Un moment difficile pour Monsieur K

5 minutes de lecture

L’homme pleurait, à chaudes larmes qui mouillaient sa chemise. Il pleurait, comme un enfant, avec de longs silences , de lourds sanglots.

Catherine ne lui donnait pas d’âge, avec ses yeux rougis,  son visage défait, un homme détruit , brisé .En lisant son dossier , elle eut envie de pleurer avec lui : il avait son âge , la cinquantaine.

Elle prit une voix douce : «  sodomie, fessée, bondage ? »

L’homme acquiesça.

« Vous savez, Monsieur K, tout le monde a les mêmes fantasmes. 

- Je ne suis pas pervers ?  

- Non « 

Non, il n’était pas pervers ! Des pervers, elle en voyait tous les jours, des sadiques qui torturaient à mort les enfants,  avec le même argument : « c’est virtuel ! « 

Elle aurait pu lui ressortir l’argument, mais il était sensible, subtil, intelligent, cultivé.

Catherine reprit ; «  c’est tardif !

-        j’ai respecté la loi ! 

-        Vous avez respecté toutes les lois, sauf celle qu’il ne fallait pas transgresser !

-        Elle est absurde

-        Certes « 

La loi sur la sincérité numérique se défendait . Il y avait eu tant d’abus ! Tout était permis, sauf le manque de sincérité .

Après, après Catherine voyait défiler tous ces hommes qui passaient leur nuit à violer de jeunes enfants, dans le monde virtuel et se retrouvaient perdus dans le monde réel ! Son cabinet de psychologue n’allait pas faire  faillite.

« Vous n’avez pas à rougir de vos réalisations virtuelles « 

Monsieur K sourit.

Catherine n’osa pas lui avouer, qu’elle avait fait partie de ses « amis « .

Elle appréciait ses créations, nostalgiques, ancrées dans la pop, sixties/seventies.

Notre génération ! 

Elle aimait ses longues dérives musicales, colorées, oniriques. Elle avait adoré sa mise en scène sur le golden hair de Syd / Joyce .

Lean out your window, golden hair

I heard you singing in the midnight air 
My book is closed, I read no more 
Watching the fire dance, on the floor 
I've left my book, 
I've left my room 

”Je préfère You and I !

-Pardon? dit Catherine .

-Vous chantiez Golden Hair !

-Ah, oui ! « 

« You and I était une fabuleuse création, la voix de Monsieur K se fit nostalgique, j’avais repris tous les dessins de Roger Dean. J’ai harmonisé les sonorités, les couleurs, les odeurs...

J’ai fait un travail d’arrangeur, d’artisan du son et de la lumière.

-Et Sophie ?

- Sophie c’était ma muse, mon inspiratrice, elle suivait tout ! J’ai même pris conscience du fait qu’elle avait commencé à me suivre, bien avant.

- Amoureuse ?

- Je l’ai cru, vu ce qu’elle m’a fait…

-Elle, c’était légal !

-Et la sincérité ?

- Elle était sincère, elle pense, sincèrement, être entourée de pervers narcissiques, que votre amour l’étouffe, que votre désir la viole .

- Elle a tout fait pour me rendre fou d’amour !

-Oui, elle y pensait dès le départ « 

Tardif, tout cela avait été bien tardif : 20 mois,  Catherine recalcula , 20 mois  numériques , 20 ans dans la vie réelle , 20 mois  avant de se déclarer.

« Elle a pris le temps de détruire toutes vos défenses.

-Elle me disait « Ya polubila tiebia »

-Je t’aime en polonais ?

-Non, en russe, elle avait des origines russes. Elle ne cessait de me dire qu’elle était tombée amoureuse de moi, qu’elle me désirait ...

- Et vous la croyiez ?

- Pourquoi ne pas la croire ? C’était tellement beau, inespéré, romantique ? « 

Catherine eut envie de le secouer, de l’invectiver, de le traiter d’idiot , de naïf. Elle se retint, cela serait fort peu professionnel ! Son contrôleur lui rappellerait, cruellement, qu’elle ne serait pas en plein divorce, si elle n’avait pas cédé aux sirènes de l’amour virtuel.

Elle trancha : droit au but.

« Une vampire sentimentale !

-Comment ?

-Votre blonde Sophie est une vampire sentimentale. C’est une pathologie fréquente.

-Elle est malade ?

- Plus que vous ! Elle ne suce pas votre sang, mais votre vie affective ! Elle adore vous forcer à confesser vos secrets les plus intimes.

- Elle ne m’a jamais aimé ?

-Compliqué . Elle croit aimer, mais vous lui demandez trop , alors elle rejette tout , à commencer par votre amour !

- J’ai eu tort d’essayer de la contacter ?

- Dans la vie réelle ? C’est plus déconseillé qu’interdit et son mari en a vu d’autres . Votre crime est tout autre « 

Enfin, on arrivait à l’essentiel .Catherine se sentait coupable de collaborer avec la police .

Mais elle se rassura, en se disant qu’elle lui évitait le pire , l’interdiction définitive de toute vie virtuelle : la mort numérique.

