Chapitre 9.6 - Le chien qui haïssait son maître

5 minutes de lecture

Les yeux de Pishkol, gris et inflexibles comme l'acier, observaient la scène sans mot dire.

– Je te hais, cracha la jeune fille avec l'aplomb d'un cobra.

Elle s'enfuit, le pas mal assuré au début, avant de détaler vers la jungle comme une gazelle.

– Eh bien, commenta enfin le chef.

– J'aurais préféré prendre une ourse pour femme, éructa Elissi. Son père…

– Son père l'a éduquée à sa manière, le coupa calmement Pishkol. Et tu n'auras à y redire que lorsque tu seras père à ton tour.

– Ce qui ne risque pas d'arriver, avec une fille qui préfèrerait coucher avec mon loup !

Les yeux aigus du chef poinçonnèrent son regard sombre, lui renvoyèrent un avertissement glacial.

– Ne t'avise plus de te donner en spectacle ainsi, Elissi. Ni de menacer ta femme de mort. Tu es un chasseur de grande valeur, il serait dommage de gâter ainsi ton renom. Va te faire soigner. Je m'occupe de la créature que tu as ramenée.

Fulminant d'avoir été dépossédé de sa capture, d'être ainsi couvert de tort devant tous les hommes après avoir été couvert de ridicule, Elissi s'éloigna d'un pas lourd de rage. L'odeur de cette fureur était si forte qu'elle prit le chien à la gorge.

Particulièrement heureux de ce dénouement, il tira une longue langue dans un simulacre de sourire. Il adorait Lobeh. Depuis que son maître avait décidé de la violer tous les soirs, sa haine d'humaine s'était changée en quelque chose de plus noir, de plus viscéral, d'aussi puissant que celle du chien. Ils étaient alors devenus deux alliés, face au même maître détesté. Elissi avait dû prendre pour femme la seule fille du clan capable de lui tenir tête ; la seule fille élevée dans l'idée qu'elle valait tout autant que les hommes. C'était Pishkol qui assignait les couples lorsqu'ils devenaient pubères, qui les ficelait ensemble comme deux perdrix pour le meilleur et pour le pire, et le chien était certain qu'il y avait eu malice de sa part.

– Je te vois, le loup, commenta le chef.

Ses yeux sagaces errèrent sur le clan, son clan ; sur les femmes qui glissaient un œil curieux ou empli de peur sous les portes de leurs huttes, sur les chasseurs, éparpillés par petits groupes autour du foyer brûlant, qui commentaient l'étrange capture d'Elissi à demi-mot.

– Je te l'ai déjà dit, Pishkol. Toi, tu peux me comprendre. Je ne suis pas un loup.

L'homme balaya ce que venait de dire le chien d'une main leste, comme on chasse une mouche.

– On a des soucis plus importants que ton ascendance, petit carnivore, sourit-il. Peux-tu veiller sur notre prisonnier ? Les chasseurs vont l'amener dans la grotte aux mille yeux, et l'y attacher. Il y restera jusqu'à ce que nous décidions quoi en faire.

– Relâchez-moi et laissez-moi partir, gronda Diogon.

Les chasseurs, qui accourraient sous les ordres de leur chef, firent un pas en arrière. Une étincelle furieuse brûlait au fond des iris de la bête noire.

– C'est le seul moyen pour que vous échappiez, peut-être, à la mort.

– Je ne suis pas un tyran, mon ami, dit Pishkol en levant la tête vers lui. Je ne peux décider seul de quelque chose qui s'abattra, ou pas, sur toute la tribu. J'ai entendu les voix de ceux qui pensent qu'il faut te tuer pour résoudre le problème ; j'ai entendu les voix de ceux qui pensent que nous devons manger ta chair, ainsi que celles qui veulent te sacrifier aux dieux ou leur faire une offrande quelconque. N'aie crainte. J'écouterai aussi ceux qui voudraient te rendre ta liberté.

Il s'éloigna, sa peau halée se fondant à merveille dans les lueurs dansantes projetées par le feu ; laissant son prisonnier aux mains des dix chasseurs qui l'encerclaient. Mais malgré les craquements du brasier et la distance qui se  déployait entre eux, le chien l'entendit terminer, beaucoup plus bas :

– Enfin, dans le cas où cette option serait envisagée par d'autres que toi.

