Marche arrière

4 minutes de lecture

J -300

« Qu’est-ce qui vous amène Sandra ?

— Je veux enlever mon stérilet, docteur. Je sens que je ne suis pas moi, les hormones guident mes actes. J’ai des poils qui poussent sur mes seins, une invasion de boutons plus seulement sur les fesses mais aussi dans le cou, sur le visage, le dos. Ce n’est pas une contraception, c’est un poison !

— D’accord, d’accord, je comprends. Calmez-vous, on va trouver une solution. J’ai bien une pilule de quatrième génération à vous proposer mais elle n’est pas remboursée.

— Je m’en tape, si vous saviez !

— Elle est micro-dosée. Cela signifie que vous n’avez pas le droit à l’erreur. Un seul oubli et vous devrez vous protéger jusqu’au mois suivant.

— Pas de problème, de toute façon, je n’ai pas de mec fixe, ce n’est qu’une sécurité supplémentaire, je sors toujours couverte.

— C’est une bonne chose, en effet. »

J-60

« Docteur, ça ne va pas du tout. Vous m’aviez dit que ma libido allait se calmer mais c’est tout le contraire. Je désire tout ce qui bouge. Même ce qui ne bouge pas d’ailleurs. Les poteaux EDF m’excite. Et si vous saviez ce que le barbon grabataire du troisième m’a provoqué comme…

— Je pense avoir compris. N’en dites pas plus, s’il vous plaît. Il ne nous reste pas beaucoup de solutions. Vous ne supportez pas le cuivre, votre prise de sang m’interdit la prescription de la plupart des pilules classiques, ce qui exclut du même coup l’implant, vous ne voulez plus des micro-dosées et pas non plus de stérilets horm…

— C’est pas que j’en veux pas, vous avez vu ce que ça donne sur moi !

Oui, c’est une façon de parler. Sandra, je crois qu’il va falloir envisager un sevrage hormonal.

— C’est-à-dire ?

— Ça fait combien de temps que je vous suis ?

— dix-neuf ans.

— Et autant que vous êtes sous contraceptif.

— Presque oui, vingt-deux ou vingt-trois. J’ai commencé avec le docteur Toutypass.

— Finissez votre plaquette et ne commencez pas la suivante. Avec l’âge, les douleurs que vous ressentiez adolescente ont dû s’atténuer. On va se laisser quelques mois pour voir comment votre corps réagit et nous aviserons. Petit à petit, les hormones qui déclenchent vos envies si… Vos pulsions devraient peu à peu s’atténuer.

— Je n’ai plus de règles depuis des mois. Comment je fais pour savoir où j’en suis ?

— Elles reviendront toutes seules d’ici quelques semaines, en attendant, faites attention. »

Je me rhabillais déjà. Je n’ai pas fait attention au “faites attention”.

J-49

Après avoir subi les pressions d’un ex-charmant un peu trop attaché mais pas du tout attachant, je prends deux résolutions.

Pour commencer et à partir de ce jour, je me déclare mariée. Je m’inscris sur un site de rencontre. J'y expose mon sentiment de solitude dans une vie balisée. Les abonnés sont ravis d’aider une pauvre femme délaissée par son époux surbooké. J’enchaîne les aventures pour satisfaire enfin cette boule de désir qui brûle au creux de mon ventre.

Ce sont les hormones.

Oui, ce sont les hormones qui m’y poussent, mais c’est moi qui agis, qui subis, qui suce des bites, débite et m'agite. Je ne fais plus de différence entre appétence et dépendance. Oui, je suis une boulimique sexuelle. Je ne vomis pas mes repas, mais ma raison.

J’ai faim. J’ai faim d’affection et me satisfait d’attentions. J’ai faim de tendresse et me rassasie de tendres fesses. J’ai faim, je feins.

En surfant sur femmeliberee.com, je découvre qu’il existe une application pour calculer mon cycle menstruel. Formidable ! C’est ça la solution ! J'en trouve une bien notée, en français. Les commentaires sont encourageants. Téléchargée et installée sur mon smartphone chéri, elle me pose toutes sortes de questions.

