Sur la route, dix heures quarante-cinq

Une minute de lecture

Des grondements menaçants annoncèrent l’imminence d’un autre déluge. Une voûte gris-noir recouvrait le ciel et des gouttes d’eau s’écrasèrent de nouveau sur sa vitre avant. Sam alluma la radio, mais celle-ci resta silencieuse, émettant par-ci, par-là quelques interférences parasitaires. Il l’éteignit et soupira.

Dix fois. Cette pensée surgit sans même crier gare. Cela le mit mal à l’aise. Le poids de nos actes augmente au fil des ans , songea-t-il amèrement. Sa culpabilité refaisait surface à l’évocation de ce nombre. Sam se sentit d’un coup plein de rancœur envers l’image de l’adolescent qu’il fut alors.

— S’il m’était donné le moyen de retourner en arrière afin de tout effacer, je le prendrais sans hésiter, cria-t-il tout haut.

Le visage du mendiant lui revint à l’esprit, son regard perçant et son bras tendu en sa direction.


Annotations

Recommandations

Burton Colin Vocodin
Exercice d'écriture avec thème imposé : inventer une histoire à propos d'un personnage qui doit garder le chien de son patron pour le weekend. Texte écrit en 4-5 heures.
2
2
18
6
Défi
Dwenriss
Réponse au défi "Aime ton voisin" de Gabriella Bozzano
N'aimeriez vous pas avoir un voisin tel que celui-ci ?
3
2
0
2
Amuse.e
Vous ne trouverez pas dans ce qui suit les péripéties extraordinaires d’un personnage idéalisé qui réussi tout ce qu’il entreprend et qui fini heureux et ayant atteint le but qu’il s'était fixé. Ici, je vais vous racontez une histoire. Une histoire vraie, non dans ses propos mais dans son déroulement car les histoires sont trop souvent écrites par des menteurs. Bien que je sois intimement convaincue qu’il faille être un peu menteur pour bien raconter une histoire, ces menteurs-là vous font croire que leurs histoires ont un début et une fin et que le personnage n’a fait qu’évoluer entre ces deux points. Mais qu’y a t’il après cette fin? Une nouvelle histoire? Non, il n’y a qu’une histoire. Il n’y a qu’un début, la naissance et qu’une fin, la mort. Et un seul instant entre les deux. La vie, c’est un serpent qui se mange la queue. Voilà ce que va être mon histoire.
1
2
2
17

Vous aimez lire Pasot ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0