Chapitre 5.2 - L'homme qui craignait les démons

4 minutes de lecture

L'image de la face démoniaque qui s'était détachée de la nuit, celle des yeux blafards qui s'étaient plantés dans les siens, avec force, avec haine, celle de cette chair transparente, à moitié couverte d'une peau noire comme d'une lèpre immonde, tout cela s'était gravé dans sa mémoire, gravé à l'intérieur de ses paupières. Lorsque le souffle gelé de la bête vint effleurer sa nuque, il vit distinctement ses crocs dénudés s'approcher de ses vertèbres fragiles ; il les vit comme si ses yeux fermés étaient ouverts dans son dos.

– Peu importe après tout, siffla la voix – son timbre froid hérissa les rares cheveux de Racine. Tu n'as plus de fouet à présent. Dis-moi où sont allées les statues.

Visage toujours caché derrière la barrière dérisoire de ses mains, le vieil homme gémit :

– Les statues ? Les statues elles vont nulle part ! Si vous cherchez des statues y' en a au village des sculpteurs ! Mais pas ailleurs ! Ailleurs personne ne sculpte !

– TU MENS ! rugit le monstre.

Son haleine glacée déferla sur le corps du vieil homme, couvrant ses habits d'un voile de givre.

– Dis-moi où sont allées les statues, répéta la voix dans un grondement qui fit vibrer les vieux os de Racine. Dis-moi où elles sont allées.

– Je ne les ai pas vues ! Je ne les ai pas vues je vous jure ! Je suis juste un charretier…

Le vieil homme se mit à pleurer.

– S'il vous plaît… J'ai rien fait de mal… J'ai jamais rien fait de mal… Jamais… rien fait de mal…

De plus en plus bas.

– J'ai rien fait de mal… Je…

– Tu les as forcément vues, chuchota la voix au plus près de son oreille. Elles sont plus hautes que le plus haut des arbres de la forêt.

– Non… non… je ne les ai pas vues, je le jure…

Il y eut un déplacement d'air qui fouetta ses joues, et l'énorme présence s'éloigna de lui.

– Soit.

L'idée de glisser un coup d'œil entre ses doigts, pour capter la silhouette de l'être monstrueux qui le tourmentait ainsi, n'effleura même pas Racine.

Il continua d'osciller d'avant en arrière, dans une attitude millénaire qui lui faisait croire que tout irait bien.

Tout irait bien.

Le démon allait s'en aller, il allait disparaître dans la nuit comme il était venu.

Tout irait bien.

Racine allait se relever, puis allait caresser sa vieille Carotte d'une main tremblante, et ils allaient reprendre leur route.

Tout irait bien.

Car les démons ne survivent pas à la nuit.

Ils s'y dissolvent, comme les mauvais rêves, et ils ne reviennent jamais.

Jamais.

Mais son cœur lui remonta dans la gorge lorsqu'il se rendit compte que le monstre n'en avait pas fini avec lui.

– Penses-tu, toi, l'homme, que les statues peuvent mourir ?

Racine se balança de plus belle, torturé à l'idée de lui donner la mauvaise réponse.

Car c'était ce que le monstre voulait, ce que voulait le Diable lorsqu'il posait une devinette : qu'un pauvre homme lui donne une mauvaise réponse.

– Je… Je ne sais pas… Je…

– Réfléchis.

La terreur contracta tout le visage de Racine, qui tenta désespérément de se souvenir d'une prière. Une prière quelconque, la première qui viendrait ; juste quelques mots pour éloigner le Mal.

– Je ne sais pas mon seigneur… Je ne sais pas…

– Bien sûr, dit la voix du démon. Tu ne sais pas. Tu ne connais pas la mort. Tu n'es qu'un homme, pas un corbeau.

Son pas lourd, accompagné des sons de verres brisés, contourna la charrette. Le cœur de Racine s'emballa plus encore, frappant ses côtes comme un forcené, frappant ses tympans terrifiés. Soudain le vieil homme n'entendit plus rien, mis à part ces coups sourds qui martelaient ses tempes.

