Chapitre 4

3 minutes de lecture

   Les parents de ma mère occupaient une minuscule maison. Je dormais dans un petit lit d'appoint dans leur chambre d'un sommeil généralement paisible. En dépit des ronflements et des quintes de toux clastiques du grand-père, des ordres impérieux qu'il donnait à son épouse : « Mais tu vas te lever, bordel ! Le chien veut sortir. » Bambi, son infâme ratier, noir comme la nuit, à peine aussi gros qu'un lapin de garenne, fier, arrogant et hargneux, diablement intelligent, constituait le seul être vivant au monde que cet homme aimait. Manifestement plus que sa fille, dont il ne s'est jamais occupé, et bien plus que ses petits-enfants. Il éprouvait un malin plaisir à ce que nous lui fassions la bise pour lui dire bonjour et au revoir, alors que son affreux cabot retroussait les babines, poussait des couinements de poule qu'on attrape, et tentait de nous planter dans la chair les aiguilles acérées qui lui servaient de crocs.

Mon grand-père était allemand, originaire de Bavière. Dans sa jeunesse, il s'était pris de sympathie pour la cause de Rosa Luxembourg et pour le communisme. Il nous a raconté qu'un jour, avant d'être conscrit, dans une gargote de Munich, il avait mis une claque à Hitler, déjà animé par ses idées racistes et fascistes. Tout le monde avait pensé qu'il se vantait, sauf moi évidemment. Plus tard, il m'a semblé que cette histoire pouvait être vraisemblable, au vu des éléments historiques concernant les origines du nazisme. En outre, j'ai découvert que mon aïeul était né moins d'un mois avant le Führer. Quoi qu'il en soit, il n'a pas traîné pour signer un contrat de cinq ans avec la Légion Etrangère, juste avant la guerre de 14-18. Ensuite, il s'est réfugié en France dans une ferme d'élevage proche du Charolais, puis a épousé la fille du maître des lieux après lui avoir fait un enfant. Leur vie est un sacré roman, que j'écrirai peut-être.


Ceci dit, j'étais le seul à accepter de passer mes vacances chez eux. Ni mes sœurs ni mon frère ne voulaient y mettre les pieds sans la présence des parents. Le vieux terrorisait presque tout le monde, et dans la famille on le craignait et on le haïssait, mis à part mon autre grand-père avec qui il s'entendait bien, après avoir fait passer, gratuitement, en zone libre bon nombre de communistes et de juifs, au cours de la seconde guerre mondiale. Moi, il m'avait plutôt à la bonne, je l'aidais efficacement à cultiver son jardin, et celui d'un commerçant qui lui en avait confié l'entretien. Je ramenais sa brouette chargée d'herbe pour ses lapins, rentrais son charbon, bricolais avec lui sa cabane d'outils qui menaçait régulièrement de s'effondrer.


Enfin... je les accompagnais, lui et son chien, en fin d'après-midi, au bistrot de la coopé où se réunissaient des sympathisants de la municipalité communiste, pour y taper le tarot, en jouant des sous, et ça se prolongeait parfois bien au-delà de l'heure du dîner. J'observais les parties avec curiosité et incompréhension quant au jeu. Je tremblais un peu quand le ton montait jusqu'à la limite de l'empoignade. Le plus souvent le calme régnait et je lisais le journal, le distributeur de cacahuètes à ma disposition. Il arrivait que l'ancêtre eût un petit coup dans l'aile, ce qui l'empêchait de surveiller la pendule. Et obligeait ma grand-mère à se pointer dans le troquet, l'air passablement ennuyé, d'y déployer son imposante stature, dont le poids égalait deux fois et demie celui de son mari. Les cinq cents mètres du parcours jusqu'à la maison ne manquaient pas de piment. La femme tenant sous l'épaule son légionnaire squelettique qui titubait et râlait. Le chien hurlant, ne supportant pas que quiconque touchât son maître. Et moi, remerciant le ciel qu'à cette heure tardive il n'y eut pas de badauds dans la rue.

Toutefois en grandissant, j'eus de plus en plus de liberté d'action et d'indépendance. Je pus passer mes après-midis à jouer au foot avec les copains, ou à la boule lyonnaise sur le terrain du café de la coopé, avec les boules que le patron me prêtait volontiers. L'année de mes onze ans, j'ai pu également consacrer pas mal de temps à « la Nanette. »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 12 versions.