« C’est elle qui a…

-prévenu la police ? Evidemment.

-Elle m’aime donc ?

- Elle ne veut pas aller en prison ! Vous avez commis l’irréparable, détruire des années d’identité numérique : seul le suicide pouvait suivre.

-Je l’ai fait pour elle !

- Elle ne vous a rien demandé .

- Je pensais avoir tout détruit ?

- Non, vos créations deviennent anonymes .

- L’idée me  plait .

-Vous êtes un rêveur, Monsieur K . « 

Dreamer, you know you’re a dreamer ! Je deviens comme lui, je chante au lieu de réfléchir. Un patient attachant, mais qui s’est mis dans un sacré pétrin.

Elle prit sa voix la plus douce :

« Racontez  moi, Monsieur K .

- J’ai voulu mourir à la romaine, comme jim, last ride on the storm.

- Il n’est pas mort dans la baignoire !

- Je sais, mais qu’importe . Jeune j’ai tenté l’héroïne. On m’avait dit que se trancher les veines, c’était mieux !

- Alors ?

- C’est une …expérience, surtout avec la Toccata 914 par Gould.

-La fugue ?

-Vous connaissez ? Essayez une belle musique pour mourir.

- De l’humour. Bon signe, vous allez mieux.

-La fin est étrange, je me vois partir,  et mes parents, ma famille, mes amis , ma femme ,mes enfants, sont là , ils me font une standing ovation !

-Et la police est arrivée ?

- Oui, hélas, c’était si bon ! »

Une belle névrose, il va y avoir du travail ! Et un travail peu agréable, car il faudrait rendre des comptes ...

Le vieil homme tenta de se justifier :

« C’était légal .

-Dans la hiérarchie des crimes, le suicide a dépassé la pédophilie.

-Je sais, la voix monocorde Monsieur K commença à réciter le NDO ( nouveau discours officiel)  : notre nouvelle économie suit la loi ses trois tiers, un tiers inapte au travail,un tiers chômeur, un tiers travailleur intensif qui a …

- l’interdiction absolue de se suicider ! Et,  encore,  moins, d’y prendre un plaisir pervers, Monsieur K !!! « 

Catherine sourit. Il était mûr, il serait le premier cobaye, un homme sensible, intelligent , cultivé , une excellente recrue .

« J’ai une solution.

-J’éviterai la sanction ?

- je vous le promets.

- j’accepte !

-Attendez ! La nouvelle loi, le partage intégral des souvenirs , va être votée . Il nous faut un volontaire, il y a des risques .En échange, l’amnistie est totale.

-Même pour le suicide !

- Pour tous les crimes, y compris la suprême transgression !

- J’accepte .

-Bien . « 

Elle le raccompagna. Tous les deux souriaient, comme deux amoureux ! Monsieur K , se voyait retourner dans la matrice, partager sa vie passée , qui sait ?, retrouver Sophie , qui , étrangement avait , maintenant, les traits de la Sylvie de Nerval .

Catherine voyait loin, beaucoup plus loin . Son cabinet de psycho vivotait, cette loi était la chance de sa vie !

Elle avait accepté de fournir un volontaire, contre un contrat d’exclusivité, elle aurait le droit de soigner tous les pauvres types,  détruits par la perte de leurs souvenirs . Et tous ces vampires sentimentaux, prêts à se ruiner pour jouir de cette chair fraîche.

Gourmande,  elle se passa la langue sur les lèvres : son chiffre d’affaires allait exploser ....

