Sautera, sautera pas ?

4 minutes de lecture

Monsieur K regarda l’horloge : bientôt dix-sept heures, il allait pouvoir quitter son bureau à La Défense. Il n’était guère fatigué, à 58 ans il était un « vieux » et sa charge de travail était fort réduite. Mais dans La Firme personne ne lui prêtait la moindre attention et les journées « 9 to 5 » étaient bien trop longues.

Son portable vibra :

«

— Monsieur K, demanda une douce voix féminine ?

— C’est moi -même.

— C’est Catherine, la présidente du syndic.

— Bonjour Madame, répondit mécaniquement Philippe.

— Je suis désolée, j’ai une mauvaise nouvelle à vous apprendre »

Catherine ? Monsieur K, ne se faisait pas aux « nouveaux usages », mais c’était la règle, on appelait les dames par leur prénom, les messieurs par leur nom. Monsieur K ne voyait pas pourquoi on considérait cela comme un signe de respect envers les femmes, mais il y avait si peu de choses qu’il comprenait dans ce « nouveau monde » !

Il évoqua le visage de Catherine : une brunette, trentenaire, plutôt mignonne (il gardait pour lui ce dernier point : « l’ordre nouveau » ne tolérait aucun faux pas).

Catherine prit un ton lugubre :

«

— Je suis désolée, le vote de l’assemblée a été unanime : vous êtes expulsé.

— Mais pourquoi, pourquoi supplia Monsieur K ?

— Vous avez consulté la Liste ?

— Pas aujourd’hui, avoua Philippe.

— Vous devriez, insista la voix, glaciale. »

La Liste ! Le nom officiel était Répertoire Quotidien des crimes, délits et incivilités à caractère sexuel ou sexiste. C’était la transposition française de la « Shame list ».

Tout le monde l’appelait « La Liste », et pour tout homme (aucune femme n’y figurait) c’était la mort sociale.

Pour Monsieur K, le respect du sexe opposé était un devoir kantien.

Il ne consultait La Liste, comme tout le monde, que pour trouver le nom de la prochaine personnalité en disgrâce.

Avec horreur Monsieur K vit son nom, suivi de son adresse.

Il confessa à voix basse :

«

— J’y suis.

— Je sais, répondit Catherine méprisante.

— Mais je suis innocent, c’est une erreur !

— Tous les harceleurs disent cela, rétorqua Catherine. Vos affaires sont au garde meuble, la première nuit est gratuite, puis vous payez. Si vous revenez à la résidence, nous appelons la police et c’est la prison !

— Mais, mais je suis … »

La communication s’arrêta là. Monsieur K essaya de rappeler, mais il comprit vite que Catherine l’avait bloqué. Désemparé, le vieil homme se surprit à pleurer tout doucement …

Tout allait pourtant si bien ! Philippe avait profité de la nouvelle loi sur le travail des seniors, pour se faire embaucher par la Firme. La multinationale n’avait guère le choix : ne pas respecter le quota de seniors coûtait très cher et les primes gouvernementales pour l’embauche permettait à toute entreprise de recevoir l’équivalent de deux ans de salaire.

Tout le monde embauchait et les salaires étaient généreux, car les entreprises touchaient les primes et Pôle- emploi versait la paye, durant un an.

Cette astuce avait permis au gouvernement de faire passer « en douceur » le recul de la retraite à soixante- sept ans ( dans un premier temps).

Philippe avait découvert, à ses dépens, l’autre point négatif : la haine des jeunes qui n’avaient plus ni perspective de carrière, ni augmentation. Personne ne lui parlait et il avait compris qu’on attendait juste qu’il crève !

Le « crime » devait être léger : sinon il aurait déjà reçu sa lettre de licenciement.

Mais maigre était sa consolation : depuis longtemps , à Paris, on ne pouvait plus qu’acheter via

un syndic, qui non seulement réclamait une somme faramineuse, mais pouvait aussivous virer et garder votre logement. Tout le capital issu de la vente de sa belle maison, après le divorce, venait de disparaître !

Pendant que Monsieur K ruminait ces pensées, Catherine téléphonait :

«

— Séverine j’ai une bonne nouvelle !

— Tu as mon logement, répondit la jeune femme ?

— Tu peux emménager ce soir, roucoula Catherine.

— Mais cela veut dire que tu as …

— C’était un harceleur !

— Le pauvre homme, murmura Séverine.

— Cela suffit , c’est avec des midinettes comme toi que metoo va s’effondrer, vitupéra Catherine. Remercie moi et n’oublie pas les 100 000 Euros … »

Monsieur K visionnait et revisionnait la vidéo qui prouvait son « comportement inadapté ».