Recommandations

jesuispasunerockstar

Sweet dreams are made of this, who am I to disagree...
La voix de Marylin Manson résonne dans la chambre de Sindy.
Marylin Manson, je l’écoute en boucle. La chanson Sweet dreams (1) fait partie de la bande originale de « La maison de l’horreur ». Dans ce film, un milliardaire transforme son manoir, un ancien hôpital psychiatrique, en parc d’attractions de l’horreur. Il convie des invités pour tester...
Je ne vais pas tout vous raconter, vous n’avez qu’à le télécharger. Sachez simplement qu’avec le reste de la bande, nous avons adoré.

«Some of them want to abuse you
Some of them want to be abuuuuuuuuuused.»
Sindy et moi connaissons les paroles par cœur. Sin imite super bien la voix de Marylin Manson, j'ignorais même qu'il était possible pour une fille de chanter comme lui.
Ah oui, petite précision, Marylin Manson est un mec. Son nom de scène est une référence à l’actrice Marylin Monroe et au tueur en série Charles Manson. Si c’est pas mignon ! Exubérant, provocateur, une voix d'enfer, je kiffe grave !
Pendant le solo de guitare, Sin et moi secouons la tête de haut en bas, nos cheveux noirs volent dans tous les sens.

Sindy est ma meilleure amie. Elle déteste ce prénom, elle préfère son surnom, Sin, qui signifie mal ou péché en anglais. Elle le revendique, il colle bien à l’image de sataniste que les gens lui donnent. Qu’ils imaginent ce qu’ils veulent , elle ne va pas les contredire. Sindy, ça rime avec...
une marque de chaussette !
Mais si, la pub à la télé : Cindy, les chaussettes ne se cachent plus.
Je comprends, à sa place, je préférerais Sin.

C'est une chouette fille, hyper affective, un peu trop peut-être. Elle fait toujours tout son possible pour me faire plaisir, me fait découvrir des tas de lieux sympas, me prête ses robes noires, ses bijoux et même ses New Rock(2). J’adore son look. Je m’habille comme elle, maintenant que je fais partie de la bande, et vu qu'elle me fournit la plupart de mes fringues.
Le maquillage aussi. Ce qui fait bien chier ma mère. La tête qu’elle a faite quand je me suis teint les cheveux en noir. Rien que pour cela, ça en valait le coup.
Ma mère n’aime pas que je me maquille ni mes nouveaux amis. Elle n’aime pas Marylin Manson non plus. Bizarre.

Au fait, j’ai oublié de me présenter. Moi, c’est Maélie.
Ravie de faire votre connaissance.


(1) à l'origine, c'est une chanson de Eurythmics
(2) marque de chaussure


1674
1985
1484
471
Lara Simmon
Léna débarque aux États-Unis en espérant changer de vie. Elle a été acceptée dans la célèbre université d'Harvard et a l'intention d'en profiter. Nathan, son nouveau voisin, lui fait alors une proposition qu'elle ne peut refuser. Grâce à lui, le rêve américain est à portée de main ! ... Mais c'était sans compter sur Brett, le colocataire de Nathan. Quoi que Léna fasse, il se trouve toujours sur son chemin. Pour le meilleur et pour le pire.

New Romance avec deux points de vue.
14
0
17
40
thalina4
- Je suis un paradoxe ambulant, rétorqua Daisy.

- J’avais remarqué. Le jour où tu as parlé de Coco Chanel et de Sun Zu dans un même sujet, j’ai été bluffé. Encore plus en remarquant que ta playlist va d’Ariana Grande à Metallica en passant par Aerosmith, répondit Matt.

- Comme le disait en effet cette grande dame que je respecte tant, Coco Chanel : « pour être irremplaçable, il faut être différente » ajouta-t-elle.

- Ça tu l’es, ma belle. Et c’est cela qui fait ton charme.


Etudiante en droit et fashionista dans l'âme, Daisy Nod, vingt-ans est une bourgeoise au tempérament bien trempé des beaux quartiers de Manhattan.

Issue de parents très conservateurs et un brin snob, ses relations sont conflictuelles avec ses derniers qui peinent à ce qu’elle se conforme au moule de la petite fille parfaite.

Quand elle rencontre Matt Keller, la pop star internationale aux multiples conquêtes, elle ne s’attendait pas à cette collision amoureuse ni au tourbillon dans lequel il allait la transporter. Leur attraction est immédiate. Leur amour rapide. Peut-être même un peu trop.

Mais leur idylle ne sera pas de tout repos.
57
67
243
43

Vous aimez lire Jean-Paul Issemick ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0