Chapitre 2

2 minutes de lecture

 La jeune femme est assise sur une chaise noire, rembourrée de mousse.

 L’assise a l’air, vue de loin, plutôt confortable. Mais après chaque heure de consultation que passent mes clients, écrasant la douceur du rembourrage, je remarque leurs gigotements d’inconfort. J’imagine que leurs confidences les poussent à se sentir mal à l’aise et sont une cause de ces gestes. Mais en réalité, elle n’est pas faite pour y rester trop longtemps. Et, voyez-vous, cette chaise a connu beaucoup d’hommes, de femmes, d’adolescents, de personnes âgées, tous aussi tourmentés les uns que les autres.

 L’autre problème qui, en général, dérange ceux qui viennent ici, est le fait que cette chaise est le modèle typique que l’on retrouve dans la plupart des salles d’attentes de n’importe quel bâtiment médical, que ce soit un dentiste, un kinésithérapeute, ou un hôpital. Comment voulez-vous que le client ne prenne pas peur de s’asseoir devant un psychologue, sur le symbole de l’assise médicale ?

 Tout ça, je le sais. Et je pense ne pas être le seul. Mais je ne peux rien y faire. Je suis psychologue et, malheureusement, je ne travaille pas pour moi. Mon initiative a pu être possible grâce au lancement de Psychal, groupe spécialisé dans la psychologie, qui souhaite absolument avoir une identité visuelle, et cette chaise en fait partie. Elle fait partie du contrat et si je change cette chaise, je perds ma place.

 On dit que tout psychologue qui se respecte, cherche dans le dialogue de son , à travers ses yeux, les clés qui lui permettront de dépasser ses tourments. Mais il se trouve que moi, quand un client décide de ne pas parler, je dévie mes pensées sur des absurdités, tel que cette chaise.

 Et la jeune femme, assise en face de moi, est enfoncée contre le dossier, immobile depuis quelques minutes, et a choisi de porter son attention derrière moi, sur une pâle copie imprimée de Munch. Cela aussi, je suis obligé de l’avoir car selon Psychal, l’art stimule, et fait parler.

 Certes, je ne suis pas un bon psychologue. Dans le sens où la communication directe me pose problème. En revanche, je sais que j’ai la capacité d’effectuer des analyses poussées, si je le veux. Mais là, tout de suite, ces analyses ne se portent pas sur l’objet de mon salaire.

 Je finis par relire une énième fois le faible dossier d’inscription de la jeune femme qui, apparemment, s’appelle Lyna Heiler. Elle a 28 ans, et vit avec son compagnon, Stan Jalbert. Ils ne sont pas encore mariés. Pour l’instant.

 Alors que les minutes filent, mon portable sonne pour m’annoncer que la consultation est terminée, et la jeune femme récupère délicatement son sac, sans me jeter un seul regard, et part de la pièce, en laissant la porte ouverte.

 Cette heure s’est avérée inutile, et mon salaire ne fait que diminuer, au fur et à mesure que mes clients entrent et sortent de ce cabinet.

Annotations

Recommandations

Défi
Molka Yahyaoui

Rose colla un baiser humide sur le front de Valentin . Valentin , c'était son fils , et il venait de se faire opérer . Son coeur battait à tout rompre et ses mains étaient moites . L'homme pousse un long soupir de soulagement qui se transforme en plainte rauque . Enfin , il était sauvé ! Il n'avait plus à s'inquiéter , à passer des nuits entières à se ronger les sangs en pensant à l'opération , à ne plus fermer l'oeil de la nuit, angoissant à cause de sa maladie , de la Maladie avec un grand M , la terrible , celle qui peut l'emporter contre la vie .
le bonheur , la joie d'être encore en vie le submergea . Valentin remercia Dieu d'être en bonne santé . Il se sentait heureux , tellement heureux , bien trop heureux . Il eût l'impression que c'était bien trop de contentement pour un seul homme . Enfin , il allait bientôt pouvoir profiter de la vie . Enfin , il pourra à nouveau courir comme une flèche dans les champs , sentir l'herbe verdoyande lui chattouiller les pieds ! Enfin , il allait à nouveau pouvoir alligner des lettres , former des phrases , coucher avec amour ses idées sur le papier ! L'inconvénient de son hospitalisation le plus difficile à supporter était sans l'ombre d'un doute son incapacité à écrire , alors qu'il ne lui restait plus qu'un chapitre à écrire pour achever son roman "Cupidon" . Cela avait été plus difficile encore que de passer des heures à contempler de son regard vague et perdu les murs nus , si blancs , si vides , qui semblaient ployer sous le poids du chagrin qu'ils abritaient . Cela avait été plus difficile encore que de n'écouter à la radio que les clips ennuyeux d'une petite chanteuse dont le docteur semblait être un admirateur .
2
0
0
1
WovunsCrosen
Les récits de mes sentiments, ressentis ou expériences tirées des différentes relations que j'ai pu entretenir avec ma famille. De courtes histoires sur comment je les ai vécues.