Pour faire accepter l’omniprésence des caméras de surveillance, la coalition écolo-socialiste avait mis en avant la lutte contre le harcèlement de rue.

Les vidéos-preuves se voulaient pédagogiques et directement tirées du quotidien, un commentaire les accompagnait.

On voyait,très distinctement, Monsieur K tenir la porte d’un magasin à une grande blonde, dont, discrétion oblige, le visage était flouté.

La scène était commentée : « Mesdames, n’acceptez jamais ce geste qui se dit galant. La galanterie est la première étape du harcèlement ».

La vidéo continuait et Monsieur K fut horrifié de comprendre que la France entière regardait en boucle son crime.

On voyait le regard de Monsieur K s’arrêter sur le décolleté de la jeune femme. Philippe était déçu : il se rappelait avoir eu, largement, l’occasion de profiter d’un jouissif spectacle, mais un immense carré blanc le cachait. La caméra fixait les yeux avides du vieil homme et la voix off reprenait :

« Mesdames, tout regard sur votre intimité : poitrine, pubis, cuisse qui dure plus d’une demi-seconde est juridiquement du harcèlement »

Apparaissaient la photo, le nom et l’adresse de Monsieur K. Le clip se terminait sur le message gouvernemental : « Mesdames, ne tolérez rien : ensemble nous vaincrons le harcèlement de rue ».

Monsieur K regardait son ordinateur vingt étages plus bas. Étrangement, il avait pu ouvrir une fenêtre dans le bureau désert, après être resté des heures prostrés devant son poste de travail.

Tout le monde était parti, sans un mot, sans un regard.

Disloqués ses souvenirs d’enfance, ses quarante années de vie de couple …

Sautera, sautera pas ?

Pour Léopoldine l’attente était insoutenable. Monsieur K mettait en danger sa prime.

La Firme avait une stratégie bien rodée : on embauchait un sénile, on empochait la prime, on le poussait à la faute.

Il démissionnait ou se suicidait bien avant la fin de la période d’essai et,on touchait, une nouvelle fois, le jackpot.

Seulement ce Monsieur K, malgré son tempérament dépressif s’accrochait et semblait résister au mépris et à l’ostracisme.

Léopoldine avait fouillé l’ordinateur du sénile et deviné ses goûts, assez peu originaux : il aimait les grandes blondes avec de beaux décolletés.

Lors du casting, elle avait choisi Ingrid, une magnifique suédoise. La nouvelle mode qui dévoilait le téton était une aubaine.

Ingrid avait suivi Monsieur K et le piège s’était refermé. La DRH avait déverrouillé une fenêtre.

Mais Léopoldine se rongeait les ongles et murmurait :

« Sautera, sautera pas, Sautera, sautera pas,Sautera, sautera pas … »

