Messages

2 minutes de lecture

A peine le repas terminé et la table débarrassée que Marie, Jean et moi retombons le nez dans nos téléphones. Nous pianotons et envoyons des messages a gogo, on a l’impression qu’on essaye de battre un record. Une irrésistible envie de textoter, comme si nous avions peur de ne plus jamais en envoyer. On essaye de rattraper le temps ou nous n’avions pas de téléphone.

Mes parents sont occupé au linge et autres vaisselle. J’apprend grâce un message qu’Amandine m’attend dans la cabane, j’enfile alors une paire de chaussure et m'éclipse dans le jardin.

Je ne préviens personne car j’ai envie d’etre tranquil, je marche très rapidement et je suis vite rendu a la cabane. J’entre sans attendre, Amandine m’attend allongée sur les poufs. Je m’allonge a côté d’elle. Sans un mot, je l’embrasse profondément et intensément. Je suis content de la retrouver, et visiblement c’est réciproque.

Quelques caresses, nos langue se lient et se délient dans un mouvement interminable. Nos mains se joignent l’une à l’autre après plusieurs minutes, puis nos bouches se séparent. Nous avons bien profité de ce baiser.

- Moi : Piouf c'était intense.

- Amandine : Oui trop bien.

- Moi : Tu m’as tellement manquée.

- Amandine : Toi aussi.

- Moi : Je suis désolé pour cette après-midi.

- Amandine souriant : Et moi pour hier !

- Moi : Tu reste jusqu'à quelle heure ?

- Amandine : Je sais pas, j’ai pas vraiment prévu….

- Moi : Ok !

- Amandine : Tu te rappelle, c'était ici ?

- Moi : De ?

- Amandine : Qu’on s’est embrassé pour la première fois.

- Moi : Bien sûr je me souviens ! Pourquoi ?

- Amandine : Comme ça, j’y pense.

- Moi : Bah moi je vais même t’avouer qu'à un moment j’ai regarder dans ton décolleté.

- Amandine souriante : Oui je crois que tu me l’a dit ou alors je m’en suis rendue compte.

- Moi : Ah bon.

- Amandine : Mais c’est mignon.

- Moi : Si tu le dit.

- Amandine : Tu sais que j’ai vachement eu peur que tu te lache après mon baiser ?

- Moi : Ah oui ? Comment ca me lâcher ?

- Amandine : Bah je sais pas que tu fasse me déshabiller par exemple….

- Moi amusé : Tu avais peur que je te demande d’enlever des vêtements ?

- Amandine souriante : Et bien oui, déjà que quand on l’a fait j'étais pas à l’aise …. Là c'était l’horreur, j'appréhendais…..

- Moi amusé : J’y ai pensé mais j’ai pas osé, j'avais peur que tu te venge.

- Amandine : Et comment ?

- Moi : Bah si j'avais demandé que tu enlève quelque chose j'aurai sûrement demandé un vêtement genre t-shirt ou pantalon et j’ai craint que tu me fasse tout enlever en guise de représailles….

- Amandine riant : On est bête !

- Moi : J’avoue.

- Amandine : Dire que maintenant on a fait l’amour, qu’on se change l’un devant l’autre et tout.

- Moi : Oui c’est vrai. Tu sais que maintenant je n’ai plus de gêne à me mettre a poil devant toi.

- Amandine : Tu en avais avant ?

- Moi : Un peu, surtout les premières fois.

- Amandine : Et c'était quoi la gêne ?

- Moi : Bah je ne sais pas trop…

- Amandine : Tu avait le zizi tout dur ?

- Moi amusé : Oui parfois.

- Amandine : Bah c’est bien aussi.

- Moi : Tu l’aime bien mon zizi ?

- Amandine amusée : Oui oui.

- Moi : Bah tant mieux.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

LuizEsc
À Monade, voir le ciel est un privilège qui se mérite. Les classes souterraines suent sang et eau pour un rayon de soleil. Il existe pourtant un moyen d’accélérer le processus : se vouer corps et âme à l’Entelechia. Mais ceux qui s’y risquent n’en gardent aucun souvenir.

Hélios, jeune acteur parvenu, brûle les planches dans sa dernière pièce. Son talent résonne jusqu’aux Nuages et conquiert même cette Aile, Kosan Manqa. À moins que son attention ne cache d’autres raisons moins honorables.
232
208
458
226
Sombre d'Ombre
Tu me manques. Toujours, sans cesse, désespérément.
Entre deux cours de rééducation, je pense à toi. Entre deux sourires, je pense à toi. Au détour d'un couloir, au croisement d'une ruelle, c'est toi que je crois voir. Mais tu n'es pas là. Tu ne l'es plus. Et il ne me reste que mes larmes pour te pleurer. Que mes larmes pour te regretter.
J'ai parfois envie de te détester. Tu m'avais promis ! Promis que nous nous reverrions tous les soirs à ce fameux café. Mais tu n'es plus là et pourtant, j'honore toujours cette promesse.
Et je t'attends. Je veux que tu reviennes. Entre deux lettres que tu ne liras jamais, entre deux sanglots qui me brûlent la poitrine, je me remémore les mots que je n'ai jamais osé te dire.
"Je t'aime".
60
133
32
24
Xenos Walker
Destins Croisés ? Un titre bien étrange non ? Dans cette histoire vous allez découvrir la vie d'un groupe de lycéen qui vont découvrir petit à petit qui ils sont vraiment, qui vont suivre et découvrir leurs destins.

Nous allons à travers cette histoire et les différents point de vue de Zach et Allan découvrir les mêmes facettes de certains événements et découvrir les destins de tous ces personnages qui se sont croisés durant une année qui changera à jamais leurs vie sur tous les point de vue.
985
241
553
495

Vous aimez lire Rayvaxx ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0