Bienvenue à Arnehildia Hall (partie 2)

2 minutes de lecture

« Bon, maintenant que vous êtes tous là, je vous fais le topo de la suite. Lorsque je vais rallumer la caméra, souriez béatement.

  • Mais on va avoir l'air complétement stupide, s'indigna Kate.
  • Je me moquais, restez naturel.
  • Ce n'était pas drôle, ronchonna la jeune femme.
  • Allez, vous êtes prêts.
  • Bien sûr que oui. J'ai hâte de découvrir le buffet, moi, piaffa Suzanne.
  • Tu ne penses qu'à ça, toi, remarqua Alycia. D'ailleurs, tu ferais mieux de te mettre au sport, tout comme moi.
  • Qu'est-ce qu'elle me dit la brindille, s'énerva la rondelette.
  • La brindille, elle est capable de te faire tomber en barrique.
  • Je crois qu'on dit dit tourner en bourrique, dit d'une voix faible Benjamin.
  • Ne commencez pas mainenant, je n'ai pas ouvert ma caméra, s'insurgea Spencer. Contentez de vous de sourire. J'ai hâte de rentrer. Il fait chaud ici. »

Spencer alluma sa steadycam et centra l'ensemble du groupe.

« En direct d'Arnehildia Hall, je vous présente les candidats de notre dixième saison des Vladgame. Ils sont jeunes, beaux, intelligents et se préparent à vivre la plus grande aventure de leur vie.

Plusieurs gloussements accueillirent ces paroles, mais le cameraman les fit taire avant de poursuivre.

Cette année, la crème de la crème va investir les lieux, résoudre ses énigmes et seul l'un d'entre eux aura le privilège de gagner la somme fabuleuse de cinq cent mille dollars.

Déluges de sifflements. Attente de Spencer.

Et une nouvelle fois, ce sera à vous public, de choisir le plus méritant. Ruez-vous sur votre portable pour sauver votre candidat préféré.

Et maintenant, il est temps de vous faire découvrir notre nouvelle maison. Je serais votre guide. »


Spencer mit sur pause, sortit une bouteille d'eau et but une gorgée.

« Cinq cent mille dollars ? Carrément ? demanda James.

  • Non, ça c'est le marketing. Le chiffre n'est pas le même dans votre contrat. Mais il faut bien vendre du rêve.
  • Hé, mais on se fait entuber là, s'énerva Mike.
  • T'as pas lu ton contrat le footballeur ? Les lettres n'étaient pas assez grosses pour toi ? ironisa Kate.
  • Je vais te faire manger tes lunettes, espèce de...
  • Tu m'empêcherais de lui prouver que je suis plus intelligent qu'elle. Elle n'en vaut pas la peine, affirma Luke.
  • Naza choisira son meilleur représentant. Il passera par moi, vous avez intérêt à me servir vous deux. Le grand Naza aime l'intelligence, dit Babeth en effectuant de grands moulinets avec ses bras.
  • Il n'est pas contre les grandes... commença James.
  • Joystick, le coupa Benjamin en dirigeant son regard vers Norman.
  • Ah ouais, joystick. T'as raison frérot.
  • Vous avez fini ? On peut reprendre, j'ai faim moi, hurla Suzanne.
  • Et moi, j'ai chaud. Je vais rallumer la caméra et l'un d'entre vous va ouvrir le portail. Dirigez vous vers l'entrée. La porte n'est pas fermée à clé », conclut Spencer.

Après avoir rallumé, l'homme filma l'ouverture par Britanny, qui telle une duchesse laissa les autres fouler la pelouse du manoir. Elle ferma la marche et imita la montée des marches de Cannes, en envoyant des baisers à ses admirateurs imaginaires et avança ainsi jusqu'à la lourde porte de chêne. Ensuite, elle abaissa la clenche et lança « Bienvenue à Arnehildia Hall » d'une voix suave. Tous les autres s'engouffrèrent dans la demeure et Spencer ferma la marche.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

carolinemarie78
On dirait que ce serait un polar, avec un meurtre et une enquête.
61
205
601
64
LaudaQuoi
Accident ou suicide ? Quand Noella, jeune musicienne parisienne, tombe sur un vieil article relatant la noyade dans la Seine de Fernand, qu'elle subodore être un membre de sa famille, elle part à la recherche d'une vérité qui se dérobe. Une enquête aux frontières du réel, du virtuel et de l'imaginaire qui la mène des monts de Bigorre à une modeste imprimerie de banlieue en passant par la Pampa argentine, ses immigrants européens et leur rêve d'une vie nouvelle. Noëlla trouvera-t-elle les réponses à ses questions entre deux airs de tango?
9
13
24
49
Jean-Paul Issemick
Chronique existentielle sur un fond autobiographique pendant les trente glorieuses.
Les faits relatés sont véridiques, autant que la mémoire puisse leur rester fidèle. Ils se sont déroulés en France, dans les années 1960 et 1970. Par respect pour les survivants et pour la mémoire des défunts, les noms des personnes et des lieux ont été modifiés.
545
862
654
178

Vous aimez lire moonbird ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0