Chapitre 5

3 minutes de lecture

   Cette fois, aussitôt arrivé chez mes grands-parents pour y passer une bonne partie de mes congés scolaires d'été, ma grand-mère adorée qui se mettait toujours en quatre pour satisfaire toutes mes envies, m'informa que la petite fille des fermiers d'en face, la Nanette, âgée de douze ans, se trouvait en vacances chez eux pour un séjour de trois semaines. Ses parents, la fille Truchot et son mari, qui vivaient à Genève, ne resteraient pas avec elle. « Mon ch'tiot... nos voisins, vieux c'mment nous aut'es, nous ont d'mandé si tu pourro pas l'y montrrer not' biau pat'lin, l'occuper, et t'amuser d'avou li ! Hein ? » J'obtempérais tout en me disant qu'il fallait voir.


Dès le lendemain matin, en me présentant chez les Truchot, j'ai vu. Une mignonne blondinette au regard bleu-clair, plutôt maigrelette, l'air décidé et pas timide, m'accueillit dans sa jupe plissée bleu foncé et son chemisier blanc, avec un superbe sourire. Quelques repérages autour de la mare, dans les granges, les cabanes, les greniers à foin qu'on nommait « les f'neaux », ont suffi pour nous rapprocher étroitement l'un de l'autre. Nous avons passé le plus clair de notre temps seuls, planqués dans tous les coins et recoins des deux propriétés familiales, à explorer consciencieusement nos parties génitales. La Nanette, fort délurée, possédait des connaissances en sexologie que je n'étais pas capable d'imaginer, moi le retardé, l'innocent aux mains pleines. Je ne pouvais pas me refuser à toutes ses demandes, souvent incongrues à mes sens, tant elle dirigeait les séances de main de maître. J'étais surpris, parfois choqué, mais je me précipitais à nouveau dans ses bras avec avidité, saisi par de mystérieuses et nouvelles sensations érotiques pré pubertaires. Elle avait trouvé le partenaire idéal, docile, coopérant, qui ne lui demandait rien en retour, pour expérimenter sur le terrain des actes sexuels décrits par ses copines, ou vus dans des magazines. En fait, je découvrais le kama-sutra avant même que ma biologie puisse en tirer la substantifique moelle. Toutefois, il me reste gravé en mémoire la position du missionnaire, de la levrette, le 69 et le cunnilingus avec son goût quelque peu déroutant d'urine égarée, qui n'avait rien à voir avec la liqueur marine que, dans le futur, il me sera donné de goûter avec délice.


Cette aventure, à l'aube de l'adolescence, remit en question mon adhésion au dogme catholique. Pas ma foi en Dieu, ça non ! mais mon obéissance aux consignes des curés, dont j'apprenais petit à petit les débordements. L'un d'eux ayant fait cavaler mes deux sœurs aînées autour de son bureau, et il était de notoriété publique qu'un autre vivait plus ou moins en couple avec une de ses ouailles, qui lui offrit un fils en reconnaissance de sa transgression aux règles sacerdotales.

Plus question pour moi d'envisager des études secondaires au petit séminaire. Mon instruction laïque se fit donc au collège-lycée de mon secteur, à environ six kilomètres de notre village. Un établissement mal famé, prolétarisé, parce que les bourgeois préféraient l'école libre, excepté une minorité dont les rejetons se retrouvaient dans la section « classique » alors que pour les « nous-autres » c'était la section « moderne ». Ce qui m'offrait l'énorme avantage de ne pas avoir à me coltiner le latin et le grec.

