Désillusion

Une minute de lecture

J+2

« Vous êtes à quatre semaines environ.

— Je ne comprends pas docteur, quand on a décidé de tout stopper, vous m’avez dit que je ne verrais pas le retour de mes règles avant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Et rien, pas une seule perte quelle qu’elle soit !

— Je vous ai aussi dit de faire attention car l'absence de règles ne signifie pas que vous n’êtes pas féconde.

— J’avais occulté ce détail.

— Je vois. Votre libido s’est-elle calmée au moins ?

— Hum.

— Je vois. Savez-vous qui est le père ?

— …

— Je vois… Que souhaitez-vous faire ?

— Comment ça ?

— Souhaitez-vous garder ce bébé ?

— Je…

— Sandra, vous êtes célibataire, sans enfant, une femme superbe, mais vous avez trente-six ans.

— Oui, et ?

— Cet enfant est peut-être… un signe. Une chance à saisir. »

Elle ajoute, plus bas « Tout le monde ne l’a pas. »

Ma gynéco, la cinquantaine passée, sa féminité pleinement assumée, me regarde comme aurait pu le faire ma mère. Elle a même pris ma main dans la sienne dans un geste se voulant rassurant. Ses doigts me brûlent. Lâche-moi !

Cet enfant est peut-être un signe. Un signe de quoi ?

« Quelles sont mes options ?

— Vous êtes à la quatrième semaine de grossesse, soit six semaines d'aménorrhées. Toutes les options sont encore envisageables.

— C’est-à-dire ?

— Vous pouvez bien sûr garder ce bébé et je m’occuperai de votre suiv…

— Les autres options ?

— Eh bien, il est possible de pratiquer un avortement médicamenteux. À votre stade, l’hospitalisation ne sera pas nécessaire.

— C’est parfait.

— Je vous conseille cependant de bien y réfléchir. Si l’acte n’est pas dangereux médicalement parlant, il n’en est pas moins violent pour votre corps, plus encore pour votre esprit.

— Je veux faire ça.

— Méfiez-vous d’une décision hâtive, prise sous le coup de l’émotion. Il vous reste deux à trois semaines pour y penser. Il n’y aura pas d’intervention chirurgicale, une simple prise de médicaments dans un centre d'orthogénie ou ici même. Il y a, en tout état de cause, un délai légal entre notre discussion d’aujourd’hui et votre choix définitif. »

Je repars, assommée.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Khia

Déchirer la nuit
De lumière artificielle
Le plaisir des yeux
4
7
0
0
Margot Mockelyn
Éliane est une jeune institutrice d'un petit village de la France lors de la seconde guerre mondiale .Alors que les Nazis , on prit le pouvoir dans la moitié nord de la France , des groupes de résistants on prit forme dans tout le pays dont Éliane en fait parti .
Un jour , des SS entrèrent dans l'école et la fouilla . Sauf que a se moment si , elle ne se doutais pas qu'elle rencontrerai l'amour de sa vie , Klaus qui est un jeune SS.
Ce jour là , elle compris que sa vie ne sera plus jamais la même
1
2
7
6
Défi
phillechat
Mots imposés : entrée des artistes.
3
2
0
1

Vous aimez lire Angie Edengac ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0