoutumé. Elle devait s’arrêter tous les cinq mètres pour ramasser un des objets qui avait chu.

« Oh bonjour ! »

Il était sorti comme un diable de sa boîte. Elle eut un mouvement de recul craintif et le dévisagea longuement. Elle semblait ne pas le reconnaître.

« Vous ne vous souvenez pas de moi… Mike, on s’est rencontré sur le parking il y a de ça un mois peut-être. Je vous avais aidé avec vos achats. Vous m’aviez même parlé des décorations d’halloween ! Je vois que vous avez tenu parole ! »

La brune eut un moment de flottement et elle comprit enfin à qui elle avait affaire. Le sourire aux lèvres, elle prit part à la conversation, tout en se laissant accompagnée à son véhicule par ce jeune homme qui lui poussait son caddy. Il l’aida même à mettre ses emplètes dans le coffre ! Puis, voulant désormais prendre congé, elle fit cliqueter ses clefs bruyamment, signal universel qu’il est temps de mettre fin à cette rencontre. Il comprit et elle prit place derrière le volant. Elle sursauta quand il vint s’assoir sur le siège passager et n’eut pas le temps de réagir quand il lui plaqua un tissu sous le nez. Le gaz engourdissait ses membres ce qui l'empêchait de se débattre efficacement. Elle se sentait flasque telle une poupée de chiffon. Son esprit lutta encore quelques secondes, sa vision se troubla et elle perdit connaissance. Son agresseur avait quitter son masque avenant pour arborer un regard carnassier.

Le Marionnettiste réussit non sans mal à échanger de place avec sa victime et rejoignit sa voiture garer à une dizaine de kilomètre, dans une friche industrielle abandonnée depuis longtemps. Il avait préalablement analysé la zone et se savait certain de ne pas être dérangé.

Il gara le véhicule et jetta un coup d'oeil à sa passagère. Elle était toujours inconsciente et ses paupières trésautaient par moment. Il fallait qu'il se dépêche. Il sortit sa boîte à outils du coffre, enfila sa combinaison neuve et respira l'air humide. Il sentait les prémices d'une érection et se délectait déjà de l'orgasme futur.

Il traîna sa victime comme une carcasse de boeuf. Les habits la jeune femme s'imbibaient de l'eau sale des flaques, ses bras pendaient mollement et ses doigts ratissaient le gravier. Il la laissa tomber lourdement à l'endroit prévu et retourna vers sa voiture prendre son matériel.

Son spectacle allait commencé, pourtant le plaisir différait des autres fois. Terne. Décevant. Il se retourna vers sa victime et observa longtemps cette masse informe qu'il allait transformer en oeuvre d'art. Il sourit en sentant son sexe réagir à cette pensée.

La seringue annonça le debut de la performance : tel les coups du brigadier au théâtre, il expulsa les bulles d'air en trois fois. Le liquide gicla puissamment et éclaboussa le visage de la jeune femme. Elle gémit et remua dans son inconsience. Il lui injecta la drogue paralysante dans le bras.

Il avait horreur des femmes qui se débattent. A vrai dire, il avait horreur des femmes tout court. Le visage de sa mère apparut alors dans son esprit et il suspendit son geste, l'aiguille toujours profondemment plantée dans la chair de sa victime. Ces pensées parasites étaient devenues récurrentes ces derniers temps. Il ferma les paupières violement, écrasant le sourire bienveillant de sa mère par la même occasion.

Le corps inerte de sa victime lui arracha un rictus satisfait. Il la voulait immobile, à sa merci. Puis, ses mouvements quelque peu restreints pas la combinaison qu’il portait, il s’arma d’une cuillère. L'ustensile innofencif devint une arme de torture dans sa main gantée. D’un coup sec, il l'enfonça dans l’orbite de la femme et dans un - pop -  mélodieux délogea l’œil.