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
9
11
0
0
Lili Sori



L'amour, c'est comme regarder le ciel par une belle nuit d'été.
Au début, on scrute les étoiles jusqu'à trouver celle qui nous attire le plus. On ne regarde plus qu'elle et à force de la fixer, toutes les autres autour finissent par disparaître. Tout le reste s'assombrit, comme si les autres s'effaçaient une à une pour ne pas perturber l'éclat de celle que nous avons choisi de chérir. Et puis un beau jour, toutes ces autres réapparaissent, comme des tentations, comme des options, mais même si on les voit, on ne les regarde pas vraiment. Elles sont là, mais la nôtre brille toujours bien plus et leurs maigres efforts pour se faire remarquer ne mènent à rien au bout du compte. Bien sûr, elles existent encore, bien sûr il est agréable de les voir, mais notre attention se reporte toujours sur celle qui fait battre notre cœur comme elle seule sait le faire. On l'aime et la déteste à la fois. Elle nous attendrit et nous énerve en même temps. Parfois elle disparaît derrière un nuage et on se régale de pouvoir souffler un instant hors de sa contemplation, mais très rapidement, plus rien ne nous ravit, elle nous manque et l'on guette inlassablement le moment de son retour pour pouvoir de nouveau nous délecter de la chance que nous avons de lui appartenir et de partager un petit morceau de sa vie.
Bientôt, l'étoile créera sa constellation. Son petit monde à elle, une famille indestructible malgré les disputes et les désaccords. Parfois les nuages cacheront une partie du groupe, mais elles seront toujours l'une à côté de l'autre. Elles ne se sépareront jamais même si souvent les rêves et les envies de chacune entreront en conflit. Une confrontation nécessaire pour que chacune puisse continuer d'exister en tant qu'unité. Des identités différentes qui trouveront forcément le meilleur des compromis pour que toutes puissent respirer le même volume d'air. Une répartition équitable de la lumière et de l'espace pour n'étouffer aucune d'entre elles.
Un peu plus loin, le reste des étoiles forment leur cercle et gravitent autour de ce noyau unique. Ce sont des amis, des collègues, des connaissances ainsi que des jaloux, des opportunistes, des inconnus... Celles-ci sont tout ce qui sépare notre constellation de la Lune. Le projet commun, l'avenir heureux, le but ultime qu'elle fixe et qui se trouve à portée de son rayonnement malgré les obstacles sur leur trajectoire. La Lune représente leur Paradis à eux, leur Eden, leur Bonheur de se retrouver et de vivre ensemble pour une éternité délicieuse. Comme une promesse de jours heureux et paisibles. Comme un avenir indéniablement baigné de lumière et de chaleur.
L'amour, c'est comme trouver le bateau parfait pour traverser les océans.
On a parfois emprunter des radeaux pour tenter d'avancer sur les vagues, mais à chaque tempête, l'embarcation s'est renversée et nous voilà de retour à la case départ. Puis un jour, on monte à bord d'un bâtiment sans égal. Une construction magnifique et rassurante sur laquelle on se sent immédiatement en sécurité. La traversée peut reprendre, convaincu que plus rien ne pourra nous faire chavirer. L'horizon nous appelle, droite et limpide. Au couché du soleil, les rêves d'avenir s'enflamment. Les roses, les rouges, les orangés se chamaillent la même parcelle de ciel bleu-gris. L'eau se trouble un instant devant ce spectacle fabuleux et toutes les promesses qu'il nous fait miroiter.
Mais malgré tout, malgré le bonheur dans lequel on se baigne, des nuages noirs apparaissent, surgissant de nulle part, menaçant la paisible aventure de tourner au naufrage. Mais les voiles sont solides, le mât ne rompra pas, aucun rocher ne peut endommager la coque de ce bateau, aucune pluie torrentielle ne sera suffisamment puissante pour le couler.
Les vrais marins savent lire la carte des étoiles. Jamais ils ne perdent leur cap... Ils en dévient parfois mais ils savent retrouver rapidement leur chemin. Ils naviguent avec l'appréhension d'arriver à bon port et de devoir un instant quitter leur embarcation pour retrouver la terre ferme. Mais ils ne restent jamais amarrés bien longtemps de peur d'être oubliés par leur belle aux grands yeux bleus scintillants.
L'amour, c'est comme avoir déniché l'équipement idéal pour gravir la plus belle des montagnes.
L'ascension n'est pas aisée et avant de devenir un randonneur confirmé, il y en a eu des échecs et des abandons. On a tellement de fois fait marche arrière, parfois même oublié de se donner un peu la peine de souffrir pour découvrir quelque chose de merveilleux. On a souvent trouvé la neige en chemin. Souvent le terrain était accidenté, mais cette fois-ci, les vêtements n'ont pas été enfilés au hasard. Le piolet, les cordes et les crochets ont été choisis avec soin. Tout a été fait de sorte que nous atteignons le sommet malgré les craintes et les embuches en travers de notre route. L'enjeu est de taille ! La vue magnifique qui nous attend au bout de notre excursion vaut largement le prix de tous nos efforts. Une fois arrivés à destination, le panorama est splendide. Le soleil se couche à peine. Même la fraîcheur de la nuit tombante est une douce caresse sur nos joues rougies par l'émotion et la fatigue. Il nous reste juste assez de forces pour installer le campement et embraser le petit tas de feuilles et de branches que nous avons réunis avant qu'il ne fasse trop noir.
A la lueur des flammes gigotant dans tous les sens, prisonnières de ce cercle de pierres, les regards se croisent, scintillants de bonheur, apaisés et satisfaits des épreuves déjà loin derrière eux. Leurs yeux pétillants se tournent vers le ciel étoilé, écho parfait de leurs iris poudroyants. Les astres brasillent, oubliant les convenances, les bonnes manières se dissipent. Il ne reste plus que la simplicité des sentiments épurés et libérés des "qu'en dira-t-on ?" !
L'amour, c'est une chance inouïe de pouvoir planter nos yeux au milieu d'un champ d'étoiles qui ne semble avoir pour unique but que d'éclairer à jamais la noirceur de nos nuits.
3
8
0
4
Nebulous Violin
C'est la fin de Voldemort, la paix va pouvoir enfin régner. Mais ce que le monde ne sais pas, c'est qu'il n'est pas parti sans laisser de trace. Delphini n'est qu'une enfant et elle semble déjà être passionnée par la Magie Noire. Représente-t-elle un danger pour le monde des sorciers? Pour l'instant non, mais un danger pour ses proches, oui...
37
8
24
44

Vous aimez lire phillechat ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0