– Mon seigneur… Mon Seigneur… Je vous en supplie… Ne faites pas de mal à ma carne… Ne faites pas de mal à ma vieille Carotte… Je vous en prie… C'est moi l'humain… C'est moi qui ai fauté… C'est moi qui ai fauté… Ne lui faites pas de mal…

La voix du démon se détacha soudain, au dessus de ses marmonnements égarés.

– Ne t'inquiète pas pour cela, vieil homme. Ne t'inquiète pas.

Il se pencha à nouveau vers le pauvre Racine – celui-ci sentit son haleine de glace lui brûler la peau.

– Dans mon sillage, chacun meurt, qu'il soit homme ou cheval.

Et d'un seul coup il frappa le dossier de Racine, si fort que celui-ci fut projeté en avant, si fort que ses genoux cognèrent contre le bord de la charrette et qu'il bascula par-dessus, si fort qu'il s'écrasa sur le sol, en contrebas, heurtant la croupe de la vieille Carotte qui s'emballa et partit au galop.

La charrette grinça dans une explosion de neige ; sa demi-tonne de bois et d'acier passa en cahotant sur le corps de Racine, écrasant ses chairs et réduisant ses os en miettes, avant de s'éloigner dans la nuit au milieu des gémissements de ses essieux.

Resté seul, Diogon contempla son œuvre.

Le vieil homme le regardait enfin. Une interminable flaque de sang noir s'étendait autour de lui, abreuvant la neige qui se mit à l'absorber goulûment.

– Car chacun meurt, même les corbeaux, chuchota le Diable avec un rictus.

Il se détourna lentement, et s'enfonça dans les ténèbres.

Annotations

Recommandations

AClarks
Alors que le monde a sombré depuis 80 ans, que reste t'il ? Quelques espoirs en pièces que les Fureteurs essaient de réparer pour faire naitre quelque chose de nouveau, mais explorer le passé n'est pas sans risque...
3
4
60
16
Défi
M.P

Madame et Monsieur Kata aiment les strophes.
La poésie tel un cocktail molotov.
Madame, elle, prévient son mari : " Eh oui, c'est tout un art, Martial !"
Ce à quoi il répond : "Jette les dés, Stinée !"
Mais Madame et Monsieur ont fini le car raté.
Après tout, c'est leur destin s'ils gisent car personne, oui personne, ne peut y échapper.
Quoi ? C'est pas moi qui l'ai dit ! C'est leur ami Valéry.
14
20
6
0
Défi
jomo