La victime se réveilla aussitôt, sans un cri. Son oeil restant bougeait dans tous les sens, seule partie encore mobile de son corps drogué. On y lisait toute la souffrance, la peur, l'incompréhension. Cette danse occulaire réussisait même à traduire les supplications intérieures. Le sang coulait le long de la tempe gauche, dilué par un flot continu de larme qui se mélangeait déjà à la boue du sol.

Ravi du résultat, le Marionnettiste ne put s'empêcher de placer le globe sanguinolent à hauteur de ses propres yeux. Il réussit à capter le regard de sa victime et lui intima d'être très attentive. Celle-ci dévisageait son bourreau sans comprendre. Alors, celui-ci attrapa un fauteuil rouge miniature, réplique d'un siège de spectacle confortable et y plaça l'oeil. Puis, il déposa le spectateur macabre et commença sa découpe. 

Membres après membres, l'hémoglobine imprégnait ses vêtements et la chaleur du liquide traversait les couches de tissus. Il maniait sa scie comme un pinceaux de maître jusqu'à devenir lui-même un tableau vivant, camaïeu d'éclats d'os et de lambeaux de chair. Il était euphorique et l'excitation faisait pulser son coeur et sa verge.

Lorsqu’il sectionna la jambe, la femme mourut. La deception le frappa de plein fouet, son sexe flasque soudain privé de sa stimulation. Trop vite. Elle ne devait pas mourir si vite ! Il serra la mâchoire et bloqua sa respiration, sans pour autant se libérer de sa colère grandissante. Il se sentait trahi. Elle ne pouvait pas choisir quand mourir ! C'était lui le maître ! Il lui assena un coup de scie au visage et lui écorcha violemment la joue dans une gerbe carmin. Ce geste sembla évacuer le stress et la tension de ses muscles se relâcha. Il regarda alors le carnage devant lui et une sensation de vide enfla dans son corps. Il se sentit las, vidé de sa substance, sans but.  

Puis il se rappela qu’elle n’était que l’appât. Alors il reprit sa découpe. L'odeur enhivrante du fer emplit de nouveau ses narines, sa bouche et il laissa ce doux parfum guider ses ultimes gestes. Lorsqu'il s'attaqua au tronc, l'odeur devint exquise. Les vicères sectionnées déversèrent leur contenu dans un éclaboussement d'urine et de fécès. Lorsqu'il scia le coup final, son érection tendait douloureusement le tissu de sa combinaison.

***

Chase déboula en trombe dans son bureau. Le jeune homme était en sueur et tenait à la main une étrange boîte. Le gamin avait le sourire aux lèvres et David ne comprit pas tout de suite. Quand le garçon ouvrit la boîte, un diable en sortit, oscillant sur son ressort en ricanant mécaniquement. A la vue des deux sphères blanches nervurées de capillaires brunâtres, remplaçant les yeux de la poupée par leur pupille sans vie, David comprit.

« Sherif ! J’ai découvert ça sur le pas de ma porte ! Il est de retour ! Je pense qu’il veut que je participe à l’enquête ! »

David resta un moment interdit, ne sachant comment interpréter l’euphorie de son équipier. Puis, décrétant que cela devait être la première grosse affaire dont le petit allait devoir s’occuper, il lui décocha un sourire en coin.

« Tu as perdu la tête Chase ? C’est moi ou tu tiens une pièce à conviction sans gant ! Tu es en train de la souiller avec tes empreintes, imbécile ! Dépose-moi cette boîte tout de suite et va me chercher l’équipe scientifique ! »

Ayant retrouvé ses esprits et comprenant la gravité des conséquences de la bourde de sa recrue, David se mordit les lèvres. Si ce jeune blanc bec venait de bousiller sa chance d’attraper ce salaud, il ne respirera plus très longtemps !

L’équipe de la police scientifique arriva au plus vite et s’adonna aux examens préliminaires : recherche de traces de sang, d’empreinte, de cheveux, … Rien… à part ceux de Chase bien sûr. David était fou de rage mais ne laissa rien paraître. Au fond de la boîte son équipe avait trouvé l’habituelle énigme.

