Chapitre 9.7 - Le chien qui haïssait son maître

4 minutes de lecture

– Regarde ce truc, c'est un sexe d'humaine. Oui, ne fais pas ces yeux-là, puisque je te le dis ! Maintenant, tu sais à quoi ça ressemble. Franchement, quels dieux exigeraient une représentation aussi inutile ? Il n'y a bien que les hommes pour avoir eu cette idée. Ils sont obsédés par tout ça.

– Par tout ça quoi ?

Comment un colosse de plus de trois mètres de haut pouvait-il se montrer aussi innocent ? Cela dépassait l'entendement.

– Eh bien tout ça, l'accouplement, la mort, la bouffe, l'accouplement, la mort, la bouffe. Ils ne pensent qu'à ça. Cette grotte est la preuve que leurs ancêtres n'étaient pas mieux. Regarde les chevaux qui courent sur ces parois : de la nourriture. Et les espèces de machins censés représenter des hommes : la chasse. Le combat. Les ours et les lions des cavernes qui les étripent joyeusement : la mort. Et parfois, des morceaux de femmes qui se baladent dans les coins, et pas les plus intéressants en plus. L'accouplement.

– Les hommes sont-ils réellement ainsi ? demanda Diogon qui avait l'air perdu. Pourquoi les animaux ne le sont-ils pas également ?

– Je n'en sais rien. Mais aucun de nous n'aurait représenté de telles choses. Les arbres et les feuilles de la jungle, oui, les rochers du désert aussi, les espèces voisines et les jeux dans les bois, sans doute, mais pas ça. Peut-être qu'avant les hommes et nous étions semblables, mais qu'en cessant de nous écouter ils se sont éloignés de nous… Peut-être que c'est l'inverse ? Que nous étions comme eux avant de nous mettre à marcher à quatre pattes ?

– Je suis censé tenir de l'homme, dit lentement Diogon, mais je hais les hommes, et je ne partage pas ces pensées.

Comme pour le contredire avec malice, son ventre se mit à gronder bruyamment.

Le chien vit le visage de Diogon se décomposer, prendre un air malheureux qu'il ne comprit pas.

– Ne t'inquiète pas. Ils nous nourriront à l'aube. Mais si tu peux, garde tes crocs pour Elissi. Il les mérite plus qu'un pauvre ours tué dans la forêt.

– Je ne…

Des voix fortes, des voix d'hommes, ainsi que des pas fébriles les interrompirent soudain. A l'autre bout du tunnel, là où le ciel clouté d'étoiles scintillait doucement, débouchèrent deux chasseurs. Ils avaient posé leurs masques de chasse ; leurs visages étaient nus.

– Le malheur va s'abattre sur nous. Toi aussi tu l'as entendu parler de sa propre malédiction.

– Arrête. C'est pas une sorte d'ours noir, même deux fois plus haut que les autres, qui va nous boulotter pour son quatre-heures.

– Mais cette bestiole que tu tiens, là ! C'est quoi ça ? Hein ? C'est lié. J'en suis certain.

– C'est pas un animal. C'est juste un… une chose que quelqu'un a fabriqué. Et ce quelqu'un lui a cousu des peaux de bêtes sur le dos. Justement pour donner l'impression que c'est vivant.

– Et ça, c'est pas bizarre ? Si c'était normal, Pishkol n'aurait pas demandé à ce qu'on l'amène ici, avec la bête maudite.

– Il pense que c'est un signe des dieux. Moi je pense comme lui : faut pas laisser traîner ce genre de choses dans le camp. On verra ça demain. Quand il fera jour et que les démons seront retournés dans l'ombre. Les dieux peuvent bien attendre quelques heures pour qu'on décrypte leurs signes étranges.

Ils débouchèrent au niveau de Diogon, assis contre la paroi, et du chien couché dans son ombre. Leurs pas résonnaient dans l'obscurité étroite de la caverne.

– On vous amène de la compagnie. Vous avez pas intérêt à bouger.

Le colosse de jais leva les deux bras. Des cordes mordaient ses avant-bras puissants, comprimant leur chair et brisant les miroitements nacrés de son pelage. Elles le maintenaient immobile, son dos pressé contre la pierre ; chacune était nouée à des excroissances rocheuses, situées trop loin de lui pour qu'il puisse espérer les défaire.

– Je ne risque pas de bouger, dit-il avec une once d'ironie.

– Ouais, bah c'est très bien comme ça, rétorqua l'un des deux en déposant tout près un objet à la silhouette étrange. Touchez pas à ça non plus. Ce truc n'a pas l'air de bouger, mais qui sait, il se pourrait qu'il vous morde.

Les deux hommes s'éloignèrent à nouveau, l'un riant à gorge déployée ; mais c'était un rire empli du soulagement d'avoir déposé son fardeau, et le chien sentit flotter sa nervosité dans la grotte, à pleine truffe.

Le silence referma ses mâchoires sur eux deux.

Sur eux trois.

– Pas trop tôt, grommela l'objet bizarre avant de s'ébrouer à côté du chien dans un concert de cliquetis.

Celui-ci fit un bond d'au moins cinq mètres.

Comme si cette voix avait donné vie à tout le reste, un mélange d'odeurs se précipita dans ses narines ; un bouquet fané, poussiéreux, de corps morts depuis longtemps. Un volatile – il n'aurait pas su dire lequel –, puis quelque chose d'apparenté aux fennecs du désert, et enfin une odeur chaude et feutrée qu'il ne connaissait pas. Et par-dessus tout cela, un étrange filigrane s'entremêlait aux autres, les tressant ensemble pour mieux les assembler. Quelque chose de dur, d'un peu âcre, qui avait emprunté ses notes à la partition du sang.