Ils sont là pour que je puisse évacuer mes pensées et sentiments.
1
0
0
4
Défi
Woody

"Oh ma Marie si tu savais combien de fois, j'ai rêvé de toi, sur ce même canapé où nous avons passé nos plus belles soirées ces deux dernières années. C'est avec des nœuds dans l'estomac que je t'écris cette lettre et dans le cœur cette irrépressible envie de ne plus être.
Cette preuve de douceur qu'étaient tes mains, tout ce bonheur qui était mien, je m'en souviens. Mis à part mes souvenirs, il ne reste rien, à part souffrir, je ne fais plus rien.
Ce sont mes derniers mots qui je l'espère sauront te trouver, si tu savais comment je t'aime, je nourris l'espoir de pouvoir un jour te retrouver ton mari. Voilà toutes les choses que je n'ai jamais su t'avouer.
Ton homme et mari André."

Les deux billes d'azur du vieil homme scrutaient ces quelques mots inscrits sur un papier usé ayant été mainte et mainte fois repliée. De petites perles d'eau salées dégoulinaient sur sa peau ridée, face à lui l'eau d'un ruisseau suivait paisiblement sont cours en émettant de léger bruissements.
Après un dernier regard vers l'horizon, le cinquantenaire prit appui sur ses mains à présent pleines de terre humide pour se redresser. Ses vieux mocassins qui l'avaient porté jusqu'ici n'en furent pas épargnés.

À quelques mètres de lui, se trouve un terrain abandonné depuis plusieurs années ou une abondante végétation semble y avoir élu domicile. Au premier plan demeure une vieille boite aux lettres rongée par la rouille, le dernier vestige d'un passé depuis longtemps oublié. Sur celle-ci au travers de la mousse qui l'a partiellement recouverte, on peut y lire " Martin" un nom si commun représentant une union et qui dans ce cas précis se trouve être le symbole d'un amour pur et véritable.
Le souffle court, l'homme s'approche de ce lieu qui fut autrefois sa demeure et en un instant les souvenirs de cette belle maison de campagne se matérialisèrent dans son esprit et brique par brique remplirent le terrain vague. En un battement de cils, les premières pièces apparurent. Ce fut d'abord le salon et sa cheminée en pierre qui prirent forme. Il sentit presque les flammes rougeoyantes et leur douce chaleur grignotée le bois sec en crépitant, suivis de la chambre au grand lit en fer forgé qui a vu naître leur amour et les premiers mots doux échangés sur l'oreiller. Ce fut ensuite l'image de sa femme assise, se balençant sur le vieux pneu noué à la plus haute branche d'un chêne. Les images devinrent plus précise, il put à nouveau admirer le visage angélique de sa femme lui offrant son plus beau sourire. S'était comme dans un rêve. Il put admirer sa chevelure rousse virevoltant dans le vent, ses taches de rousseur lui couvrant la partie gauche du visage, le genre de détail qui pesa dans la balance et fit chavirer son cœur.
Soudain, une brise automnale le parcourut et éleva plusieurs feuille-morte qui s'élevèrent et tournoyèrent à l'unisson.
Après quelques secondes, l'homme fut de retour à la réalité, à la vue de ce paysage qu'il ne reconnaît presque plus le veuf affiche une grimace de tristesse en essayant vainement de retenir ses larmes devenues torrent.
D'un geste non assuré l'homme glisse lentement sa main dans son veston rapiécée pour en sortir la lettre.
Après un bref coup d'œil en direction du ciel, il s'approcha de la boite aux lettres qu'il caressa longuement du bout des doigts avant de glisser son message à l'intérieur.
Il releva le petit drapeau situé derrière la boite aux lettres dont le facteur se servait pour signaler la présence de courrier.
Au loin, un groupe d'oiseau se mit à survoler la cime des arbres ce que ne manqua pas le vieil homme, il se mit à les observer et s'imagina libre comme l'air en leur compagnie et s'en amusa.
Soudain, son visage reprit un air triste, il fit quelque pas sur les restes de son domicile en traînant des pieds et glissa sa main dans sa veste.
Ses doigts se raidirent au contact d'un objet métallique, autour de lui le paysage fut enrobé d'une teinte sombre. Le vieillard scruta les alentours et aperçu les lueurs d'un soleil fuyant derrière les montagnes.
Tout autour de lui, la nature se tut, les branches des arbres céserrent de se mouvoir face au vent, le ruisseau, devint plus calme. L'homme fit abstraction de tout ce qui l'entourait et demanda audience aux étoiles. À travers celle-ci, il crut entrevoir le visage de sa femme lui adressant un sourire, il sut que s'était le moment de faire ses adieux.
- Ma chérie, si tu m'entends depuis là-haut, j'espère qu'il te restera une place pour moi et mon caractère de cochon. Sache que tu me manques depuis tant d'année, j'espère que je pourrais enfin te retrouver. Dit il avec des trémolos dans la voix.
Il apposa sa main restante sur son cœur et observa les astres le sourire aux lèvres.
Il ferma les yeux et ce fut le noir total, il sortit la main de sa poche et sentit le poids de l'objet dans sa main.
Il prit une grande inspiration, et lâcha prise, il entendit une détonation puis plus rien, il partit le cœur en paix.
La parenthèse achevée, la nature reprit ses droits. On entendit simplement un poids s'écraser lourdement au sol.

En regardant attentivement le ciel près de cette maison, on peut apercevoir deux étoiles côte à côte qui scintille de mille feux dans l'immensité de l'espace.

Est ce un signe, une évidence à observer ? Nul ne le sait.
5
15
139
4

Vous aimez lire CharlotteKW ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0