Chapitre 69

3 minutes de lecture

   Depuis quelque temps, la question qui taraudait mon cerveau compliqué, torturé et bourré de contradictions, se résumait par ces simples mots : vais-je faire mon service militaire ? Nombre de mes amis plus âgés que moi, anti militaristes impénitents, en furent dispensés en obtenant le statut d'objecteurs de conscience, ce qui était fort rare, en se déclarant soutiens de famille, en présentant des maladies physiques incompatibles avec les activités sportives proposées par la grande muette, ou encore, en s'engageant dans « la coopération » pour assurer des soins dans les territoires d'Outre-Mer ou dans les pays qui avaient signé une convention avec la France.


D'autres encore se virent réformés, sous le profil P4d ou P5d (P pour motif psychiatrique, 4 ou 5 pour degré maximum d'incapacité à être intégré dans l'Armée, et d pour définitif). Il leur avait suffi de présenter un certificat médical, rédigé par un psychiatre, expliquant en quoi leur équilibre psychique, fragile au demeurant, risquait d'être mis à mal par les exigences particulières de l'institution militaire, indiquant qu'ils suivaient une psychothérapie qui ne pouvait pas être interrompue, sous peine de les voir décompenser, sous les drapeaux, une dépression sévère assortie d'un risque suicidaire évident. La réforme ne faisait pas un pli, car l'Armée ne tenait pas à provoquer de tels préjudices, qui l'obligeraient à verser de fortes pensions ad vitam æternam.


De plus, en ce temps là, les casernes ne savaient plus où caser tous les appelés, l'orientation vers une armée de métier s'insinuait dans la pensée de nos dirigeants, avant que Jacques Chirac ne supprime définitivement la conscription en 1996. Certains de mes camarades, sursitaires au même titre que moi, reçurent un courrier officiel les invitant à ne pas y répondre s'ils souhaitaient échapper à leur service militaire obligatoire. Une aubaine ! Malheureusement hors de ma portée, car je n'ai jamais eu beaucoup de chance au jeu ni lors des tirages au sort prometteurs.


Régulièrement, des discussions sérieuses et pénétrantes, avec mes amis comprenant mon désarroi, désireux de m'aider à prendre ma décision et de soulager ma conscience, se déroulaient autour de l'accomplissement ou non de ce devoir patriotique. Louis R. et Aksel m'incitaient vivement à la dérobade. Ils me proposèrent même de rédiger le fameux certificat me déclarant fou aux yeux de l'Armée. Moi... fou ? l'idée n'emballait pas mon esprit, névrosé certes, mais bien adapté socialement. En outre, soucieux de faire partie des loyaux serviteurs de l’État, ma rigueur morale et civile ne s'accordait pas avec ce genre de tricherie bien incivile.


Comme je tenais à exercer dans les hôpitaux publics, on m'avait affirmé que je ne pourrais pas obtenir le statut de fonctionnaire si mon livret militaire comportait la mention « réformé P4d ». Aksel me démentit cette assertion, vu qu'il était passé par là, sans qu'on ne lui ait mis des bâtons dans les roues pour exercer en tant qu'interne en psychiatrie. Louis R nous racontait ses aventures et celles de ses collègues pendant leur service, dans le cadre de la coopération avec les départements d'Outre-Mer. Lui, avait essuyé une rébellion des malades dans l'HP où il officiait ; le canard local publia l'incident en précisant : « Le docteur Louis R. n'a dû son salut que grâce à sa belle foulée. » L'un de ses potes s'était rendu, en avion, dans une petite île pour y accoucher une habitante. Après l'accouchement sans problème, il décida néanmoins de ne pas bouger et d'attendre la délivrance. Qui survint au bout de quarante minutes, noyée dans une hémorragie cataclysmique. Il ramena donc la patiente jusqu'à son hôpital et lui sauva la vie. Cela ne m'incitait guère à choisir la même solution qu'eux, d'autant plus que les voyages ne m'attiraient pas, je préférais rester dans mon trou où je me sentais bien.


