17 Enfants

2 minutes de lecture

Il faut dire que la famille qui habitait dans le premier appartement avait, à elle seule, 17 enfants. Je me suis toujours demandée comment ils arrivaient à tous dormir dans un appartement identique au nôtre. Même en utilisant le salon comme chambre et avec des lits superposés, ça restait juste encore, apparemment ils y arrivaient. La mère avait un enfant tous les ans.

Un jour, alors que les femmes de l’immeuble s’interrogeaient sur une possible nouvelle grossesse de la mère, je suis allée l’interpeller en lui demandant si elle était encore enceinte et allait avoir de nouveau un bébé. Ma mère m’a filé une baffe pour avoir osé demander ce que toutes les autres femmes auraient bien voulu savoir.

Le père était un grand brun avec une moustache, très hautain, il marchait toujours fièrement la tête bien haute. Il était très sévère avec ses enfants, parfois il les frappait. Il avait une maîtresse, qui habitait l’immeuble d’en face. Lorsqu’il sortait du hall pour aller à sa voiture, il faisait toujours un petit signe de la main à sa maîtresse, et nous les mômes dans son dos, on refaisait tous simultanément le même petit coucou de la main. Dans le groupe, il y avait parfois certains de ses propres enfants. Il était furieux.

Un jour, je l’ai agressé verbalement parce qu’il avait frappé violemment un de ses enfants devant moi. Les mères pouvaient donner des baffes, mais les pères c’était autre chose, c’était bien plus grave. Si bien qu’à la suite de notre altercation, il en a parlé à mon père. Mon père m’a accompagnée chez lui et m’a obligée à m’excuser auprès de ce grand méchant. En m’expliquant ensuite que je ne devais pas parler comme ça à un père, même si c’était mal qu’il batte son enfant.

Aucun des enfants de cette famille n’était avec nous dans nos classes. Dès qu’ils quittaient la maternelle, ils allaient systématiquement tous en classe de perfectionnement, une classe spécialisée pour les enfants en grande difficulté scolaire. Aucun des enfants n’était bien malin, on leur faisait croire tout ce qu’on voulait. Un jour un de leurs enfants, Bébert, s’était fait renversé par une voiture, il avait eu la jambe cassée et plâtrée. Tous les gosses étaient bouleversés par cet accident, ça a été l’occasion pour les mères de nous rappeler tous les dangers de la route.

À l’heure du goûter, la mère appelait tous ses enfants. Elle était installée derrière la table de la cuisine et avait de très gros pains, des miches, et des pots de confiture ou de compote géants, comme ceux que l’on a dans les cantines. Ses enfants tendaient les mains pour avoir une grande tartine. Une main de plus ou de moins, elle ne le remarquait pas. Si bien que régulièrement, je prenais le goûter chez eux en glissant ma main au milieu de celles de ses enfants.

Pour les toilettes, c’était pareil. Monter trois étages pour aller aux toilettes, ça me faisait perdre du temps de jeu dehors. Cette famille habitait au premier étage, c’était moins haut que chez nous. J’entrais précipitamment chez eux, sans frapper et j’allais directement uriner, sans même demander la permission. Et je ressortais en toute innocence, comme si rien ne s'était passé. Parfois, je tombais sur le père qui me lançait un regard noir. J’expliquais rapidement que c’était urgent et que je pouvais plus me retenir, et je m’enfuyais précipitamment.

Annotations

Recommandations

Défi
Joklaire03

Je suis un. Unique. Moi, du haut de mes quelque picomètres, la Terreur du monde entier.
J'ai vaincu les plus grandes puissances mondiales, et mis à genoux les économies. Donald Trump court pour s'enfuir: stupide réaction humaine, je le rattraperai dès que je l'aurais décidé.
Ils me font rire, tous, déguisés dans la rue. Blancheur de vampire sur le visage, froid dans le dos et terreur à l'esprit, ils fuient tous intérieurement devant moi.
Je suis le Roi du Monde, pour quelque semaines. Couronné de leurs peurs. Ces humains qui me mérpisaient.
Ah, ils pouvaient rire de moi! Ah, ils pouvaient me ridiculiser! Me voilà maintenant, tout puissant et incontesté, je répans mon ombre sur tous ceux qui me croisent.
J'aime cette puissance. Ma domination. Ma réussite sociale.
Comment? Que dites-vous? Que je devrais culpabiliser? Moi?

N'entendez-vous donc pas mon rire sardonique? Je suis si fier de moi. Je me promène maintenant dans les rues désertes de Paris. La ville préférée des touristes, elle aussi, se prosterne à mes pieds. Entre les quatre jambes de la dame de fer, je passe calmement. Quel bonheur! Aucun passant pour me déranger. Tous déjà contaminés!
Sous les arches de l'arc de triomphe, j'ai envie de graver mon nom.
Je le vois déjà, "Corona", dans la pierre, en lettres dorées.
Oui, je vais mourir. Trop de personnes l'espèrent. Oui, ils vont me tuer.
Mais le monde à jamais se souviendra de moi.
Je resterais dans leurs petites mémoire, leurs petites têtes bornées, à tous!

Alors, peut être qu'après tous, lors de mon procès post mortem, je devrais me défendre. Je vois déjà ces procureurs me condamner avant mon plaidoyer!
Mais je dirais des mots que personne ne pense. Mon arirvée a bouleversé le monde, mais ces stupides humaines auraient du s'en souter! Ils savaient que je me faufillais dans leurs avions, dans leur sbateaux, dans leurs propres enfants.
Mais l'économie, l'argent, le fric si vous préférez, règne et règnera à jamais dans leurs esprits.
La Sainte Consommation est leur déesse. Ils la vénèrent.

Et moi, ne serai-ce que pendant quelques semaines, je lui aurais volé la vedette!
10
14
11
1
Défi
P Poly

Sur une généreuse table de banquet porphyre
S’étalait la richesse des hôtes du soir
Une nappe chiffonnée par des éphèbes ivres
Dévoilait le rouge moucheté de la roche d’un autre Vésuve
Accompagnant les amphores de vin miellé
Chaires porcine et blanche sont éventrées
Et autant de miches de pains émiettées par les gloutons
Venus célébrer la victoire éleuthérienne du carpe diem.
1
2
0
0
Rachelle R

Tristesse


Et une incroyable tristesse s'empare de moi à chaque instant.
Impossible de décrire ce que je ressens.


Les émotions déferlent en moi tel un ouragan, 
Et je perds ainsi toute notion du temps.


Les larmes tombent du haut de mes paupières, 
Et moi, je ne me souviens même plus d'hier.


Les larmes coulent comme tombent les gouttes de pluie


Personne ne comprend et personne ne comprendra jamais, 
L'immense lassitude et découragement qui m'envahissent à chaque instant.


Vous qui entrez ici laissez toute espérance.
3
4
3
0

Vous aimez lire Marie Saba ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0