« Pour un acheté, trois offerts ! … Mais qu’est-ce que ça veut dire…

- Peut-être que ce pantin est vendu en promotion dans un magasin… Me regardez pas comme ça Sherif… C’est juste que c’est bientôt Halloween et que ce putain de diablotin fout grave les j’tons ! »

Sans plus attendre David ordonna qu’on cherche tous les magasins où se vendaient ces poupées. Parmi la dizaine d’établissements potentiels, seuls deux proposaient des promotions, l’un dans l’état voisin et l’autre à une centaine de kilomètre de Mastertown. Effectuant des recherches dans un périmètre autour des deux magasins, les policiers ne tardèrent pas à trouver le corps d’Angel, dans la même mise en scène désormais tristement familière : membres découpés et bain de sang. David laissa ses policiers faire leur travail et commença à recueillir les témoignages.

Après une dure journée, tout le monde était de retour au poste. David ne pouvait contenir son impatience. En six ans d’enquête c’était la première fois qu’ils faisaient des découvertes si rapides, et tout ça grâce à Chase ! Même si le serial killer était encore dehors, David sentait qu’il était plus proche que jamais du but. Avec de la chance, l’intuition du petit les mènerait tout droit au tueur et il pourrait enfin faire le deuil de Lucie.

« Allez les amis, trinquons à la chute imminente du Marionnettiste et au héros du jour, Chase Cornick ! »

Tout le monde applaudit et les verres s’entrechoquèrent avec gaieté. Bien ancrée dans son fauteuil, Mathilda ne participait pas à l’effusion enthousiaste de ses collègues. Elle examinait discrètement Chase dont la joie semblait évidente mais provoquée par une raison tout autre que la réouverture de l’enquête.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Enigma


