Ni vue ni connue

de Image de profil de OrianeOriane

Apprécié par 1 lecteur
Image de couverture de Ni vue ni connue

-Messire, vous êtes un couard !

-Rixende, vous n'avez aucune retenue ! Voyez, nous nous équilibrons, ma chère.

Dans un capharnaüm de bruits métalliques, le fils de seigneur se dévêtissait de son armure clinquante. Il avait chassé le haume comme s'il contenait un gaz toxique, inspirant l'air pur d'un nez aquilin et d'un sourire satisfait. Dès qu'il eut fini de se décharger de tout ce poids, il recoiffa ses boucles brunes à la hâte, de ses mains "de bébé", comme son amie aimait les appeler. Il était évident, au ton qu'elle employait, que ce n'était pas un compliment. Plutôt une façon de rappeler à quel point le jeune homme ne les posait jamais dans la pâte. Du haut du cheval vigoureux, Rixende fusillait d'un regard désapprobateur l'enfant de son seigneur. Elle avait noué en un chignon maladroit ses cheveux blonds et, le menton dressé, elle dégageait une fermeté que peu auraient oser afficher face à un membre de la famille au pouvoir.

-Si je soufflais mot de vos manigances à l'oreille de votre père, Frameric, vous seriez chassé de ses terres dans la honte la plus totale. Votre confiance en vous est... est... démesurée !

-Mais tu ne le feras pas ! chantonna Frameric. Parce que moi seul peut t'offrir des aventures aussi riches que celles-ci ! Imagine, toutes ces femmes qui auraient tant rêvé d'occir un dragon plutôt que de se perfectionner dans l'art de la toilette infinie... Sois leur fierté !

Il lui tendit la plate ventrale comme un trophée, mais la jeune femme n'était pas dupe. Elle descendit de la monture à l'arrêt et s'empara d'un geste vif du présent.

-Fadaises ! Ne faites pas passer pour un cadeau la preuve ultime de votre lâcheté, c'est indigne de votre rang. Oui, j'envie votre ascension chevaleresque, oui nous en avons convenu ainsi depuis des années, mais admettez au moins que cela n'a pu voir le jour qu'à cause de votre paresse et peur inavouables.
Un nouvel étirement de lèvres fendit le visage du futur seigneur, moins mesquin. Etonnament, il osait regarder droit dans les yeux la jouvencelle lorsqu'il s'agissait d'assumer le fond de sa pensée.

-Et tu es l'une des rares personnes à qui j'ai admis mes fautes. Car je sais que je peux me fier à toi.

La demoiselle prit du rose aux joues, puis couvrit son corps fin et musculeux de plaques de métal. Ses seins se calaient dans la bombance de la plaque principale et elle nouait les éléments métalliques avec une agilité acquise en entrainement. Plus que tous les autres, elle devait toujours s'habiller à la hâte, en cachette, avant que les cours de Frameric ne commençassent. Et comme elle devait faire silence pour ne point être repérée, elle le compensait par une virulence verbale à l'égard du pleutre bien-né. Il le lui devait, elle avait donc tout le loisir de le recadrer sans craindre de revers. Bien évidemment, elle ne le faisait pas devant tout le monde, mais ils étaient à présent seuls dans la clairière qui précédait l'antre du dragon. Elle n'était censée qu'accompagner le messire afin de prévenir des secours si par malheur il survenait un drame. Et vu la bête en face, il était normal de craindre le pire.


Au fond, Rixende cachait derrière sa verve une douleur nouvelle. Jamais elle n'avait été autant au-devant du danger. Elle avait effectué pour lui des tournois et des entrainements. Galvanisée par l'interdit et la peur d'être découverte si elle perdait, elle avait offert au jeune seigneur une belle réputation de combattant, alors qu'il n'était que fainéantise. Jusque là, il s'était montré compréhensif des sacrifices et des risques entrepris pour sa personne. Il s'acquittait de sa dette morale par des attentions et des cadeaux donnés en secret. Elle avait droit à des portions de mets délicieux que Frameric chapardait lors de banquets et des tissus qu'il retirait des immenses garde-robes de la cour. Plus encore que les goûts nouveaux, loin de sa condition de palfrenière, c'était la prise de risques pour sa personne qui la faisait apprécier le geste. Il l'accueillait toujours avec le sourire et offrait ses présents en s'inclinant, comme un gentilhomme. Elle savait sa chance d'être ainsi traitée par un homme d'éducation. Dire que tout avait commencé par un échange de regard triste dans l'écurie. Elle, qui venait d'avoir son poste de palfrenière, tout en apprenant que jamais elle ne pourrait monter à cheval autrement qu'en cachette, ni espérer meilleure place, et lui, qui essayait de se faire à l'idée qu'il devrait avoir une formation de chevalier imposée par son père, dont il n'avait cure.


