Chapitre 11.91 - Le garçon qui ne voulait pas devenir roi

3 minutes de lecture

Depuis des âges immémoriaux, l'esprit de Pharaon, enfermé dans son corps de mortel sans cesse renouvelé, pensait contenter ses pairs restés aux cieux en dressant de somptueuses architectures à leur gloire ; mais le jeune roi, dans un éclair de lucidité, venait de comprendre qu'il ne faisait en réalité que ravages. Enchaîner des créatures immortelles venues pour les aider, parce qu'elles s'apparentaient à des bêtes, insultait le ciel tout entier et ses souverains avec lui. Agiter un fouet et poser des chaînes sur leurs prodigieux alliés n'était bon, depuis la nuit des temps, qu'à flatter l'ego de Pharaon et la fierté des peuples d'Egypte. Ceux-ci voyaient les nephilims s'incliner devant la puissance d'un homme ; devant la puissance de l'Empire.

Depuis toujours, Pharaon se servait de ces êtres comme outils, pour rendre son propre culte plus écrasant.

Quelque chose se cristallisa dans les entrailles de Khoufou, tout au fond de lui, avant de commencer à enfler entre ses côtes, enfler jusqu'à venir prendre toute la place, écraser son cœur, l'étouffer littéralement.

C'était la honte.

– Diogon, dit-il d'une voix sans âme.

En silence, l'interpellé baissa vers lui les deux foyers scintillants qui creusaient sa face léonine. Cet être étrange avait beau nommer statues des êtres faits de chair et de magie, et venir de si loin que Khoufou ne pouvait comprendre son histoire, celui-ci voyait clair jusqu'au fond de son âme en cet instant, distinguant sa franchise et son intégrité. Sans doute le ka d'Horus y était-il pour beaucoup. Quelle ironie qu'il permette à Khoufou de lire dans l'esprit des êtres qui arpentaient la terre, mais pas d'entrer en contact avec les dieux qui, là-haut, le jugeaient du haut de leurs trônes.

Le garçon serra les mâchoires.

– Nous allons libérer ces djinns.

Peut-être ce géant d'ébène était-il un émissaire, sans le savoir lui-même. Peut-être qu'à travers son œil d'or le scrutait le d'Osiris, et qu'à travers son œil de saphir le soupesait celui de Maât.

– Merci, Khoufou, répondit Diogon. Ainsi donc, Baba avait tort.

– C'est qui ? intervint soudain Apouit, que les deux autres avaient presque oubliée.

– Une sorcière qui m'avait dit de ne plus jamais m'approcher des hommes.

Une étincelle dansa au fond de ses prunelles. Pleine de défi dans son œil jaune corbeau, elle semblait chargée d'espoir dans le second, aussi bleu que celui d'un humain.

– Elle avait tort. Parfois, il est bon d'aller vers eux.

– Mouais, enfin, mieux vaut aller vers Khoufou que vers Khoufoukhaf le vizir, hein, ronchonna Apouit en gâchant toute la solennité de l'instant. D'ailleurs, comment veux-tu libérer les nephilims ? Face-de-reptile ne te laissera jamais faire. Et il ne sera pas le seul à trouver ça étrange.

Khoufou plongea dans le regard noisette de la jeune fille, espiègle et empli de détermination. Elle aurait pu objecter pourquoi, et non pas comment. Pourquoi libérer des bêtes qui se soumettaient d'elles-mêmes à leur joug, et qui, une fois les chaînes retirées, resteraient sur place ? Il savait qu'elle se posait la question. N'importe qui se serait posé la question. Mais elle ne disait mot et se fiait à son jugement. Et Pharaon, lui, savait qu'il était question de symbole. De respect. Pas de logique.

– Nous allons manœuvrer de manière à lui faire admettre la vérité, dit lentement l'adolescent. Les dieux ne veulent pas de ces chaînes et de ces fouets. Diogon en est la preuve. Ne penses-tu pas toi aussi que des alliés ne sont pas là pour qu'on les traite en esclaves ? En Egypte, ce sont les ennemis que nous réduisons en esclavage.

– Oui, oui, répliqua-t-elle en fronçant ses sourcils épais.

Elle ne savait pas sur quel pied danser, il le voyait bien. Il s'était exprimé à la fois avec le cœur de Khoufou et les mots de Pharaon. Dissocier ses deux esprits devenait de plus en plus difficile. Elle finit par conclure d'une voix prudente :

– Et c'est ça que tu vas dire à ton vizir ?

– Non. Il ne faut pas lui donner de justification. Les dieux n'ont pas à expliquer leurs décisions.

Khoufou prit définitivement les commandes. En lui, le ka d'Horus s'enfuit soudain, empli d'effroi face au blasphème qu'il s'apprêtait à proférer. Le garçon leva le regard, croisant celui de Diogon qui attendait avec patience.

– C'est simple, nous avons justement un dieu sous la main. La vérité sortira de sa bouche.

