Chapitre I - Présentation d'une vie

3 minutes de lecture

Le cimetière. La vie.

C'était là qu'il avait passé sa courte vie. Courte car il n'en était qu'à l'aube.

On l'avait conduit là, onze années auparavant, alors qu'il n'avait que six ans, et on lui avait dit d'y rester. Au cimetière. Lieu du repos éternel pour le commun des Hommes. A l'époque, il était petit et ne comprenait pas pourquoi on lui disait de rester là. Mais maintenant, il pensait savoir. Peut-être était-ce à cause de ce qu'il voyait et racontait. Peut-être n'aurait-il pas dû décrire tout ce qu'il voyait. Peut-être aurait-il dû garder toutes ces choses pour lui. Mais il était alors petit et ne comprenait pas que ce qu'il voyait, les autres humains ne le voyaient pas. Peut-être. Mais il ne l'avait pas fait, et maintenant il était là.

Il n'avait jamais connu sa mère. Mais il avait connu son père. Il lui rendait visite, parfois, pour pas qu'il ne se sente seul. Mais il ne voyait pas son âme. Il savait qu'il lui ressemblait beaucoup. Cheveux noirs, yeux verts, grand et mince. Ceux qui lui avaient dit de rester là lui avaient laissé une cape noire aux bords élimés, alors trop grande pour lui. C'était la cape de son père. Aujourd'hui, elle lui allait comme un gant. Soit elle avait rétréci, soit il avait grandi. Ce n'est pas parce que ses bords étaient usés qu'il allait arrêter de la porter. Non, cette cape était lui, était aussi son père.

Personne ne vivait avec lui. Enfin, pas vraiment. Mais ce n'était pas grave, il n'avait pas besoin de manger, ici, par exemple. Et les gens de la pierre lui tenaient compagnie. Ils disaient qu'ils étaient enfermés dans la pierre, en vrai, mais que leur âme était libre et que rien ne pouvait la retenir. Il discutait avec eux tous les jours. La plupart d'entre eux avait plus de quarante ans, mais il y avait aussi des plus jeunes, des enfants, des adolescents. Mais certains enfants et adolescents étaient en fait plus vieux que, par exemple, certains quinquagénaires, c'était drôle. En fait, c'était simplement lié au fait que certains étaient là depuis plus longtemps que d'autres. Ici, il ne fallait pas se fier aux apparences, surtout pour deviner l'âge de quelqu'un, par exemple. Mais bon, tout le monde faisait bien avec.

Mais lui n'était pas comme eux. Il n'était pas une âme, n'était pas dans la pierre. Il les voyait, les entendait, leur parlait, mais ils n'étaient pas comme lui. Alors, s'il ne faisait pas partie de ceux qui l'avaient emmené ici, s'il n'était pas comme ses amis, qu'était-il ? Parfois, ceux qui l'avaient laissé là revenaient. Pas pour lui, non. Non, c'était pour enfermer quelqu'un dans la pierre. Au cimetière, ils savaient alors qu'ils avaient tous un ami de plus. Il fallait un peu de temps à l'âme pour s'habituer, puis ils discutaient tous ensemble.

Les âmes l'appelaient Nox, qui voulait clairement dire Nuit. Elles disaient que ça lui allait bien. Ce nom venait aussi d'une habitude qu'il avait : toutes les nuits, il faisait le tour du cimetière, l'air mélancolique, plus sombre que la Nuit

Donc Nox menait une vie calme, avec ses amis. Il avait grandi en jouant à deviner l’âge des âmes et à trouver leur corps. Il ne connaissait rien d’autre que ce qui touchait au cimetière. Les âmes lui avaient appris à lire, à parler différentes langues, à compter les centenaires et les millénaires et à inscrire des inscriptions sur les stèles entre autres choses.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Lurhann
Pour certains, c'est être dans l'eau la plus profonde qui les tétanisent. Pour d'autres, c'est d'être dans une forêt remplit de spectres ou de fantômes qui glacèrent le sang de beaucoup. Et si vous croyez que la folie ou la maladie n'est pas une peur, c'est que vous prenez les choses réels à la légère.
0
0
0
8
Tacitus "Asmoun" Zéfiratoun
Chanson légère sur un thème lourd
4
10
0
1
Littérêves

Si près du néant, son souffle lent plane.
Ses yeux se ferment et ses sens s'éteignent
Tels de jeunes fleurs qui déjà se fanent.
Impassibles, l'espérance et le doute règnent.

Le déclin imminent de son souffle parfait
Semble à mon coeur le plus lourd des fardeaux
Et le miroir pur, que ne retrouverai
Jamais, se brise en un million de morceaux.

Parmi les fleurs qui chériront ton souvenir
Heureux, mes larmes essentielles couleront
Et l'éternité qui devait t'appartenir
S'ouvrira pour que jamais nous ne t'oubliions.

Pars ! écho languissant de mon âme fragile,
Envole toi vers un monde éternel et beau
Souffre un dernier instant les hommes futiles
Qui, à ton chevet, viennent apposer leur sceau.
1
2
1
0

Vous aimez lire Riwana Roy ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0