n°6

Une minute de lecture

Dans la plaine irlandaise enneigée résonne une joyeuse mélodie qui donne envie de danser malgré le ciel froid et gris. Autour d'un feu, des rires et des cris de joie. Le bord des jupes frôle les flammes en tournant, les souliers mignons frappent en rythme le parquet, dans la maison en fête au bord de la rivière glacée.

Autour du feu, des vivats et des chants. Aux sons chaleureux de la musique entraînante, le claquement sec des talons qui frappent le parquet résonne - tacatac tactac tacatac tactac - et les yeux brillent de joie, éclairant les joues rougies des danseurs essoufflés mais souriants, enchantés et ravis.

Le petit peuple se rassemble sur les bords du lac gelé, attiré par les rires, la musique et les danses. Eux aussi se mettent à tournoyer, leurs minuscules talons frappant en rythme la neige blanche éclairée par la lueur mouvante du feu dans la maison en fête. Danse endiablée des Kobolds et des Hommes inconscients de leur présence, aveugles aux figures invisibles des fées, sourds aux chants joyeux des ménétriers enchantés. Le bord des jupes frôle les flammes en tournant, les petits pieds des Invisibles effleurent la neige en dansant.

Quand un homme jette un regard par la fenêtre, les minuscules fées ailées lui font signe en voletant autour de la demeure où l'on fête les noces ; mais lui ne voit pas les minuscules bras s'agiter devant lui. Il s'écrie juste, d'une voix rendue titubante par l'ivresse : "Hé, il neige !"

Le 03/12/2010

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
MARQUE
On ira. Où tu voudras, quand tu voudras. Et on flânera encore même quand le jour sera mort. Toute la nuit on sera rois, on sera chiens, on emmerdera Darmanin. Toi ma douce, moi ton venin. Et tous nos demains seront écrins.
1
0
0
0
É. de Jacob

nous jouons avec les rimes
autant qu’avec la prose
nous pouvons faire rire
ou simplement pleurer
nous flottons dans le ciel
nageons dans le sang
la guerre et les tourments
nous aimons les amoureux
ou les détestons
les fleurs nous émerveillent
tout comme les histoires d’horreur
peuvent nous plaire
nous escaladons des montagnes
voguons sur les océans
pénétrons dans les cœurs
devenons sœurs d’âme
nous sommes oiseaux
conscience
ou désespoir
nous choisissons d’être beaux
ou cruels
ou romantiques
passé présent ou futur
nous appartiennent
nous vous laissons la vie sauve
du moins pour un temps seulement
78
128
17
16
É. de Jacob
Ce recueil ne représente à mes yeux qu'une tentative, car je ne me suis jamais adonné jusqu'ici à l'écriture de la poésie. Il s'agit uniquement d'un exercice visant à me garder alerte en attendant qu'une histoire supplémentaire ne se profile dans les méandres créateurs de mon cerveau.
1968
4100
408
220

Vous aimez lire Elodie Cappon ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0