7 décembre 2016

Une minute de lecture

Hier, j’ai perdu mon cahier. J’ai cru qu’Alzeimer m’avait rattrapé ! L’un de ces excités m’avait peut-être contaminé ? J’avais fouillé partout dans ma chambre. Dans quinze mètres carrés, comment perdre un objet ? Surtout que je n’en avais pas beaucoup d’objets ici ! J’étais au bord de la panique, quand Jeanne, l’une des aides-soignantes, me l’avait rendu sans un mot. Elle m’avait dit l’avoir trouvé sur mon bureau, ouvert, et qu’elle y avait jeté un coup d’œil par curiosité. Elle n’avait pas pu s’arrêter, prise par sa lecture. Elle s’était excusée, avait reposé le livre sur la table et était partie sans rien dire d’autre.

Je devrais être outré, faire un scandale, en appeler aux plus hautes instances de la maison de retraite, mais je me sens fébrile. Je sais ce que j’y ai écrit… Le fait que ce soit Jeanne qui ait pris mon carnet explique mon absence de réaction. J’aime bien Jeanne, elle ne m’infantilise pas. Elle me traite comme un être humain, pas comme les autres aides-soignantes qui nous parle de façon impersonnelle. « Alors ? On a bien dormi cette nuit ? » Et avec toutes les casseroles que je me traîne, c’est l’une des seules à ne pas me faire la gueule.

Dois-je m’attendre à des représailles ? Aucune remarque, aucun regard inquisiteur – enfin, pas plus que d’habitude. Je pensais qu’ils me foudroieraient, mais rien ne vient. Est-ce là ma peine ? Me tourmenter en me faisant mariner ? Et plus tard, la sanction tombera comme un couperet ! Les infirmières me réservent-elles un traitement spécial ? Je les vois déjà y réfléchir dans leur salle de repos autour de leur café. « Comment pourrait-on faire clamser le vieux pervers ? » Oh ! Je les entends presque persifler sur ma personne ! J’imagine des lavements et d’autres humiliations médicalisées. Et si elles m’empoisonnaient ? Ma fille serait débarrassée de son fardeau financier et affectif. Peut-être vont-elles seulement me droguer, suffisamment pour me transformer en légume. Elles ont bien essayé déjà ! Je baverai autant qu’aujourd’hui, mais pour d’autres raisons !

Je crains le pire, et c’est ce qui m’est arrivé de mieux depuis longtemps. Je me sens si vivant !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Knoevenagel
Trois ingénieurs de la CIA travaillent sur une nouvelle arme surpuissante. Mais ça n'est pas un missile dernier cri, ni une énième bombe atomique...

Il s'agit d'une chose bien plus subtile, dont la perversité commence à peine à effleurer l'esprit des scientifiques consciencieux qui ont donné la moitié de leur vie à cette oeuvre. Elle pourrait bien changer à jamais la face du monde et la façon dont seront réglés les conflits à venir...
2
5
6
5
Ranne Madsen
Sujet 3 s'éveille un jour dans un laboratoire, un mécanisme sombre en guise de bras. Pas de souvenirs, pas de passé, la sirène comprends rapidement qu'elle n'existe que pour un seul but : devenir une arme.
Si l'aimable docteur Sugarawa la prends rapidement sous son bras et veille sur son bien-être, ce n'est pas le cas d'Anila NDong, la mercenaire censée agir en cas d'incident. Cette dernière, haïssant la sirène de tout son être pour une raison échappant à la compréhension de cette dernière, est prête à tout pour prendre sa place.
Mais, alors que l'opportunité se présente, la mercenaire hésite. Une seconde, une simple seconde, mais une seconde de trop.
1
2
1
6
Défi
Eric Abbel
Écrit à partir de ce qu’il y avait autour de moi dans ma chambre d’hôtel (voir la vidéo : https://youtu.be/M90-gUUMm70 ) :
des travaux dans la rue, des gens très bien (titre d’un livre), Couple aux directions opposées (tableau au mur), Bentley, Coffre fort, panneau « Radisson do not disturb », téléviseur Philips. (et dans cette version j’ajoute la Bentley que j’avais oubliée lors de la première écriture !)
3
2
0
1

Vous aimez lire Alexis Garehn ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0