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
9
11
0
0
Lili Sori



L'amour, c'est comme regarder le ciel par une belle nuit d'été.
Au début, on scrute les étoiles jusqu'à trouver celle qui nous attire le plus. On ne regarde plus qu'elle et à force de la fixer, toutes les autres autour finissent par disparaître. Tout le reste s'assombrit, comme si les autres s'effaçaient une à une pour ne pas perturber l'éclat de celle que nous avons choisi de chérir. Et puis un beau jour, toutes ces autres réapparaissent, comme des tentations, comme des options, mais même si on les voit, on ne les regarde pas vraiment. Elles sont là, mais la nôtre brille toujours bien plus et leurs maigres efforts pour se faire remarquer ne mènent à rien au bout du compte. Bien sûr, elles existent encore, bien sûr il est agréable de les voir, mais notre attention se reporte toujours sur celle qui fait battre notre cœur comme elle seule sait le faire. On l'aime et la déteste à la fois. Elle nous attendrit et nous énerve en même temps. Parfois elle disparaît derrière un nuage et on se régale de pouvoir souffler un instant hors de sa contemplation, mais très rapidement, plus rien ne nous ravit, elle nous manque et l'on guette inlassablement le moment de son retour pour pouvoir de nouveau nous délecter de la chance que nous avons de lui appartenir et de partager un petit morceau de sa vie.
Bientôt, l'étoile créera sa constellation. Son petit monde à elle, une famille indestructible malgré les disputes et les désaccords. Parfois les nuages cacheront une partie du groupe, mais elles seront toujours l'une à côté de l'autre. Elles ne se sépareront jamais même si souvent les rêves et les envies de chacune entreront en conflit. Une confrontation nécessaire pour que chacune puisse continuer d'exister en tant qu'unité. Des identités différentes qui trouveront forcément le meilleur des compromis pour que toutes puissent respirer le même volume d'air. Une répartition équitable de la lumière et de l'espace pour n'étouffer aucune d'entre elles.
Un peu plus loin, le reste des étoiles forment leur cercle et gravitent autour de ce noyau unique. Ce sont des amis, des collègues, des connaissances ainsi que des jaloux, des opportunistes, des inconnus... Celles-ci sont tout ce qui sépare notre constellation de la Lune. Le projet commun, l'avenir heureux, le but ultime qu'elle fixe et qui se trouve à portée de son rayonnement malgré les obstacles sur leur trajectoire. La Lune représente leur Paradis à eux, leur Eden, leur Bonheur de se retrouver et de vivre ensemble pour une éternité délicieuse. Comme une promesse de jours heureux et paisibles. Comme un avenir indéniablement baigné de lumière et de chaleur.
L'amour, c'est comme trouver le bateau parfait pour traverser les océans.
On a parfois emprunter des radeaux pour tenter d'avancer sur les vagues, mais à chaque tempête, l'embarcation s'est renversée et nous voilà de retour à la case départ. Puis un jour, on monte à bord d'un bâtiment sans égal. Une construction magnifique et rassurante sur laquelle on se sent immédiatement en sécurité. La traversée peut reprendre, convaincu que plus rien ne pourra nous faire chavirer. L'horizon nous appelle, droite et limpide. Au couché du soleil, les rêves d'avenir s'enflamment. Les roses, les rouges, les orangés se chamaillent la même parcelle de ciel bleu-gris. L'eau se trouble un instant devant ce spectacle fabuleux et toutes les promesses qu'il nous fait miroiter.
Mais malgré tout, malgré le bonheur dans lequel on se baigne, des nuages noirs apparaissent, surgissant de nulle part, menaçant la paisible aventure de tourner au naufrage. Mais les voiles sont solides, le mât ne rompra pas, aucun rocher ne peut endommager la coque de ce bateau, aucune pluie torrentielle ne sera suffisamment puissante pour le couler.
Les vrais marins savent lire la carte des étoiles. Jamais ils ne perdent leur cap... Ils en dévient parfois mais ils savent retrouver rapidement leur chemin. Ils naviguent avec l'appréhension d'arriver à bon port et de devoir un instant quitter leur embarcation pour retrouver la terre ferme. Mais ils ne restent jamais amarrés bien longtemps de peur d'être oubliés par leur belle aux grands yeux bleus scintillants.
L'amour, c'est comme avoir déniché l'équipement idéal pour gravir la plus belle des montagnes.
L'ascension n'est pas aisée et avant de devenir un randonneur confirmé, il y en a eu des échecs et des abandons. On a tellement de fois fait marche arrière, parfois même oublié de se donner un peu la peine de souffrir pour découvrir quelque chose de merveilleux. On a souvent trouvé la neige en chemin. Souvent le terrain était accidenté, mais cette fois-ci, les vêtements n'ont pas été enfilés au hasard. Le piolet, les cordes et les crochets ont été choisis avec soin. Tout a été fait de sorte que nous atteignons le sommet malgré les craintes et les embuches en travers de notre route. L'enjeu est de taille ! La vue magnifique qui nous attend au bout de notre excursion vaut largement le prix de tous nos efforts. Une fois arrivés à destination, le panorama est splendide. Le soleil se couche à peine. Même la fraîcheur de la nuit tombante est une douce caresse sur nos joues rougies par l'émotion et la fatigue. Il nous reste juste assez de forces pour installer le campement et embraser le petit tas de feuilles et de branches que nous avons réunis avant qu'il ne fasse trop noir.
A la lueur des flammes gigotant dans tous les sens, prisonnières de ce cercle de pierres, les regards se croisent, scintillants de bonheur, apaisés et satisfaits des épreuves déjà loin derrière eux. Leurs yeux pétillants se tournent vers le ciel étoilé, écho parfait de leurs iris poudroyants. Les astres brasillent, oubliant les convenances, les bonnes manières se dissipent. Il ne reste plus que la simplicité des sentiments épurés et libérés des "qu'en dira-t-on ?" !
L'amour, c'est une chance inouïe de pouvoir planter nos yeux au milieu d'un champ d'étoiles qui ne semble avoir pour unique but que d'éclairer à jamais la noirceur de nos nuits.
3
8
0
4
Nebulous Violin
C'est la fin de Voldemort, la paix va pouvoir enfin régner. Mais ce que le monde ne sais pas, c'est qu'il n'est pas parti sans laisser de trace. Delphini n'est qu'une enfant et elle semble déjà être passionnée par la Magie Noire. Représente-t-elle un danger pour le monde des sorciers? Pour l'instant non, mais un danger pour ses proches, oui...
37
8
24
44

Vous aimez lire phillechat ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0