Mon entrée en sixième représentait dans notre noyau familial une promotion que n'avaient pas connue mes parents et mes sœurs aînées. Mes premiers résultats scolaires firent sensation. Surtout, d'entrée de jeu, ma place de premier à la « composition » de dictée, avec 15,5 sur 20, plus les félicitations du prof de français qui m'avait confié le classement des trente-huit élèves de la classe, écrit de sa main, et qui me disait à plusieurs reprises : « je ne comprends pas qu'on ne vous ait pas inscrit en classique. » Mon paternel, nous rappelant maintes fois qu'il fut admis second du canton au certificat d'études primaires, à douze ans, était trop fier de moi. Il vouait un culte particulier aux diplômés du Supérieur, tout spécialement aux ingénieurs et mathématiciens, considérant que les écrivains ne servaient à rien. Mon parcours scolaire est un roman, que j'écrirai peut-être un jour.


Il faut savoir que mon vécu s'apparentait à celui d'un collégien en situation de handicap. L'intelligence avait grandi bien plus vite que le corps. Lequel me préoccupait de jour en jour.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 8 versions.

Recommandations

jesuispasunerockstar
La semaine est passée très vite. Dans quelques heures, je joue mon premier concert en public avec Sin et les garçons. Je suis complètement excitée et persuadée que nous allons assurer. J’ai suivi le conseil de Sin, j’ai laissé languir Matthew toute la semaine de la même manière que lui me fait languir depuis la rentrée. Maintenant que je le sais attiré par mon charme, j’échange avec lui des regards appuyés, des sourires, des compliments, mais ne le pousse pas plus loin. D’un autre côté, vu que je ne suis jamais seule avec lui, ça limite les opportunités. J’aimerais retrouver un moment de connivence comme celui en duo que nous avons eu dans le garage de Sindy samedi dernier. Ce soir, c’est possible. Pendant le show, je vais époustoufler Matthew avec mon violon. Et après le concert, je m’arrangerai pour me trouver dans un endroit calme seule avec lui et l’embrasser. Pour cette raison également, je suis excitée. En plus, ce soir, Sindy me présente enfin son copain dont elle est si amoureuse. Je la sens impatiente et enthousiaste, elle aussi. Et pas uniquement par le concert. La soirée promet d’être bonne pour toutes les deux. Sin m’a demandé de la rejoindre devant sa salle de classe a
1679
2006
1490
471
Lara Simmon
Léna débarque aux États-Unis en espérant changer de vie. Elle a été acceptée dans la célèbre université d'Harvard et a l'intention d'en profiter. Nathan, son nouveau voisin, lui fait alors une proposition qu'elle ne peut refuser. Grâce à lui, le rêve américain est à portée de main ! ... Mais c'était sans compter sur Brett, le colocataire de Nathan. Quoi que Léna fasse, il se trouve toujours sur son chemin. Pour le meilleur et pour le pire.

New Romance avec deux points de vue.
15
0
17
40
thalina4
- Je suis un paradoxe ambulant, rétorqua Daisy.

- J’avais remarqué. Le jour où tu as parlé de Coco Chanel et de Sun Zu dans un même sujet, j’ai été bluffé. Encore plus en remarquant que ta playlist va d’Ariana Grande à Metallica en passant par Aerosmith, répondit Matt.

- Comme le disait en effet cette grande dame que je respecte tant, Coco Chanel : « pour être irremplaçable, il faut être différente » ajouta-t-elle.

- Ça tu l’es, ma belle. Et c’est cela qui fait ton charme.


Etudiante en droit et fashionista dans l'âme, Daisy Nod, vingt-ans est une bourgeoise au tempérament bien trempé des beaux quartiers de Manhattan.

Issue de parents très conservateurs et un brin snob, ses relations sont conflictuelles avec ses derniers qui peinent à ce qu’elle se conforme au moule de la petite fille parfaite.

Quand elle rencontre Matt Keller, la pop star internationale aux multiples conquêtes, elle ne s’attendait pas à cette collision amoureuse ni au tourbillon dans lequel il allait la transporter. Leur attraction est immédiate. Leur amour rapide. Peut-être même un peu trop.

Mais leur idylle ne sera pas de tout repos.
57
67
243
43

Vous aimez lire Jean-Paul Issemick ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0