A l'instant, Rixende se remémorait ce parcours, parce qu'aujourd'hui, il pouvait prendre fin. Et Frameric ne semblait pas s'en émouvoir plus que ça. Sous le haume, elle cacha les preuves de son coeur brisé. Cela s'ajoutait à une information que Frameric ignorait : à l'aube de ses dix-sept ans, ses parents lui avaient annoncé la négociation d'un mariage avec le fils de l'aubergiste. Pour eux, c'était l'assurance qu'elle vive bien et soit bien nourrie, pour elle, c'était la porte de l'enfer qui s'ouvrait. De toute façon, d'ici ses dix-huit ans, elle devrait être soit mariée soit au couvent. Il en était ainsi dans ce monde triste. Alors la mort, dans tout cela... elle ne la craignait guère. Elle chercha dans une poche - et de nombreux cliquetis- un bout de tissu blanc. Elle suivait au village un cours de broderie où la vieille bique d'Hugonette ne cessait de la tourmenter, tant son ennui se reflétait dans ses ouvrages. D'un geste nonchalant, elle le laissa tomber dans les mains de Frameric, avant de monter sur le cheval.

-Qu'est-ce... ? Ne le gardes-tu pas pour un époux ? En même temps, je sais pas s'il le prendrait bien, quelle est cette chose, un cheval, un chien ?

Rixende haussa les épaules, du moins, elle les éleva d'un centimètre symbolique, écrasée par le poids du métal.

-Je n'aurai point d'époux. Mon coeur n'a élu qu'un homme inaccessible et je m'apprête à mourir. En plus, le résultat est d'une mocheté sans nom. Messire, il n'a pas l'étoffe d'un bel ouvrage, mais il reste une trace symbolique de mon passage dans votre vie. Gardez-le, je vous prie. Lorsque j'aurai suffisamment éloigné et blessé le dragon, je passerai à trépas. Il y a peu de chance que je parvienne à le vaincre. Mais j'ai promis de vous sortir de ce mauvais pas. Récupérez l'armure pour rejoindre votre prisonnière élue, et repartez sans vous retourner. Votre père sera comblé. Car elle vous donnera à son tour sa preuve d'engagement, j'en suis sûre.

Sa voix devint plus sourde et elle regarda à nouveau devant elle, gonflant le buste en fixant le pont au loin. La passerelle de sa vie à sa mort. Sa gorge se noua, mais elle ne fit pas l'affront à son maitre silencieux de lui afficher sa peine. Frameric avait repris tout son sérieux et ne remuait plus d'un pouce. L'atmosphère pesait autant sur ses épaules que l'armure sur celles de Rixende.

-Pour quelle raison refuserait-on un homme tel que vous, Frameric ? Vous êtes lâche, messire, mais vous n'êtes pas mauvais bougre. Soyez heureux, jusqu'à nos retrouvailles au paradis.

Soudain, Frameric parvint à passer outre son silence abasourdi en échappant le nom de sa dévouée complice d'une voix faible. Elle ne le supporta pas et fonça avant de risquer de perdre le contrôle ! Il lui fallait toute sa tête et son énergie pour esbourdir le gardien de la forteresse.

Tous droits réservés
3 chapitres de 6 minutes en moyenne
Commencer la lecture

En réponse au défi

Inversons les rôles !

Lancé par Kilouane

Bonjour bonjour !

Grâce à la fidèle @Allen-Kune@ , je vous propose ce défi !

Ecrivez une histoire où les rôles sont inversés, où les clichés sont mélangés, où les personnages sont imprévisibles ! L'histoire en elle-même peut être clichée ou non, du genre la princesse qui sauve le prince qui s'est fait bêtement endormir pendant 100 ans. Oui bien, le prince qui abandonne la princesse dans son château parce qu'il a peur du dragon.

Toutes les idées sont bonnes ! (et je ne vous en veux pas de prendre celles que j'ai citées juste au-dessus, je serai même curieuse de voir le résultat :3 )

Allez, à vos plumes, et bonne chance !

Commentaires & Discussions

Sous l'armureChapitre0 message
... les blessuresChapitre0 message
...se cicatrisent.Chapitre0 message

Des milliers d'œuvres vous attendent.

Sur Scribay, dénichez des pépites littéraires et aidez leurs auteurs à les améliorer grâce à vos commentaires.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0