Les yeux vifs de Diogon, l'un couleur désert comme le pelage du chien, l'autre aussi pur qu'un ciel sans nuages, auscultaient la paroi brute de la grotte. Ils caressaient les dessins millénaires qui y étaient tracés, effleuraient doucement les projections de pigments, les lignes gravées, les pleins et les déliés. Il faisait très sombre au fond de la caverne, tout au fond de ce boyau tortueux, car on ne leur avait pas laissé de torche ; mais qu'importe, ni le chien ni son acolyte n'en avaient besoin pour voir dans l'obscurité.

– Pourquoi tes maîtres nomment-ils cet endroit la grotte aux mille yeux ?

Le chien, couché auprès de lui sur la terre chaude, se hérissa.

– Ce ne sont pas mes maîtres. Je suis un prisonnier, comme toi. On m'a offert à eux lorsque je n'étais qu'un jeune, et depuis, je dois me coltiner Elissi et le reste de ces crétins emplumés.

– Bon, conclut Diogon sans se départir de sa douceur. Pourquoi ?

Le canidé leva à son tour ses yeux sombres vers la paroi grumeleuse.

– Ce sont les yeux des artistes qui ont décoré ces cavernes, qui les observent par le biais de leurs dessins. Elissi et les autres n'aiment pas beaucoup cet endroit. Il leur rappelle qu'avant eux, d'autres ont vécu ici. D'autres qui connaissaient plus de choses qu'eux, puisqu'ils savaient peindre et tracer des silhouettes. Alors ils se moquent de leurs chevaux au gros ventre et aux petites pattes, de leurs bonhommes tracés à la va-vite, mais je suis certain que ça les terrifie. Ils ne peuvent imaginer ce que ces gens-là ont utilisé pour aboutir à ce résultat. Ils ne peuvent imaginer la raison pour laquelle ils l'ont fait.

Une compréhension nouvelle dansa dans les iris de Diogon. Le chien poursuivit :

– Alors Pishkol leur raconte que c'était un culte d'anciens dieux, parce que ça les rassure de savoir que ceux-là aussi avaient des dieux qui n'existent pas et qu'eux aussi faisaient des choses inutiles pour leur plaire.

Sa voix baissa ; il s'abîma lui aussi dans la contemplation de ces lignes, de ces silhouettes immortelles cachées dans une grotte obscure, de ces êtres éternellement chassés, éternellement fuyants, éternellement galopants dans la prairie rocailleuse de ces parois.

– Mais entre nous, qui serait assez stupide pour croire à des fadaises pareilles ? dit-il enfin.

Il frappa de la patte un pan de paroi qui venait s'abattre, tel une falaise immobile, sur le sol terreux. Une gravure étrange avait été ajoutée aux creux et aux bosses déjà présents sur le rocher.

– Regarde ce truc, c'est un sexe d'humaine. Oui, ne fais pas ces yeux-là, puisque je te le dis ! Maintenant, tu sais à quoi ça ressemble. Franchement, quels dieux exigeraient une représentation aussi inutile ? Il n'y a bien que les hommes pour avoir eu cette idée. Ils sont obsédés par tout ça.

– Par tout ça quoi ?

Comment un colosse de plus de trois mètres de haut pouvait-il se montrer aussi innocent ? Cela dépassait l'entendement.

Annotations

Recommandations

Princessehonor

Toute sa vie, elle manqua de tendresse.
Du moins, elle adorait en donner car elle vouait un amour inconditionnel pour les autres.
Elle faisait partie de ces personnes qui aimaient l'amour et la violence, forme d'adoration subtile et d'appartenance intime, marque brutale et éphémère.
Pourtant, ce qu'elle désirait le plus, c'est qu'on la sert dans des bras plein de bieiveillance, qu'on la caresse de douceur et de volupté, qu'on l'assomme de mots qui redonnent espoir, qui l'enveloppent elle et ses tourments d'une plénitude sans fin.
Mais ce côté indomptable, effrayée, solitaire la plongea seulement dans un rêve éveillé et éternel.
1
0
0
0
Défi
fleur rose