Juliette a décidé de partir. Elle déteste ses études, ses parents, concentrés sur leur boulot, l’avocate et le banquier, comme elle les appelle, n’ont plus de temps à lui consacrer. Son père l’a forcée à intégrer une grande école de commerce. Comment peut-il être à ce point aveugle ? Comment peut-il même une seule minute, l’imaginer dans ce domaine ? Il n’a rien compris à sa propre fille !
Elle leur laisse un mot sur le frigo, ils ne communiquent plus que par textos ; mais là, elle veut se laisser une longueur d’avance. Une fois, là-bas, ils n’auront pas le temps de venir la chercher et ils se parleront par écrans interposés. Elle y arrive mieux comme ça de toute façon, elle ne peut pas les affronter en face, c’est au dessus de ses forces.
Elle rejoint ses amis d’enfance, restés à Marseille, tandis qu’elle déménageait à Paris à la fin du collège. Elle glisse dans sa valise, en plus de quelques vêtements, un carnet de croquis, ses pastels, de l’aquarelle. Sur elle, son portable et son casque, objets indispensables qui ne la quittent pas. Elle hésite mais finalement se saisit de son roman en cours de lecture : "L'étranger" de Camus, malgré la certitude que ses potes se moqueront de ses étranges occupations d'intellectuelle.
Les inséparables de l’époque ont tous abandonné leurs études et vivent de petits boulots. Manon et Pauline, désavouent les promesses faites dans l’enfance de devenir des femmes libres et autonomes. Juliette compte bien les leur rappeler.
Le voyage en train est assez spécial. Ce virus apparu en Chine et qui se répand dans le monde en faisant de nombreuses victimes stresse tout le monde. Certains personnes portent des masques ce qui rend l’ambiance anxiogène. Juliette a hâte d'arriver à destination.
A son arrivée, elle découvre les petites cachotteries de ses copines : Manon entretient une relation avec un homme marié, beaucoup plus âgé et va de déconvenues en déconvenues. Blonde sexy, aux formes avantageuses, elle paraît beaucoup plus que ces dix-neuf ans et attire ce genre de messieurs. Juliette ne comprend pas pourquoi elle persiste dans cette voie sans issue. Quant à Pauline, avec son physique de madone italienne, brune gracile à la peau claire et aux yeux de braises, elle collectionne les amants.
Entre ses deux copines, Juliette se demande si elle est normale. L’adolescente se trouve moche et grosse, ses yeux bleus ne font craquer personne. Elle ne supporte plus ses cheveux bouclés. Elle les a d’ailleurs coupés très courts il y a quelques semaines, cet acte ayant suscité des remarques contradictoires dans son entourage. Contrairement à ses copines, elle n’a pas d'amoureux. Pour leur donner le change, elle a inventé une vague histoire avec un certain Timothé.
Sa désapprobation ne l’empêche pas de les suivre malgré tout dans leurs pérégrinations nocturnes. Ses parents ont essayé de l’appeler plusieurs fois, elle ne leur parle que par message. Son père est furieux et veut venir la chercher. Il lui a envoyé un mail incendiaire déplorant son année gâchée et le possible renvoi de l’école. Sa mère s’inquiète de cette nouvelle maladie la COVID-19 et voudrait la voir revenir surtout depuis qu'il est question d'un possible confinement de la population. Elle leur a répondu longuement ce matin pour expliquer son désir de changer de voie.
Elle n’arrive pas à penser à autre chose depuis, appréhende leur réaction. Ce soir, dans la discothèque, le bruit lui vrille les oreilles, le rap est omniprésent, elle ne supporte plus d’entendre ce flot agressif.
- Putain mais qu’est-ce que je fous là !
Juliette s’en veut de penser que cette boîte est remplie de dégénérés. Les corps se frôlent sur la piste, les regards sont insistants, certaines filles sont fringuées, maquillées comme des pétasses. Les hommes apostrophent les « biatches » qu’ils trouvent « trop bonnes ». L’atmosphère est surchauffée, la jeune fille se trouve mal, comme détachée du moment présent. Elle ressent un vertige général, son cœur se met à battre de plus en plus vite, il faut qu’elle sorte de là ! Elle attrape un copain de la bande par le bras, lui demande de l’aide. Une fois dehors, l’air frais la requinque un peu, mais elle éprouve toujours cette sensation de flottement.
- On t’a mis un truc dans ton verre, c’est pas possible ! Ça va ? Tu veux de l’eau ? s'inquiète le garçon.
- Non, c’est pas ça. T’inquiète. Mais ramène-moi, s’te plaît, implore Juliette.
Ces derniers jours ont été une torture. Le vide intersidéral occupe toute la place dans la tête de ses potes, obnubilés par les vies des stars de télé-réalité « Les Anges » et autres insanités qu’elle s’est toujours refusé à regarder.
Les soirées du groupe sont rythmées de fumette et d’alcool. Manon et son homme marié qui a l’âge de son père et maintenant Pauline qui leur a annoncé qu'elle était enceinte ! Juliette ne peut s’expliquer sa décision d'avoir un môme à dix-neuf ans. Pour elle, l’avenir de la jeune femme est tout tracé : bobonne à la maison avec trois mioches. Son copain ne vole pas haut, serveur dans un bar de quartier, un peu macho sur les bords, il se la joue, homme de la situation. La jeune fille a de la peine pour son amie, d’autant plus que cette dernière possède les capacités pour réussir mais son environnement la tire vers le bas.
C’en est trop pour Juliette, elle ne veut plus rester avec eux, elle ne rentrera pas non plus chez ses parents. Elle veut être libre de choisir. Elle pense se réfugier chez sa grand-mère dont la maison n’est qu’à quelques kilomètres.
- Qu’est-ce que tu fous Juliette ? s’inquiète Manon, la voyant faire sa valise.
- Je m’en vais. J’en ai trop marre de vous voir faire que des conneries ! rugit Juliette qui n'arrive plus à se contrôler, les larmes au yeux, les battements de son cœur retentissent jusque dans son crâne.
- T’as craqué ou quoi ? Tu me parles pas comme ça ! siffle Manon entre ses dents, quelles conneries ?
- Vous vous foutez en l’air, tous. Vous baissez les bras et vous vous contentez de cette vie de merde ! vocifère Juliette emportée par le torrent de ses émotions, tu réalises que c’est une famille que tu vas détruire en t’agrippant à ce mec !
- J’m’en bats l’œuf. J’pense à moi d’abord ! Il m’a dit qu’il allait quitter la daronne, qu’il n’en pouvait plus de ses marmots et de sa tronche.
- Tu sais ça m’étonnerait qu’il laisse ses enfants comme ça, il tire son coup avec toi et puis c’est tout. Tu vas encore souffrir ! Putain, laisse-le tomber. Inscris-toi à la fac de droit comme tu l’avais envisagé, ne sois pas bête.
- Ça sert à rien les diplômes, j’vais pas me frapper cinq ans d’études pour finir caissière. Ma mère n’a pas les thunes et j’peux plus la supporter de toute façon. Faut que j’me casse ! Et puis toi, la grosse bourg, tu te calmes ! On est pas assez bien pour toi ? C’est sûr que tu as le choix, toi, entre ton appart du seizième et la villa de ta mémé friquée. D’ailleurs, je vois pas ce que tu fous ici ! T’y’a cru quoi, là ? Va faire tes dessins de merde et lire tes bouquins pourris ! Avec tout ça, tu n’es même pas foutue de te trouver un mec !
Manon lui crache à la figure ce qu’elle a toujours pensé. Juliette a le cœur cassé en mille morceaux.
17
46
186
12
LaudaQuoi
Ma première participation au Prix Pépin.