Et déjà, le fait de quitter ma tanière pour accomplir mes obligations militaires, constituait une préoccupation anxieuse supplémentaire non négligeable. Mais finalement, contre toute attente, je décidai de le faire, ce putain de service.


En attendant ma convocation, je pus trouver des dérivatifs efficaces auprès de mes fiancées, lors des week-ends avec mon fils, dans le travail auprès des enfants... et en m'associant à Aksel, qui avait insisté pour que je l'accompagne dans sa préparation au concours de l'internat de Paris, sous le coaching bienveillant, enjoué et bénévole, de Louis R.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

jesuispasunerockstar
La semaine est passée très vite. Dans quelques heures, je joue mon premier concert en public avec Sin et les garçons. Je suis complètement excitée et persuadée que nous allons assurer. J’ai suivi le conseil de Sin, j’ai laissé languir Matthew toute la semaine de la même manière que lui me fait languir depuis la rentrée. Maintenant que je le sais attiré par mon charme, j’échange avec lui des regards appuyés, des sourires, des compliments, mais ne le pousse pas plus loin. D’un autre côté, vu que je ne suis jamais seule avec lui, ça limite les opportunités. J’aimerais retrouver un moment de connivence comme celui en duo que nous avons eu dans le garage de Sindy samedi dernier. Ce soir, c’est possible. Pendant le show, je vais époustoufler Matthew avec mon violon. Et après le concert, je m’arrangerai pour me trouver dans un endroit calme seule avec lui et l’embrasser. Pour cette raison également, je suis excitée. En plus, ce soir, Sindy me présente enfin son copain dont elle est si amoureuse. Je la sens impatiente et enthousiaste, elle aussi. Et pas uniquement par le concert. La soirée promet d’être bonne pour toutes les deux. Sin m’a demandé de la rejoindre devant sa salle de classe a
1679
2006
1490
471
Lara Simmon
Léna débarque aux États-Unis en espérant changer de vie. Elle a été acceptée dans la célèbre université d'Harvard et a l'intention d'en profiter. Nathan, son nouveau voisin, lui fait alors une proposition qu'elle ne peut refuser. Grâce à lui, le rêve américain est à portée de main ! ... Mais c'était sans compter sur Brett, le colocataire de Nathan. Quoi que Léna fasse, il se trouve toujours sur son chemin. Pour le meilleur et pour le pire.

New Romance avec deux points de vue.
15
0
17
40
thalina4
- Je suis un paradoxe ambulant, rétorqua Daisy.

- J’avais remarqué. Le jour où tu as parlé de Coco Chanel et de Sun Zu dans un même sujet, j’ai été bluffé. Encore plus en remarquant que ta playlist va d’Ariana Grande à Metallica en passant par Aerosmith, répondit Matt.

- Comme le disait en effet cette grande dame que je respecte tant, Coco Chanel : « pour être irremplaçable, il faut être différente » ajouta-t-elle.

- Ça tu l’es, ma belle. Et c’est cela qui fait ton charme.


Etudiante en droit et fashionista dans l'âme, Daisy Nod, vingt-ans est une bourgeoise au tempérament bien trempé des beaux quartiers de Manhattan.

Issue de parents très conservateurs et un brin snob, ses relations sont conflictuelles avec ses derniers qui peinent à ce qu’elle se conforme au moule de la petite fille parfaite.

Quand elle rencontre Matt Keller, la pop star internationale aux multiples conquêtes, elle ne s’attendait pas à cette collision amoureuse ni au tourbillon dans lequel il allait la transporter. Leur attraction est immédiate. Leur amour rapide. Peut-être même un peu trop.

Mais leur idylle ne sera pas de tout repos.
57
67
243
43

Vous aimez lire Jean-Paul Issemick ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0