Quelque part un train rythme par son tempo régulier le défilement d'un paysage elliptique fait d'images familières. Sur ses rails à la surface brillante, il relie la métropole universitaire et ma petite ville nichée dans son bassin houiller, au bord du Massif Central. Il traverse l'épaisseur des années, rapproche l'étudiant de l'homme trop mûr pour rester attaché à sa branche ouvrière, peut-être prêt à s'écraser sur un sol de mines trop inhospitalier pour l’accueillir.
Ce train, une vieille micheline à la peinture fatiguée. Dans ces wagons, des banquettes fanées en « simili cuir » rouge ou beige, qui collent à la peau l 'été quand il fait chaud ou durcissent au froid de l'hiver. Sur ces banquettes, quelques étudiants entre la faculté et le foyer familial qu'ils rejoignent pour le week-end.
Son bruit de train bat dans les romans de Kerouac, les vieux blues du Mississippi ; ce « tadadam tadam tadadam » métallique, à peine amorti par les tôles et les portes, nous protège des autres, nous isole aussi et nous transporte d'une grande gare grouillante vers la petite ville qui pleure ses mines de charbon vides. Dans ce train, lui, qui rentre, s'installe en face de moi. On discutera brièvement. Je le connais de vue. Il s'arrête dans la même petite ville que moi, fréquente le même café mais lui allait dans un autre lycée à la ville d'à-coté, La Capitale du lieu. Moi je vivais et étudiais sur place. Un journal, Charlie Hebdo ? Je ne sais plus, et on deviendra... amis, je crois.
Depuis ce jour on se voit souvent. Que de nuits passées dans la cuisine de ses parents - une famille chaleureuse d'immigrés italiens ! Ils sont là dans cette ville, au fond de son trou, parce qu'il y a des mines de charbon. Parce qu’il y a eu la guerre, Mussolini. On philosophe. Normal il est étudiant en philo. Pour Althusser, contre Deleuze et Guattari. Lui condamne à l’excès, tout ce qui n'est pas communiste. Je le revois assis devant moi à trois heures du matin, moi toujours prêt à basculer entre anarchisme et Trotskisme. J'entends encore sa voix qui s’attarde sur les syllabes finales, avec sa moue et ses gestes de mépris quand il critiquait la bourgeoisie, son enthousiasme quand il me parlait de Lénine. Sa voix de copain, je l'aimais. Mon italien n'était pas bien grand, portait les cicatrices d'une ancienne acné, avait une générosité aussi grande que son front.
Il m'a sauvé sans ne l'avoir jamais su, grâce à son amitié et surtout sa confiance en moi. Il en fallait bien un qui l'ait cette fichue confiance !
Moi je faisais l'instituteur et je m'escrimais à poursuivre des études à mi-temps, évidemment. L'été, il travaillait à la mine sur les fours à coke pour financer ses études. Quand ça nous prenait on faisait de grosses fêtes bien grasses dans la Grande Ville. La Taverne Bavaroise, vous voyez ! Mes premières Leffes, accompagnées d'une navigation approximative sur les trottoirs ou même en plein milieu de la rue. On se moquait des autres, nous les membres honoris causa d'une élite intellectuelle en naufrage, l'haleine chargée de révolution et de relents à la bière belge. Belle image de notre idéal politique !
En dehors de l'été il passait son temps à Toulouse, La Ville Universitaire, plus petite qu'aujourd'hui, sans la Cité de l'Espace ni Airbus. Toulouse et La Taverne, Toulouse et sa copine qui lui causait bien du soucis et que je verrai une seule fois bien plus tard.
J'avais besoin de lui, de sa confiance, de ses compliments. J'avais la mine basse à l'époque. A 22 ou 23 ans je me sentais trop vieux. Pourquoi trop? Allez donc savoir ! Question pour un psychanalyste sûrement. Seulement voilà, la psychanalyse a le souffle trop court, pour tenter un descente en apnée, jusque dans cette France trop profonde pour elle.
Trop vieux ? Je n'avais pas tout à fait tord, les jeunes de mon âge étaient tous à Toulouse ou bien travaillaient à la mine. En semaine c'était le désert dans cette ville déjà bien souffrante, avec sa tête tournée vers un Jaurès la main professoralement levée pour indiquer le chemin et dessous les mineurs menacés par la fermeture des Houillères. La fierté politique d'une ville élevée au noir et au socialisme...
Une idée trottait dans ma tête depuis quelques semaines. Pourquoi ne ferait-on pas un voyage tous les quatre ? En camping-car. C'était la mode. Je lisais et relisais des tas d'articles : Transformer votre fourgon en Van avec du contre plaqué, quelques outils et accessoires. L'idée me séduisait. Ma compagne Danièle n'y semblait pas opposée, quant à être enthousiaste, pas si sûr à la réflexion. Je voulais, et je crois que j'ai un peu oublié que les autres pouvaient... ne pas vouloir. C'est avec cet état d'esprit qu'un jour je lui ai fait part de mon projet :
- Ouais pourquoi pas, faut que j'en parle à Édith.