Mes dernières règles ? Y a deux ans, c'est bien ?

Mon humeur : Neutre, heureuse, fringante, en colère, triste, angoissée. On peut tout cocher ? OK, tout alors !

Symptômes prémenstruels :

Crampes ? Non, pas moi, eux !

Seins sensibles ? Surtout avec la langue.

Mal de tête ? Ah ça non, jamais !

Acné ? Une horreur, et mal placée en plus !

Mal de dos ? nausée ? Non

Fatigue ? Si je dormais au lieu d’enchaîner les rencontres, ça s'arrangerait peut-être.

Ballonnements ? Pas plus que ça.

Envies ? Oh que oui, mais il y a une rubrique exprès pour ça après...

Insomnie ? Seulement si un beau (pas forcément, en fait) mâle est à côté.

Constipation ? Diarrhée ? Non, mais c'est quoi ces questions ?

Écoulements vaginaux : légers, épais, crémeux, blanc d'œuf (sérieux ?), liquides, inhabituels. Ce sont ces questions qui sont “inhabituelles”.

Autre :

Voyage, stress, maladie ou blessure, de l'alcool… Alcool, beaucoup d'alcool !

Activité physique :

Aucune, course, cyclisme, gym, danse, yoga, sport en équipe, natation, … Bof, à part la gym nocturne…

Sexe et libido :

Rien, Sexe protégé, Sexe non protégé, Libido élevée, Masturbation. Tout sauf rien !

Plus de paramètres : Poids, Sommeil, Niveau d'eau... Eh, mais je suis pas une bagnole !

Il faut remplir chacun de ces critères chaque jour afin que les calculs soient fiables. Tout part du premier jour des règles... que je ne connais pas.

J'essaie quand même cette appli, après tout, qu'est-ce que je risque ?

Il manque la case “Prénoms” à côté de “Sexe et libido”... Ce n'est vraiment pas pratique !

La deuxième décision s'impose donc, comme une évidence, pour répondre à ce problème épineux. Un jeu aussi, pour limiter les dégâts. Je n’accepterai désormais de ne rencontrer que des hommes ayant un prénom qui commence par les trois premières lettres du jour de la semaine (ou deux, rapport inversement proportionnel au charme de l’homme en question). Bon, s’il s’agit de leur pseudo, ça fera l’affaire.

C’est débile comme idée.

Oui, c’est débile comme idée, mais le choix s’en voit limité. Et puis, peut-être que je m'en rappellerai mieux...

Pourquoi tu ris ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 14 versions.

Recommandations

Défi
Anthony G. R. CAILLET
Une réponse au défi "Secret de Fabrication" de Nicolas Raviere.

Je ne parlerai pas tant de « secrets » que de « techniques ».
2
32
15
2
Dehorian Green

Se couler en les mots en recherche de sens
Quand le monde est tordu, quand le jour s'assombrit
Quand le mal en dedans se mélange à l'essence
De la teinte du temps, spleen au coeur de la vie.

Un besoin de souffler, besoin de retrouver
Le souffle premier, l'origine du beau
D'une vie en absence a force d'oublier
Ses envies, ses besoins, ce qui forge les maux.

Un temps à l'unisson de ces peines indues,
Crepuscule en l'espoir ouvrant la nuit sans lune
D'une âme en deshérence où le bonheur à chu,
Et s'est blessé a mort, de pleurs en infortunes.

S'incruster un instant au milieu de l'oubli
Rechercher le néant en portance de paix,
Y retrouver un peu de cette force enfuit
Lorsque l'aube était jeune et le rire était vrai.

Eteindre la douleur en éteignant l'envie,
Quelques larmes de sang pour en payer le cout
Se glisser en le lit d'une noirceur honnie
Et puis se relever. Se remettre debout.
3
0
0
1
Défi
Max-Louis
Défi : " « dis-moi dix mots », écrire un dialogue dans lequel vous utiliserez ces dix mots en relation avec l’adaptation de la langue à l’usage numérique"
2
6
3
2

Vous aimez lire Angie Edengac ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0