Je le découvre en face de moi par une vidéo directe sur Facebook, je lui fais part de ma présence. Je ne suis pas toute seule, il a un petit mot pour chaque personne qui lui tape un message. Il évoque ma relation avec lui, c'était une époque nitescence où je le remarquais avec ses yeux brillants et heureux. Il me dit des paroles qui me touchent, j’aperçois, je sens et je vis son émotion. Ses anecdotes avec moi lui évoquent et provoquent un émoi. Il me parle d'une amitié très forte, nous avons quelque chose d'indéfinissable et inexplicable. Nous ne sommes pas revus depuis vingt-quatre ans, mais j'ai l'impression de le retrouver comme si le temps ne s'était pas arrêté. Il demeure le même avec la même franchise, la magie du passé opère, il conserve un souvenir, un sentiment indestructible, inoubliable, je ne devine pas ce que c'est, mais il nous lie une douceur qui apaise nos blessures ou nous réconforte d'avoir vécu comme un moment vernal avec des oiseaux chantant sous un ciel bleu. Un bien précieux digne d'un smaragdin se garde en secret enfoui dans une terre en état de pétrichor et qui veut rester là où il est. Le sortir des ténèbres risquerait de briser et de laisser échapper les étoiles en nous. Il faut savoir préserver le joyau entre nos mains et dans nos cœurs. Avant de conclure la conversation, je devine bouleverser, il me touche davantage, je le retrouvais comme vingt-quatre ans auparavant. Il me plonge dans mes souvenirs où je me sens encore à fleur de peau tous ces sentiments que j'ai dû traverser avec lui. C'était ancré dans mon âme à tout jamais, la plus magnifique histoire et épisode de ma vie, celle qui remue entre amitié et amour.
Nous étions jeunes, vingt ans, le bel âge certains diront, mais c'était lui qui me marquera dans ma mémoire. J’habitais dans une ville que je chérissais et je vivais dans un foyer de jeunes travailleurs. J'étais depuis le mois d'octobre, c'était mon cocon, je mis du temps à trouver ma place, perdue d'autant de personnes autour de moi, avec leurs itinéraires différents, leurs souffrances. progressivement, j'avais mon petit cercle, nous courtisons tous les jours et les discussions s'établissaient petit à petit.
En juin, je finissais mes études, un jeune homme débarque et je ne savais pas que cette personne aurait laissé une trace dans ma vie. Ce n'était pas d'une beauté physique à tomber par terre, mais elle était à l'intérieur de lui. Elle ne voyait pas, mais il la transmettait et nous frappait en plein cœur. Je n'arrivais pas à dormir, je passais à l'accueil, il était là avec sa jambe dans le plâtre avec ses béquilles. Il était dans un moment de détresse affective racontant ses déboires, je ne voulais pas m'immiscer entre lui et la dame en face de lui. Il se laissait aller dans des confessions, j'étais spectatrice, mais je fais connaissance avec lui ainsi et ce n'était que le début de notre histoire. Comme il me voyait bienveillante et à son écoute, il comprenait qu'il venait de trouver une personne de confiance et je répondais à la même sensibilité.
Sa fragilité avec son antécédent faisait de lui un écorché vif, ses douleurs étaient corrosives, cela le rendait vulnérable. En apprenant à le découvrir, je désirais lui apporter le pansement pour renfermer ses cicatrices. Il me dévoilait son univers et je m'attachais à lui petit à petit. On se voyait tous les jours, on passait du temps ensemble, il se confiait à moi et nous partagions nos rires et nos larmes. Nous faisons des sorties tous les deux avec d'autres personnes. Je lui offris la possibilité de fêter ses vingt et un ans au mois de juillet. J'étais bien avec lui, à l'aise et il me procurait tout ce que personne ne pouvait le faire : sa tendresse, son amitié, son écoute. Puis, en d'août, je commençais à l’apprécier un peu plus tous les jours, au point de que l’affection explose dans mon cœur. Je ne savais qu'il ne fallait pas, le seul défaut u'il pouvait avoir c'était son instabilité, mais il m'embellissait. C'était grâce à un de ses poèmes que je tombais amoureuse de lui. Je n'aurais pas dû le lire, mais il me transportait dans un torrent de bonheur. J'étais heureuse auprès de lui, jusqu'à l'apparition de quelques nuages sombres dans notre ciel. Des disputes qui auraient pu être évitées mettaient fin à cette magie entre nous. Bien qu'il commençait à craquer pour une autre, il me déposait un baiser sur les lèvres pour un premier adieu à nos sentiments amoureux.
2
1
3
3
Patrick Peronne



Vol à la tire
un touriste dépouillé 
de son cornet de glace
par une mouette
1
0
0
0

Vous aimez lire Cornedor ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0