Annotations

Recommandations

Princessehonor

Toute sa vie, elle manqua de tendresse.
Du moins, elle adorait en donner car elle vouait un amour inconditionnel pour les autres.
Elle faisait partie de ces personnes qui aimaient l'amour et la violence, forme d'adoration subtile et d'appartenance intime, marque brutale et éphémère.
Pourtant, ce qu'elle désirait le plus, c'est qu'on la sert dans des bras plein de bieiveillance, qu'on la caresse de douceur et de volupté, qu'on l'assomme de mots qui redonnent espoir, qui l'enveloppent elle et ses tourments d'une plénitude sans fin.
Mais ce côté indomptable, effrayée, solitaire la plongea seulement dans un rêve éveillé et éternel.
1
0
0
0
Défi
fleur rose


Je le découvre en face de moi par une vidéo directe sur Facebook, je lui fais part de ma présence. Je ne suis pas toute seule, il a un petit mot pour chaque personne qui lui tape un message. Il évoque ma relation avec lui, c'était une époque nitescence où je le remarquais avec ses yeux brillants et heureux. Il me dit des paroles qui me touchent, j’aperçois, je sens et je vis son émotion. Ses anecdotes avec moi lui évoquent et provoquent un émoi. Il me parle d'une amitié très forte, nous avons quelque chose d'indéfinissable et inexplicable. Nous ne sommes pas revus depuis vingt-quatre ans, mais j'ai l'impression de le retrouver comme si le temps ne s'était pas arrêté. Il demeure le même avec la même franchise, la magie du passé opère, il conserve un souvenir, un sentiment indestructible, inoubliable, je ne devine pas ce que c'est, mais il nous lie une douceur qui apaise nos blessures ou nous réconforte d'avoir vécu comme un moment vernal avec des oiseaux chantant sous un ciel bleu. Un bien précieux digne d'un smaragdin se garde en secret enfoui dans une terre en état de pétrichor et qui veut rester là où il est. Le sortir des ténèbres risquerait de briser et de laisser échapper les étoiles en nous. Il faut savoir préserver le joyau entre nos mains et dans nos cœurs. Avant de conclure la conversation, je devine bouleverser, il me touche davantage, je le retrouvais comme vingt-quatre ans auparavant. Il me plonge dans mes souvenirs où je me sens encore à fleur de peau tous ces sentiments que j'ai dû traverser avec lui. C'était ancré dans mon âme à tout jamais, la plus magnifique histoire et épisode de ma vie, celle qui remue entre amitié et amour.
Nous étions jeunes, vingt ans, le bel âge certains diront, mais c'était lui qui me marquera dans ma mémoire. J’habitais dans une ville que je chérissais et je vivais dans un foyer de jeunes travailleurs. J'étais depuis le mois d'octobre, c'était mon cocon, je mis du temps à trouver ma place, perdue d'autant de personnes autour de moi, avec leurs itinéraires différents, leurs souffrances. progressivement, j'avais mon petit cercle, nous courtisons tous les jours et les discussions s'établissaient petit à petit.
En juin, je finissais mes études, un jeune homme débarque et je ne savais pas que cette personne aurait laissé une trace dans ma vie. Ce n'était pas d'une beauté physique à tomber par terre, mais elle était à l'intérieur de lui. Elle ne voyait pas, mais il la transmettait et nous frappait en plein cœur. Je n'arrivais pas à dormir, je passais à l'accueil, il était là avec sa jambe dans le plâtre avec ses béquilles. Il était dans un moment de détresse affective racontant ses déboires, je ne voulais pas m'immiscer entre lui et la dame en face de lui. Il se laissait aller dans des confessions, j'étais spectatrice, mais je fais connaissance avec lui ainsi et ce n'était que le début de notre histoire. Comme il me voyait bienveillante et à son écoute, il comprenait qu'il venait de trouver une personne de confiance et je répondais à la même sensibilité.
Sa fragilité avec son antécédent faisait de lui un écorché vif, ses douleurs étaient corrosives, cela le rendait vulnérable. En apprenant à le découvrir, je désirais lui apporter le pansement pour renfermer ses cicatrices. Il me dévoilait son univers et je m'attachais à lui petit à petit. On se voyait tous les jours, on passait du temps ensemble, il se confiait à moi et nous partagions nos rires et nos larmes. Nous faisons des sorties tous les deux avec d'autres personnes. Je lui offris la possibilité de fêter ses vingt et un ans au mois de juillet. J'étais bien avec lui, à l'aise et il me procurait tout ce que personne ne pouvait le faire : sa tendresse, son amitié, son écoute. Puis, en d'août, je commençais à l’apprécier un peu plus tous les jours, au point de que l’affection explose dans mon cœur. Je ne savais qu'il ne fallait pas, le seul défaut u'il pouvait avoir c'était son instabilité, mais il m'embellissait. C'était grâce à un de ses poèmes que je tombais amoureuse de lui. Je n'aurais pas dû le lire, mais il me transportait dans un torrent de bonheur. J'étais heureuse auprès de lui, jusqu'à l'apparition de quelques nuages sombres dans notre ciel. Des disputes qui auraient pu être évitées mettaient fin à cette magie entre nous. Bien qu'il commençait à craquer pour une autre, il me déposait un baiser sur les lèvres pour un premier adieu à nos sentiments amoureux.
2
1
3
3
Patrick Peronne



Vol à la tire
un touriste dépouillé 
de son cornet de glace
par une mouette
1
0
0
0

Vous aimez lire Cornedor ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0