Pour en savoir plus sur ce concours de micro nouvelles, voir ici > https://www.scribay.com/talks/19005/prix-pepin-2020

Image de couverture : Image par simisi1 de Pixabay
4
3
0
0
Didi Drews
Val-de-Marne, dans un monde semblable au nôtre. Le « Boucher des jolis cœurs », tueur en série insaisissable, se rend auprès de l’inspecteur Lucien Damartiel, flic au passé trouble qui débarque tout juste en ville. Mais des ombres planent au-dessus de l’inspecteur, et quand il a droit à une agression salée sur le chemin du retour, il fait la rencontre de Damien et Mia, les deux gérants d’un bar aux allures clandestines, à deux pas de chez lui.

C’est alors que Matthieu Langevin, petit malfrat sans grande envergure, a la mauvaise idée de se faire tabasser à mort dans la cour d’un petit restaurant de Vincennes. Car ce meurtre sordide, mais a priori banal, porte la signature de la pire bande criminelle du coin : un réseau de contrebande dont le chef, héritier d’une lourde histoire familiale, a été récemment libéré de prison, sans que lui-même ne sache par qui ni pourquoi. Pour couronner le tout, Lucien a la joie contenue de reconnaître deux nouveaux amis dans la foule de visages criminels, prêts à torpiller sa carrière, ou à lui coûter la vie, cela reste encore à voir…

Kamel Sayad, de son côté, traîne dans les pattes d’une jeune procureure adjointe aux intentions obscures. Sa route croisera bien vite celle de Lucien, quand ils se retrouvent tous deux empêtrés au centre de sales embrouilles, à la veille d’embraser les milieux criminels franciliens…

Et si tout cela était l’œuvre d’un vaste complot ? À qui profite le crime ? L’agression de Lucien était-elle fortuite ? Quel lien un tueur en série déchu peut-il bien cultiver avec le crime organisé ? Plus important encore : comment Lucien et Kamel se sortent-ils de leur soupe à problèmes respective ?
60
168
570
146

Vous aimez lire Claire Zuc ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0