n°5

Une minute de lecture

Bouillonnements orangés, grommellements, grondements... Le volcan s'éveille de son long sommeil, torturé par le feu de ses entrailles. Alentour, c'est le silence ; tout se tait, sauf les plaintes rageuses de la montagne tronquée qui se répandent en échos graves et sonores. Un spasme secoue la terre. Le volcan souffre... Et les oiseaux, criant à leur tour, jaillissent en nuages de la forêt pour s'éloigner à tire-d'aile, obscurcissant le soleil.

Une nouvelle plainte s'échappe de la bouche de la montagne, et un filet de fumée épaisse en sort ; une fumée grise aux reflets noirs, consistante, chargée de cendres mortelles... Le volcan s'éveille de son long sommeil, torturé par le feu de ses entrailles. Alentour, c'est la pénombre ; tout est recouvert d'ombre, tandis que les cendres dévorent le ciel. Grondements, spasmes... La terre tremble par avance, la nature frémit tout entière. Et les hommes, là-bas dans leur ville côtière, s'inquiètent, suspendent leurs gestes, tendent l'oreille, pointent du doigt le ciel cendreux qui tombe sur eux...

Alors le cratère fissuré laisse échapper la lave noire et orange, mélange de néant et de feux infernaux, en une rivière poisseuse. Tout brûle, tout meurt sur le passage du sang ardent de la terre. Le volcan s'est éveillé de son long sommeil, torturé par le feu de ses entrailles. Lorsque la rivière de lumière sera devenu sentier de pierre, quand les cendres seront déchirées par le bleu du ciel, autour du volcan, la nature ne sera plus que chaos torturé. Et les hommes, là-bas dans leur ville côtière, ne seront plus que statues de cendre.

Le 27/11/2010

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

É. de Jacob
Ce recueil ne représente à mes yeux qu'une tentative, car je ne me suis jamais adonné jusqu'ici à l'écriture de la poésie. Il s'agit uniquement d'un exercice visant à me garder alerte en attendant qu'une histoire supplémentaire ne se profile dans les méandres créateurs de mon cerveau.
1941
4075
405
217
TheWingsOfDreams
Prologue :
“Qu’est-ce qu’on fout là ?”

La pièce était blanche illuminé par la lumière du soleil qui perçait par la petite fenêtre. Seul deux lits y était installé mais seulement ça.

Un homme s’approcha à travers le rideau fin, il tenait des bandes de pansement avec des produits pour nettoyer et désinfecter les plaies. Il se rapprocha d’Evy mais elle se recula vivement, remarquent le geste il s’arrêta.

“Ne vous inquiétez pas, tout va bien.”

“On est où?” demandai-je, perplexe.

Il nous regarda avec un petit sourire sournois puis jeta un coup d’oeil d’où il venait puis repris son sérieux pour nous dire.

“Bienvenu au Panthéon de la vérité. Votre Jugement Dernier.”
1
3
78
6

Vous aimez lire Elodie Cappon ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0