5. La fête bat son plein

2 minutes de lecture

Les photos du mariage ont pour cadre le lieu même où le repas sera ensuite servi. Il s’agit d’un domaine vieux de plusieurs siècles, tout en pierre, aux murs tapissés de lierre grimpant. Le bâtiment est entouré d’un vaste jardin aux senteurs aromatiques. Une fontaine, où deux angelots renversent des jarres, y trône fièrement. Le photographe s’escrime à crier les noms des invités devant apparaître sur les clichés avec les mariés. Tout le monde sourit, boit du champagne tandis que certaines femmes massent leurs pieds endoloris par les hauts talons des chaussures.

Hortense prend des poses pour la pellicule, envoyant des baisers, jouant avec son bouquet… elle est la reine de la journée et compte bien en profiter. Seule une petite lueur craintive dans ses prunelles bleues prouve qu’elle a remarqué le comportement distrait et absent de son mari. Elle ne souhaite pas s’attarder sur ce que cela pourrait signifier, ayant trop peur de la réponse. Elle préfère faire abstraction de toute pensée négative pouvant nuire à sa journée. Pour oublier, elle rit haut et fort.

Patrice, lui, se tient légèrement contraint, prenant les poses que demande le photographe, se sentant encombré par la joie de son épouse. Laurent, malheureux, ne le quitte pas des yeux.

Après les photos, le vin d’honneur passe à toute allure, puis le banquet. Le nouveau couple fait son entrée dans la salle sous une pluie de ballons blancs.

Le repas, copieux, se déroule de manière parfaite et commune à tous les mariages. Si Patrice manque d’entrain, on met cela sur le compte de la fatigue. Seuls Laurent et Hortense devinent que le mal est autre.

Ils sont tous là à fêter cet amour, se dit Patrice, et moi j’ai l’impression d’assister à un enterrement, le mien. Pourquoi ne puis-je être heureux ? Je le voulais ce mariage ! Je désirais Hortense ! La semaine dernière, encore, j’étais impatient ! Qu’est-ce qui me prend, pourquoi ai-je envie que tout cela cesse ?!

Patrice est désolé de ces pensées qui l’envahissent comme la mauvaise herbe dans un jardin.

Le bal commence… la première danse. La magnifique voix de Whitney Houston s'élève dans la salle. Tandis que le couple bouge au rythme de la musique, Hortense, sa jolie tête posée contre le torse de Patrice, laisse échapper un soupir.

- Aime-moi, Patrice. Aime cette journée.

Son mari, bouleversé par la voix teintée de tristesse de son épouse, la serre plus fort contre lui ; avec délicatesse, il relève son visage vers lui et l’embrasse tendrement. Pourtant il regrette toujours.

(à suivre)

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

jean-paul vialard

Voici celle que vous êtes : une femme libre de son corps, libre de sa pensée, de ses mouvements. Et nullement soumise. A qui que ce fût. Indépendante, fière de s’appartenir, d’abord à soi, ensuite à l’art qui vous porte bien au-delà des circonstances mondaines, dans un univers clos, seulement connu de vous. Vous êtes coiffée d’un chapeau couleur coquelicot. Vos yeux sont des lacs sombres, immenses, passionnés. Où chacun pourrait choisir de se noyer, mais il n’y a pas la place pour quelque intrus, fût-il prince ou bien héros. Votre teint est de porcelaine claire avec des rehauts de rose nacré. Votre bouche un fruit mur, une cerise au jus sucré. Votre cou, le tronc d’un mince bouleau qu’un crépuscule aurait habillé des couleurs du corail. Vous portez, en tout temps, une cape grise dont le haut col dissimule votre gorge à la vue des curieux. Cette cape, la seule concession à l’aspect austère de votre hôtel, manière de cage dont, chaque jour, vous vous échappez pour seulement vous retrouver, vous, l’étrangère à son propre logis. C’est ainsi que je vous vois. C’est ainsi que vous figurerez dans les pages nécessairement fiévreuses de mon livre. Rien n’est plus troublant qu’une énigme non résolue. Mais tout ceci, mon rêve de vous, vous ne le saurez pas. Le vôtre, ce songe si illisible dans la trame serrée du temps, le saurais-je un jour, vraiment ? Le saurais-je ?
2
3
0
1
Llalie
La découverte de documents confidentiels dans une taverne de la Rochelle bouleverse le Royaume de France. En mettant la main dessus, l'héritier légitime du trône ne se doutait pas du complot sordide qui se tramait dans l'ombre.
La lutte pour la couronne ne se ferait pas sans sacrifices et il était destiné à être le premier d'une très longue liste.
62
86
61
681
Défi
Anixxn '
Essai/description
3
7
6
1

Vous aimez lire Ode Colin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0