Contresens

Une minute de lecture


 Il pressa le pas.

 Avec difficulté, il se fraya un passage dans la marée humaine qui remontait les Champs-Élysées, il était le seul à marcher dans cette direction. Tout le monde remontait, lui descendait. Sa progression était de plus en plus difficile. Il se heurtait en permanence à cette foule terrifiée. Certains, en le croisant, le fixaient d'un air incrédule sans comprendre pourquoi il ne fuyait pas. Pourtant, rien ni personne n'aurait pu le convaincre de faire demi-tour pour suivre le flot. Il était déterminé, son choix était fait, il irait jusqu'au bout.

 La cohue devint extrême, l'agitation se transforma en panique, des hommes et des femmes trébuchèrent, furent piétinés et laissés au sol sans un regard. Chacun ne pensait qu'à une chose, courir, fuir le plus loin possible. Il ne voyait personne dans la foule, pas un regard, pas un signe qui aurait pu le faire renoncer à son projet. Ses forces commencèrent à décliner. Il faillit perdre l'équilibre, mais il tint bon et continua sa progression.

 Bientôt, le grouillement humain se fit moins dense, les cris diminuèrent d'intensité. Il put accélérer sa course. Il ne lui restait plus que quelques mètres à parcourir, enfin il se retrouva seul et put s'arrêter, haletant, épuisé mais satisfait d'avoir atteint son but. Un silence glacé s'installa. Les contours de son champ visuel commencèrent à s'estomper, la brume enveloppa le jour déclinant, son ombre disparut.

 Alors il vit l'insoutenable et poussa un dernier soupir. Au bout du chemin il avait trouvé ce qu'il était venu chercher...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 18 versions.

Recommandations

MiliePlume
One-shot court pour me remettre dans le bain de l'écriture. Quoi de mieux que d'écrire mon rêve de cette nuit : cette femme, pas tout à fait réelle, pour qui je pourrais tout abandonner.
1
0
0
2
La Plume Sage

Il est dans ma tête, il me suit depuis quelques temps déjà sans que je ne puisse rien y faire. Je n'ai pas mon mot à dire, il a élu domicile à l'intérieur de mon crâne, caché près de mon lobe cérébral droit. C'est un parasite, un de la pire espèce, un de ceux que tout le monde redoute lorsque l'on apprend son existence. Il est trop tard pour moi, rien ne le délogera, il est bien trop résistant. Cet étranger à trouvé un hôte qui lui convient, ainsi jusqu'à mon cercueil il m'accompagnera. Personne ne connaît leurs origines, ces parasites ont été découvert il y a seulement quelques semaines, environ 30% de la population mondiale serait affectée par cet organisme. Les scientifiques sont tous restés pantois lors de sa découverte qui résulte d'un fabuleux hasard. Il n'y a pas de symptômes particuliers, aucune complication de santé n'a été détectée chez tous les hôtes, de plus il est impossible de le retirer sans tuer le porteur. Sur le long terme, nous aurons peut-être des réponses. En attendant, nous sommes des millions à vivre dans la crainte quotidienne que quelque chose se produise.
Une forme de ségrégation s'est instaurée au lendemain de l'exposition médiatique. Tous les infectés malgré l'absence de danger pour autrui se voient refuser l'accès à de très nombreux lieux publiques, il leur est vivement conseillé de rester à l'écart des gens sains. Tout comme moi, les autres infectés sont affublés d'une étoile rouge sur notre manche, permettant ainsi de montrer aux yeux de tous que nous sommes différents des autres, que nous sommes plus monstrueux car cela les rassures aux fonds d'eux. La société est divisée entre deux clans, les sains et les infectés, le monde tel que nous l'avons connu n'as plus rien à voire avec ce qu'il était, ou du moins c'est ce que pense les gens.
Je crois que je me suis fais à cette idée d'avoir un invité, d'ailleurs je ne me sens pas plus différent que d'habitude, je pense même que je n'aurais jamais remarqué sa présence si je n'avais pas été obligé de faire un test. Pour ma part je suis persuadé que ce parasite est présent en nous depuis notre naissance, c'est juste que personne n'avait jusqu'alors remarqué sa présence. C'est peut-être quelque chose de normale, nous comptons un nombre incalculables d'organismes vivant sur notre peau alors pourquoi pas un logé dans notre cerveau ? Le parasite ne fais pas de mal pour l'instant, il vit sa vie tranquillement, bien au chaud sans se faire remarquer, pourquoi les gens sont-ils aussi méfiants envers nous, auraient-ils peur que d'un coup nous nous transformions complètement en machine à tuer sans âmes ou je ne sais quoi ?
Les médias parlent en boucle de cette découverte mais peut-on leur faire confiance à eux qui sont avides de sensationnels, avides de scoops en tout genre ? Ils nous dénigrent publiquement et nous sommes sur le point d' entrer dans un régime que personne n'a envie de subir, pourtant nous y allons forcement à ce rythme là. La folie est une maladie humaine, le parasite l'a juste rendue plus importante, et nous ne sommes qu'au début des recherches.
6
6
63
2
SkyOfStarryBlue
Entrer dans le monde fascinant des anges et des démons ! Il plane au dessus de leurs têtes une malédiction que deux ados vont peut être réussir a surmonter. Défis, mort, amour et tentation sont en rendez-vous.
1
0
37
6

Vous aimez lire Gérard Legat (Kemp) ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0