Annotations

Recommandations

Défi
6
6
0
0
jojosephine

21h. C’est terminé. Quelques minutes de retard comme à chaque fois. D’ailleurs, nous ne relevons même plus... De l’habitude naît la lassitude...
  La pression de la journée se dissipe doucement mais laisse place à un vide abrutissant. Ce vide qui s'immisce insidieusement, sournoisement. Il rôde, il attend patiemment, que l'énergie vous quitte, pour prendre sa place, pour s’y lover tranquillement, assurément. De jour en jour s’imposait à moi la décision de me retirer, de m’éclipser. Une coquille vide ne peut prendre soin de l’autre. Pour s’occuper de l’autre, nous devons en échange donner une part de nous-même. Pas une grande part, ni même consciemment, mais c’est une obligation. J’en suis convaincue. On ne peut être dans le soin sans être dans le “soi”.
Il m’était devenu impossible de m’occuper de l’autre, de m’en approcher, de l’écouter, de le toucher. Je ne pouvais plus. Il me semblait que mes gestes étaient devenus mécaniques, impersonnels et tellement dépourvus d’humanité. La discordance entre l’image que je devais donner et ce que je ressentais se faisait chaque jour un peu plus pesante, un peu plus suffocante.
Mon être criait, pleurait, était dans une rage folle… Mon paraître lui était impassible, lisse. Je me suis même surprise à sourire encore une fois, à une patiente cherchant vainement une occupation, un contact, un renseignement, une réassurance... Tout ce que je ne pouvais plus fournir. Je détourne le regard, prends la fuite.
Mes pas me trainent un peu plus loin, mécaniquement, me rapprochant davantage de la délivrance. J'aperçois une collègue au loin les sourcils froncés, concentrée sur son ordinateur, elle souffle … Elle souffre… Je continue, tourne dans un autre couloir, fuis… Encore. Le bruit des roues sur le sol, le bip incessant des sonnettes, les sonneries oppressantes des téléphones. Tous ces bruits synonymes d’activité, d’attention, de réponses, d'immédiateté… Tous ces sons, toutes ces odeurs qui resserrent un peu plus l'étau déjà lourd au creux de moi.
  Enfin les sous-sols. La vie insoupçonnée grouille dans les entrailles de cet établissement. Toute la logistique, les raccourcis, les rencontres se pensant discrètes. Qui finalement n’ont de discrètes que l’illusion.
  J’arrive face à cette porte métallique. A l'intérieur mes vêtements, ceux de ma vraie vie ceux du dehors, ceux de l’après, confinés, mis à l’abri comme protégés. Il fait froid. Il fait toujours froid ici. Les vitres cassées. Les douches servant davantage de stockage que de lieu d'hygiène. Le carrelage cassé. Les trous de souris. Oui, des souris! Les courants d’air incessants qui semblent vous mettre en garde pour vous préparer aux avalanches de frissons que vous allez devoir affronter au cours de votre journée. Pas de miroir ou de glace. Tant mieux, je suis incapable de m’y regarder, de m’y retrouver. Ce reflet n’est pas le bon, ce n’est pas moi, ce n’est plus moi. Je suis devenue cet être impersonnel, conforme, uniformisé.
  Mon costume de scène, ma blouse, n’est même pas à la bonne taille. Un reste, une tenue qu’il restait dans la réserve sur laquelle nous sommes venus coller une nouvelle étiquette, un nouveau matricule… Jusqu’à la prochaine fois, jusqu’au prochain départ… La mettre me rend malade mais moins que de la retirer… Je deviens une autre avec. Elle me donne un rôle à tenir, me dicte mes attitudes et mes gestes. Elle est mon armure, ma carapace. Elle me protège des agressions physiques, verbales et surtout elle me met à distance des attaques plus violentes encore, celles qui touchent mon âme. Les blessures, les maladies, les souffrances, les vies qui cessent et qui font cesser celles de ceux qui restent, des survivants… Cette blouse, elle me tient, me porte. Je suis assise ici dans le froid, et l'appréhension de la retirer me ronge. Si je l’enlève, comment vais-je tenir debout ? Cette blouse ne tient que du vide.
  Mais comme à chaque fois je vais trouver la force, du moins mon corps va se rappeler des gestes, les automatismes et je vais l’enlever, la glisser dans le sac (le bon sac, celui de la bonne couleur, pour aller dans la bonne machine, pour suivre le bon protocole) et je vais rentrer chez moi. Comme à chaque fois, endosser une nouvelle tenue, un nouveau rôle, une nouvelle discordance. Abandonner une nouvelle fois, comme à chaque fois, lâchement, mon être englouti sous ce par-être.

  De l’habitude naît la lassitude.
3
0
1
3
Yuki Wolf
Isyl Grimwulf est une demi-ondine détesté par sa famille depuis la mort de sa mère. Lors d'une nuit, elle fit la rencontre qui va lui faire découvrir la cruauté du monde d'Emerysia, et que l'aventure peut être excitante, mais parfois terrifiante.

Personnages venant de l'univers d'Emerysia : Tome 1 - La sorcière de sang.

[Couverture : Personnages de Fire Emblem]
0
4
7
74

Vous aimez lire Cornedor ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0