Le Champ aux Corbeaux

Une minute de lecture

[Soyez courageux, et preparez-vous au pire pour celui-ci...... Non, vraiment, vous feriez mieux de lire Dysnomia ou l'abri 123....]

Il était une fois, un monde en ruines, plongé dans la nuit. Dans le ciel noir, s'élevait majestueusement Mensis et Hora, les deux lunes souveraines. Pendules célestes, elles rythmaient le temps de cette terre, déjà recouverte d'une épaisse couche de ténèbres cendrés.

Oubliée des cartes, ignorée du monde, un petite maison bancale se dressait tant bien que mal, au milieu d'un champ de blés doré. Un blé magnifique, qui de par son éclat, agissait comme un phare dans la nuit. C'était là autant sa fierté que sa malédiction, car il appâtait la convoitise des corbeaux, qui jaloux, se mettaient à cercler au-dessus, comme pour ternir son éclat.

Le vieux paysan, gardien du champ, faisait alors tout son possible pour les éloigner, mais comme les marées, ils revenaient à chaque fois.

Mais un jour, alors qu'il moissonait, il eut une idée pour se débarrasser une fois pour toute de ces nuisibles emplumés.

Le lendemain, de bonne heure, il sorti ses outils et planta une croix en bois au milieu du champ. Puis il y crucifia dessus une chemise trop usée. Et enfin, il rembourra l’humanoïde naissant avec de la paille, en prenant soin de lui faire un semblant de tête. Armé de ses outils, il se mit à construire une grande hélice, qu'il vissa au sommet du crâne.

Comme le vent soufflait souvent, il n'eut pas à attendre longtemps avant de voir sa création tourner sur elle-même.

Il avait hâte de voir les résultat de son labeur, mais se sentait très fatigué. Il rentra donc se coucher. Et après un cycle d'Hermia, la petite lune, il se réveilla. Il s'empressa de sortir en courant, voir si les corbeaux avaient enfin déserté son champ:

Pour son grand malheur, des milliers de volatiles avaient afflués de tout le continent, pour admirer son invention et prendre un selfie avec lui.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Anneh Cerola
Sur l'air de "L'Auvergnat" de Brassens...
8
9
0
1
Défi
Rémi Silvergold
Défi "J'ai mal à ma Terre" : pas de spoil !
2
9
0
1
Défi
topase12

Que je vous adule
Hôô... tentacules

Votre grandeur est telle qu'il faudrait au plus vif de nos navires et à nos experts émérites
Le double d'une éternité pour sonder le mystère vos tréfonds infinies

Veuillez excuser l'insolence de votre créature
Prenez pitié du plus insignifiant de vos sujets
Vous dont l'indulgence n'a nul pareil
Votre serviteur zèlé ne trouve la paix
Que dans l'édification de votre Immensité Incommensurable
2
1
0
0

Vous aimez lire BaronDysnomia ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0