Feu de paille

Une minute de lecture

"Maybe I'm not leaving ; maybe I'm coming home"

 En se tournant vers son passé, l'homme voit un garçon qui se tourne vers son avenir
 Et tous les deux sont mélancoliques
 Tous les deux rêvent de l'autre
 Eux-même

 Il ne faut pas ménager ses forces pour le retour
 Mais si c'est trop tard ?
 Les forces seront-elles dépensées en vain ?
 Faudra-t-il me traîner
 À la surface de l'eau ?
 Pendant que je languirai de mes foyers qui crépitent
 À des années-lumière

 Je crois que nous sommes attachés par un fil à notre origine
 Et à notre destin
 Ne m'en voulez pas si je me tortille lamentablement
 Jadis le public s'enthousiasmait des écartèlements du Cirque Maxime
 Peut-être est-ce l'arène naturelle que Dieu a donnée à l'homme
 Et si je tombe sur le sable et si ma bouche mord la poussière
 Ne m'en voulez pas

"Leaving is living"
 Tout me répète qu'exister est se porter hors de soi
 Si je suis souris qui accouche d'une montagne
 Ma gestation doit être
 Douloureuse
 Ne m'en voulez pas
 Peut-être faut-il seulement attendre
 Et ne m'en voulez pas
 Je m'en veux déjà bien assez

 Le singe et l'essence commencent par brûler les scénarios.
 De même j'ai allumé un feu avec la paille trouvée dans mon oeil
 Et la fumée s'en va rejoindre notre mère
 Qui est aux cieux
 Tout là-haut
 Mais sur ce petit caillou tout en bas j'ai trouvé d'autres étoiles
 Et je ne suis qu'une étincelle
 Attendez-moi
 Que je me jette à corps perdu sur ma paille pour m'y coucher
 Et peut-être
 Peut-être
 Adieu, va

Y'don't want' miss a fly
 Dreamer ; the size of your eye
 - It'll burn to the sky...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Vingt Quatre

Mon amour, ma vie, mon rocher
Là, l'âme exposée au doux rythme
Des vagues qui fuient au levant
Las du chaos, le vent m'abîme
Sans que je puisse respirer
Sentir la ramure dorée
De l'âtre jaune au firmament
Regarde-le comme il se vrille
Des embruns salés et volants
Tournent autour de moi, m'habillent
Se dérobent en gouttes d'or
Et mon coeur de pierre vacille
Quand tout s'éteint et que tout dort
Les sillons d'eau à crêtes blanches
Gorgent l'océan de bleuets
Sur l'horizon le ciel s'épanche
Et laisse tomber ses reflets
3
0
1
0
Florian Pierrel Officiel
Qui nous dirige ? telle est la question ?
Bienvenue à la société de l'argent où jalousies et richesses détruisent des vies par des voleurs, des histoires bêtes exectera je vous laisse dont imaginer.
7
28
17
2
Défi
Léonie Rude


Sur toutes les lèvres un seul mot : Liberté.
Que brillent nos étoiles toutes de rouge teintées,
Rouge comme le sang qui couvre nos drapeaux
Resplendissante telle la faucille et le marteau.
1
0
0
0

Vous aimez lire RêveurSolitaire ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0