- Bon parles-en.
Pendant ce temps j’ai cherché un fourgon que je pourrai transformer en camping car, l'idéal était un mini-bus, pour les fenêtres déjà posées et les sièges aussi. Un beau machin coûtait trop cher et après bien des visites infructueuses, j'abaissai mes exigences. Et là, je suis tombé sur une annonce dans un journal local. Un cultivateur vendait son Peugeot J-quelque chose, à un prix abordable ! L’affaire !. L'engin ressemblait plus à une ancienne bétaillère qu'à un véhicule censé transporter des humains. Il faisait un boucan d'enfer avec un cloc cloc à l'arrière qui me tracassait. J'ai quand même acheté sans discuter et regretté aussitôt. J'ai équipé l'engin, fignolé l'intérieur, bricolé pour que le bruit soit supportable mais à 80 km/h, le niveau des décibels stoppait toute velléité de discussion aussi passionnée soit-elle.
Le voyage s'annonçait d'ores et déjà plus compliqué que dans mon rêve, surtout que la miss Édith était difficile d'après ce que mon copain m'avait raconté. C'était pas gagné ! François avait vaguement évoqué le sujet avec elle (oui j'ai oublié, il s'appelait François) et quand je lui demandai :
- Alors qu'est ce que vous avez décidé ?
Il me répondit évasivement : - ouais elle est d'accord.
J'aurais dû être plus attentif à l'intonation. Je perçais, trouais vissais faisais les magasins spécialisés. Mon monde était bien éloigné de la vie d'un étudiant en philo.
- On pourrait aller en Italie en passant par les Alpes, tu crois pas ?
J'y croyais ferme et lui suivait, plus distant. J'ai tout fait seul, sous les yeux de Danièle.
Bref le jour J, nous avons embarqué tous les deux et hop direction Toulouse, au domicile de François and Co ! Là, première surprise. La tête de mon copain ! L’air pas rigolo du tout et Édith alors, pire ! Mais ! « Qu'est ce qu'ils trimballent dans ces sacs de poubelle bleus ? Un chacun ». Question... la réponse nous a laissé coi. Échange de regards étonnés entre ma compagne et moi. Les sacs étaient bourrés de petites fioles de médicaments homéopathiques. Leur ration pour le voyage !
- Salut, Édith, voilà Joël et Dany ( Danielle)..
- Bonjour.
Brrr, le blizzard dès le premier contact. Décidément ça partait mal !... Les kilomètres défilèrent dans le vacarme du moteur et la chaleur. Le silence des voyageurs était lourd à supporter et le bruit n'arrangeait rien bien sûr ! Miss Édith n'avait pas l'air ravi du tout et François passablement contrarié.
Première étape, l’Italie. On s'est installé dans un camping. Eux montèrent leur tente à coté de nous, dans notre fourgon de caraques. Enfin un peu de calme. Nos voisins étaient italiens et François fit leur connaissance. Ils nous invitèrent pour l' « apéro ». On parlait italien, nous ne comprenions pas grand chose et la traduction rapide du copain faisait un peu réchauffée. La nuit est tombée. Repas dans le camion. Danièle était la plus jeune et pleine d'entrain. Elle lança un sujet de conversation. Je ne me souviens pas lequel. Mais le ton monta très vite, du coté de Miss Édith et très vite nous nous sommes mis au diapason. En deux temps, ça hurlait là dedans à qui mieux mieux, et ça, je ne suis pas prêt de l'oublier. Je défendis ma petite chérie bec et ongles. Jusqu'à la phrase qui devait arriver :
- Bon c'est pas la peine de continuer ensemble ! Demain on se sépare ! On vous emmène à la gare et vous vous démerdez !
- Ouais on va se tirer et vite fait, viens François on va dans la tente !
Voilà c'était fini. Le rêve, le voyage à quatre. Le silence sur tout ça, avec la nuit dessus. Le lendemain rien ne s'arrangea. Déjeuner, gare. Adieu.
Combien d'années ont passé ? Beaucoup trop. J'aimerais bien le revoir ! Si je cherchais sur internet au page jaune. J'ai appris qu'il travaillait à l' « A.N.P.E. » Je cherche. Trois ou quatre Martino François. Lequel est le bon ? Je me souviens que son frère m'avait parlé de Niort. Rien dans cette ville. Une possibilité autour. Coup de téléphone. Non c'est pas lui. Allez Google montre-moi ce que tu sais faire. Bof, pas grand chose. Ah ? Tiens un article. Un forum du coté de chez lui avec mon François photographié en directeur d'agence dans une petite ville du coin ! Je note. Il vaut mieux que j'attende la fin des vacances pour appeler l'agence- on est au mois d’août. Septembre. La rentrée scolaire passe, les tracas du prof prennent le dessus. Noël. Laissons passer les fêtes, juin, l'accalmie. Où ai-je bien pu ranger ce fichu numéro ? Impossible d'y remettre la main dessus ! Bon Google à toi ! Ça y est l'article avec la photo. Tiens et ça c'est quoi ? François. Une crise cardiaque dans son bureau...
Quelque part un train où je l'ai connu. On n'a jamais été vraiment fâchés tous les deux, hein ?
2
4
21
7

Vous aimez lire Cornedor ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0