La bataille d'Arsuf

Une minute de lecture

An-Nassir et Richard croisent le fer

Bêtes féroces, Paladins légendaires

Mêlant mœurs raffinées et vilenies

Incarnation d’une culture prestigieuse

Champions célestes d’une cause religieuse

Que les laudateurs enjoués glorifient

Alors qu’ils sortaient des forêts d’Arsuf

Les croisés virent l’armée de Yusuf

Trente milles Turcs parés au combat

Richement vêtus en tenue d’apparat

Une vaste mer d’emblèmes bigarrées

S’abattit sur les chrétiens telle la foudre

Un déluge de flèches submergea les croisés,

Pris d’une furieuse envie d’en découdre

Mais l’Angevin refréna l’ost royal

Car le succès requiert la discipline

Il ordonna d’attendre son signal

Et d’encaisser les vagues sarrasines

Pour les épuiser et maximiser l’impact

Les fantassins levèrent donc leurs écus

Muraille hérissée et compacte

Les chevaliers patientèrent résolus.

Les Hospitaliers soudain s’élancèrent

Déchaînement de dépit, de colère

Richard suivit promptement leur sillage

La charge emporta tout sur son passage,

Provoqua un tourbillon de fuyards

Le Sultan les rassembla sous son étendard

Serein, il organisa une riposte

Richard retint de même les Latins

Par crainte d’un nouvel Hattin

Après avoir laissé souffler l’ost

Les hommes de fer à nouveau chargèrent

Une mêlée furieuse, Un bras de fer

En ce jour le Lion gagna son surnom

Le champ de bataille est son dominion

Le roi moissonna les Sarrasins

L’Orient s’inclina devant le Preux Paladin

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire DEon ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0