Chapitre IV

3 minutes de lecture
Et puis la routine reprit ses droits, mes résultats scolaires étaient en chute libre traduisant le peu d'intérêt que je leur portais. Bien entendu je fus convoqué par le proviseur qui s'en inquiéta et me prévint qu'il devait avoir une discussion avec ma mère à ce sujet. Il fallait bien se rendre à l'évidence l'école ne m'intéressai guère, j'avais fait illusion en début d'année surtout pour faire plaisir à ma mère.
Cette convocation allait la mettre dans tous états je savais que je devais me remettre un minimum au travail pour sauver mon année du désastre.
Je sortis du bureau du proviseur et allais manger avec Michael sur la pelouse, bien à l'écart de tout le monde. Je devais le mettre au courant de mon nouveau sujet de reportage vidéo. En effet j'avais la responsabilité du club vidéo du lycée, mais on m'avait retiré ma carte blanche depuis le dernier film que j'avais présenté, un film de zombies et de vampires assez gore.
Le film avait beaucoup plu aux élèves qui l'avaient accueilli avec de grands cris mais beaucoup moins au corps enseignant qui m'avait demandé de recentrer mon œuvre sur la vie du lycée. Le prochain thème était même imposé, l'entrainement de notre club de foot et une interview du capitaine de l'équipe, une sorte de brute épaisse qui ne devait enlever son casque de foot que pour manger et dormir. Enfin la vidéo devait se conclure par une interview de la cheftaine des cheerleaders, une blonde pulpeuse qui passait sa vie à rigoler comme une demeurée.
Je promis de ne pas faire dévorer ce si beau couple par des loups garous et les enseignants me permirent de continuer mon activité.
Je fis part de mon projet à Michael et de mon enchantement pour une vidéo si créative.
- Tu pourras faire connaissance de ton amoureux comme ça.
- Quoi ?
- Me dis pas que tu n'avais rien remarqué, il te dévore des yeux. Il parle sans arrêt de toi et te défends même quand les autres se moquent de ton look. Il te trouve ténébreuse et mystérieuse. Bon je suppose qu'il est allé voir la définition de ces mots dans le dico.
J'étais réellement surprise de ses révélations et pensais m'en tirer avec une pirouette.
- Il veut juste me mettre dans son lit comme les autres.
- Il faudra bien que ça arrive un jour rigola-t-il
- Certainement pas avec lui.
- Un si beau garçon avec avec un corps d'Apollon, tu sais pas ce que tu perds ma petite. Il pourrait te parler de sujets aussi passionnants que le placage ou que le lancer en touche.
Nous partîmes à rire et à faire des roulades sur la pelouse.
Il n'empêche que j'étais intriguée et que je passerais sûrement les prochains jours à vérifier si le beau footballeur me matait en secret.
Mon dernier cours ayant été supprimé faute de prof, je pensais que ça serait une bonne idée que de rendre visite à ma mère et déguster un milkshake et aussi la préparer à cette entrevue au lycée concernant mes notes.
Le bar était bien rempli et très bruyant et je renonçais à mon idée car elle serait  sûrement bien occupée avec tous ses clients. Au moment où j'entrais dans le bar, elle semblait plaisanter avec le shérif. Je me demandais si celui ci allait finir par l'inviter tant il en mourrait d'envie.
Je lui tapais sur l'épaule et l'embrassais affectueusement en espérant que le shérif n'avait pas divulgué notre petit secret.
- Abby qu'est ce que tu fais la ? tu n'as pas séché les cours au moins ? s'inquiéta ma mère.
Je la rassurais bien vite et m'installais au bar pour pouvoir discuter un peu avec elle. Mais elle était bien trop occupée pour avoir une vraie discussion, j'avalais mon milkshake en vitesse et filais avec mon skate jusqu'au magasin de musique du centre ville. Je rêvais depuis quelque temps devant une magnifique Ovation, on pouvait même dire que je bavais devant. Mais le prix étant bien trop élevé et je devais continuer à rêver devant. Même en travaillant tout l'été je ne pourrais jamais me l'offrir et ma mère avait bien d'autres factures à régler sans compter le fait que je possédais déjà deux guitares.
Je poussais la porte du magasin, comme d'habitude le vendeur ou le gérant était à moitié endormi à son bureau. Il devait se shooter c'était pas possible autrement, on aurait dit un zombie, il me salua d'un geste vague de la tête et parti faire semblant de vaquer à des occupations de rangement. J'étais surtout venue par les petites annonces recherchant des musiciens mais celles ci étaient rares dans notre petite ville.
Souvent on recherchait une chanteuse ou une choriste, même si je chantais assez bien je préférais largement la guitare.
L'année passée j'avais intégré un groupe, une expérience inoubliable, on avait  même fait quelques concerts, j'étais comme une fofolle sur scène électrisée par la foule. Malheureusement pour moi, le groupe décida de partir tenter sa chance en Californie et c'était impossible de les suivre. Je n'ai jamais eu de nouvelles depuis le jour de leur départ.


Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Fx'
Fantômes de poilus n'est plus ou moins qu'un cahier d'histoires dans l'Histoire, celle de 14-18.
Un condensé de lettres à travers de courts chapitres.
Un cri humain de poilus au front...
5
9
8
2
La Mort.
Un monde où dieu et les anges ont abandonné les hommes, et où le dernier rempart de l'humanité est un chasseur de démon
3
7
158
10
Doña Ackerman Otaku Fandemanga
Tyron PARKER travail dans une entreprise de la ville spécialisé en informatique.
Un soir après une petite soirée arrosée comme c'était très souvent le cas il ne s'attendait pas à trouver cette femme...
Tant de mystère trame autour de lui autant concernant sa belle soeur que sa femme...
Il va découvrir avec dégoût tout la machination qui s'est tramé

On dit que la vérité ne se cache pas ... Elle prends sont temps pour se dévoilé ...
0
2
67
5

Vous aimez lire Feerieland ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0