Chapitre 30

3 minutes de lecture

   Ah ! Maîtriser ! Voilà bien le maître-mot ! J'avais déjà fait le tour des illusions amoureuses, de l'autonomie, de la dimension humaine et de tous ses espoirs. À vingt ans j'étais un vieillard. Moraliste, rigide, catholique, gaulliste, dérisoire, grotesque, aveugle. Je pataugeais en plein brouillard en pensant marcher sur l'eau sous un ciel sans nuages. Je fréquentais ma fiancée avec l'espoir qu'elle tombe amoureuse d'un autre, me libérant de cette liaison fondée, non pas sur l'amour, mais sur l'assistance à personne en danger de mort. Toutefois, elle me resta fidèle, du moins jusqu'à notre mariage. Car elle souhaitait ardemment que nous passions devant Monsieur le Maire. Je tentais par tous les moyens de reporter l'échéance, de faire traîner les choses en longueur en attendant une ouverture. Comme elle était communiste, non baptisée, je refusai tout net un mariage civil uniquement. Qu'à cela ne tienne, elle décida, à ma grande surprise, de se convertir au catholicisme. Le curé de mon village, mon curé, la baptisa en louant Dieu qui lui offrait ce bonheur immense de ramener une brebis égarée dans son bercail. En se louant lui-même de m'avoir reconnu comme un sujet particulièrement perméable à son enseignement évangélisateur. Avec les fiançailles et la conversion, je prenais sans en avoir véritablement conscience, recouvert d'un manteau de dérision, d'ironie décapante et d’immaturité insouciante, un chemin glacial et chaotique qui allait se terminer, huit années plus tard, par un drame absolu.


Parallèlement, je passai le plus clair de mon temps dans les services de Médecine. Je m'entraînai à la pratique de l'observation, en suivant dans l'ordre, l'inspection, la percussion, la palpation et l'auscultation. Je restais de longs moments auprès des malades, à les écouter, à dialoguer avec eux. Ils me relataient par le détail leur maladie, restituaient ce que les médecins leur avaient dit. J'apprenais à leur contact, et celui des infirmières qui se montraient ouvertes et chaleureuses à mon égard, les rudiments de mon futur métier. Les patients me demandaient des précisions concernant certains termes médicaux, et quand je n'avais pas les réponses j'allais me renseigner et revenais rapidement leur donner les explications attendues. Un sentiment d'empathie s'installait chaque jour de plus en plus dans le registre de mon affectivité. Le plus surprenant dans ces lieux de souffrance et de fin de vie, c'est que la mort y était forclose. On n'y prononçait pas son nom. Quand on me disait « Madame X est sortie hier », c'est qu'elle était guérie, quand on me disait « Monsieur Y est parti hier », c'est qu'il était mort. Je ne voyais que les guérisons et appréciais l'évolution qui permettait de ne plus laisser souffrir les malades hospitalisés. Il y eut cependant des moments où la mort est sortie de son placard avec une brutalité telle que j'en eus des nausées. Notamment, quelques années plus tard, lorsque que je trouvais par hasard dans un lit, mon prof de sciences du lycée, un prof aimé et respecté par tous, reconnu pour ses brillants travaux en archéologie, surnommé « le patron », qui ne parut pas si mal en point que ça, étant donné qu'il avait toujours été maigre comme un clou. Il me reconnut et me parla de manière plutôt détachée de sa maladie. Lors de ma visite suivante on m'apprit qu'il était « parti ». Une autre approche douloureuse de la mort, se produisit au cours de mon stage, en tant qu'externe, dans le centre anti-cancéreux, où je me rendais chaque matin l'estomac noué et la tête envahie de vertiges et d'angoisse.


C'est ainsi que je commençai à réfléchir sur la dualité mort-vie, sur comment on pourrait classer des pensées, des paroles et des actes, mortifères dans un « système M », et des pensées, des paroles et des actes vivifiants dans un « système V ». Il me fallait appréhender en même temps, et avec la même application, les deux versants de mes contradictions. En évitant autant que possible le déni et les non-dits, qui n'ont jamais fait partie de mes péchés mignons.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

jesuispasunerockstar
La semaine est passée très vite. Dans quelques heures, je joue mon premier concert en public avec Sin et les garçons. Je suis complètement excitée et persuadée que nous allons assurer. J’ai suivi le conseil de Sin, j’ai laissé languir Matthew toute la semaine de la même manière que lui me fait languir depuis la rentrée. Maintenant que je le sais attiré par mon charme, j’échange avec lui des regards appuyés, des sourires, des compliments, mais ne le pousse pas plus loin. D’un autre côté, vu que je ne suis jamais seule avec lui, ça limite les opportunités. J’aimerais retrouver un moment de connivence comme celui en duo que nous avons eu dans le garage de Sindy samedi dernier. Ce soir, c’est possible. Pendant le show, je vais époustoufler Matthew avec mon violon. Et après le concert, je m’arrangerai pour me trouver dans un endroit calme seule avec lui et l’embrasser. Pour cette raison également, je suis excitée. En plus, ce soir, Sindy me présente enfin son copain dont elle est si amoureuse. Je la sens impatiente et enthousiaste, elle aussi. Et pas uniquement par le concert. La soirée promet d’être bonne pour toutes les deux. Sin m’a demandé de la rejoindre devant sa salle de classe a
1679
2006
1490
471
Lara Simmon
Léna débarque aux États-Unis en espérant changer de vie. Elle a été acceptée dans la célèbre université d'Harvard et a l'intention d'en profiter. Nathan, son nouveau voisin, lui fait alors une proposition qu'elle ne peut refuser. Grâce à lui, le rêve américain est à portée de main ! ... Mais c'était sans compter sur Brett, le colocataire de Nathan. Quoi que Léna fasse, il se trouve toujours sur son chemin. Pour le meilleur et pour le pire.

New Romance avec deux points de vue.
15
0
17
40
thalina4
- Je suis un paradoxe ambulant, rétorqua Daisy.

- J’avais remarqué. Le jour où tu as parlé de Coco Chanel et de Sun Zu dans un même sujet, j’ai été bluffé. Encore plus en remarquant que ta playlist va d’Ariana Grande à Metallica en passant par Aerosmith, répondit Matt.

- Comme le disait en effet cette grande dame que je respecte tant, Coco Chanel : « pour être irremplaçable, il faut être différente » ajouta-t-elle.

- Ça tu l’es, ma belle. Et c’est cela qui fait ton charme.


Etudiante en droit et fashionista dans l'âme, Daisy Nod, vingt-ans est une bourgeoise au tempérament bien trempé des beaux quartiers de Manhattan.

Issue de parents très conservateurs et un brin snob, ses relations sont conflictuelles avec ses derniers qui peinent à ce qu’elle se conforme au moule de la petite fille parfaite.

Quand elle rencontre Matt Keller, la pop star internationale aux multiples conquêtes, elle ne s’attendait pas à cette collision amoureuse ni au tourbillon dans lequel il allait la transporter. Leur attraction est immédiate. Leur amour rapide. Peut-être même un peu trop.

Mais leur idylle ne sera pas de tout repos.
57
67
243
43

Vous aimez lire Jean-Paul Issemick ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0