Douce, heureuse, et rance

Une minute de lecture

Fade. Tu es
Cassée, ton corps
Empêtré. Piètre décor.

Prends ma main car tu t’enfonces, tu plonges et sombres, et chutes encore ;
Dans les ténèbres tu es perdue. Reviens-moi,
J’entretiendrai cette flamme qui te fait défaut ;
J’empêcherai le vent, je te sauverai des eaux,
Qui pleuvent depuis le toit. Ciel ! Est-ce une larme que j’entrevois ?

Ces yeux offerts ;
Dis, parle ! M’as-tu abandonné ?
Diable ! Je te perds.
Qui ose t’emprisonner ?

Et quel est ce sourire qui t’écorche le visage ?
Sont-ce ces pitreries qui te rendent moins sage ?
Chaque pas que tu fais éloigne l’empyrée
Dont je crains que bientôt tu veuilles m’évincer.

Blafard, je m’efface et je fuis
Pour chaque rejet que j’essuie…
Las. Tu t’aimes.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Vous aimez lire Kytsuh ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0