19. Double pénétration

4 minutes de lecture

Le spectacle fascinait Jack : Violet arrimait solidement un strap-on autour des hanches de Velvet. Les lanières noires enserraient délicieusement sa peau dans les mêmes teintes, mais c’était le gode qui s’érigeait sur son mont de Vénus qui impressionnant Jack. Avec ses nervures et ses finitions réalistes, on aurait pu le croire directement enfanté de sa chair – si ce n’était sa taille bien trop invraisemblable pour appartenir à une personne réelle. À une déesse, en revanche…

— Merci Violet. Je pense que ça fera l’affaire.

Velvet jeta au soumis attentif un sourire carnassier qui incendia son impatience. Comme il avait hâte de s’empaler sur cet objet au moins deux fois plus épais que son propre attribut !

— Commencez à jouer sans moi, souffla Violet. Je reviens.

Cela convenait à Jack. Il appréciait la présence de sa maîtresse au carré violine autant qu’elle l’intimidait. Prendre, dans un premier temps, ses aises en dehors du périmètre de son regard acéré rassurait le soumis.

De son côté, Velvet s’allongea sur son lit aux dimensions pharaoniques. Les déesses auraient pu s’ébattre toutes les trois sur ce matelas et faire encore participer leur chien avant de s’y trouver à l’étroit. Son sourire diamanté lançait l’invitation.

— Laisse-moi retirer ton plug, ordonna plus qu’elle ne demanda Velvet en passant sa main entre ses cuisses.

Il en portait un chaque jour, conformément à leurs attentes. Une autre de ces épreuves trop agréables pour être qualifiées de « contraintes ». Le soumis la laissa faire comme il en avait l’habitude, poussant sur ses muscles pour faciliter la libération. À l’air libre, Velvet examina l’objet – un peu plus large que son phallus, mais moins long – et le jeta au loin en concluant qu’il était propre. En effet, le chien se devait d’arborer une hygiène irréprochable – une autre de leurs directives.

— Viens-là…

Jack obéit sans se faire prier. Velvet s’était adossée au dosseret de coussins, attendant que son esclave fondît sur elle pour l’honorer. Mais ce dernier choisit de prendre son temps ; on l’avait déjà réprimandé pour s’être laissé trop hâtivement emporter par son allégresse. Il s’attarda donc à explorer sensuellement, du bout des doigts, le corps offert de sa déesse, avant de l’ombrager complètement.

Velvet enroula un bras autour sa nuque et s’en servit pour attirer le soumis dans son giron. Leurs lèvres échangeaient leurs saveurs avec gourmandise et Jack prit l’harmonieux galbe de son sein en coupe. Comme il aimait sentir le soupir de la belle y répondre dans sa bouche…

Un flacon de lubrifiant apparut, comme par magie, dans la main de la déité qui en étala une quantité déraisonnable sur le fallacieux phallus. Jack songeait pourtant qu’il n’y avait nul besoin de tant puisqu’il était déjà préparé ; il ravisa ses critiques lorsque les doigts de sa fée passèrent sur son pourtour pour le masser. Un soupir se perdit, puis Velvet le tira jusqu’à son sexe factice.

L’esclave s’y empala et ce fut comme si cet univers insensé dévoilait ses raisons. Tout était clair, limpide ; Jack se trouvait exactement là où il devait être. Ce sentiment d’accomplissement le perfora jusqu’aux tripes alors qu’il enfonçait l’objet entre ses reins.

Le chien, pourtant dressé, fut incapable de contenir un jappement. L’ivresse était totale. Il se laissa bercer quelques secondes dans ce paradis de sens avant de faire jouer son bassin plus vigoureusement sur le gode. Chaque fibre de son être semblait sur le point d’exploser dans cette chevauchée endiablée ; il fallait à Jack renouveler sans cesse ces baisers avec Velvet pour résister à l’impérieuse tentation d’empoigner son sexe pour le faire gicler sur la toile sombre de son ventre.

— J’ose espérer que tu n’avais pas l’intention de jouir sans permission, chien ?

Les oreilles de Jack se dressèrent aux paroles de son autre maîtresse qu’il avait failli oublier. Il voulut risquer un regard par-dessus son épaule pour l’apercevoir, mais Velvet rattrapa sa mâchoire pour le perdre dans un nouveau baiser. Alors le soumis fut contraint de ralentir l’allure, acceptant, à contrecœur, l’éloignement de sa libération. Il était hors de question qu’il bravât le commandement de Violet. Il attendrait leur permission et, sans cette dernière, s’habituerait à la frustration.

Tant qu’il pouvait flotter dans la toile duveteuse que Velvet tissait autour d’eux, la situation conviendrait à Jack.

Ainsi, il ne vit pas ce que Violet préparait, n’y faisait même plus attention. Ce ne fut que lorsqu’il sentit une pression s’exercer entre son anneau chair et le phallus de Velvet qu’il comprit. Violet comptait le pénétrer avec un deuxième gode !

Instinctivement, Jack se contracta et essaya de se tourner pour évaluer la taille de ce nouvel arrivant. Velvet le rattrapa encore. Son étreinte aida à apaiser la bouffée d’anxiété aussi sûrement qu’elle était apparue. Il se détendit, progressivement. Il était si bon de lâcher-prise dans les bras de sa maîtresse.

Ainsi lorsque le gland de silicone se pressa à nouveau à son entrée, Jack se relâcha pleinement pour l’accueillir en lui. Un coup de reins plus pressant acheva de faire pénétrer l’objet. Une vive douleur traversa sa moelle épinière pour se mélanger aussitôt aux effluves de béatitude dans lesquelles il voguait.

Il était serein. Il était comblé. Entre de bonnes mains.

S’il avait cru toucher le paradis en s’enfilant sur le phallus de Velvet, Jack découvrit qu’il existait un autre sommet baisé par la rythmique frénétique de Violet. La dominatrice ne laissait pas le moindre répit à son cul, le pilonnant sauvagement, comme pour le punir de s’être ouvert trop facilement.

Jack haletait, criait et implorait sa merci. La seule réponse qu’il reçut fut :

— Jouis, mon beau…

L’explosion orgasmique se propagea depuis sa prostate et étira ses feux dans chaque cellule de son organisme. Ses muscles se resserrèrent si forts autour des godes qu’ils prolongèrent les répliques de ce séisme.

Velvet passa des bras tendres autour de sa taille, plaquant sa souillure entre elle et son chien, bien décidée à le garder prisonnier encore un peu. Qu’il en soit ainsi ; le soumis repu et bienheureux n’aurait pas voulu se défaire de cette emprise de sitôt.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

valdomar
Une histoire de famille est le récit de la vie de Diego, adolescent élevé dans une famille homoparentale. Il met en scène la découverte de sa sexualité en prenant appui sur l'année scolaire 2012/2013 qui voit l'adoption de la loi sur le Mariage pour tous. C'est une romance à destination d'un public LGBT.
3730
1034
2074
1260
LuizEsc
À Monade, voir le ciel est un privilège qui se mérite. Les classes souterraines suent sang et eau pour un rayon de soleil. Il existe pourtant un moyen d’accélérer le processus : se vouer corps et âme à l’Entelechia. Mais ceux qui s’y risquent n’en gardent aucun souvenir.

Hélios, jeune acteur parvenu, brûle les planches dans sa dernière pièce. Son talent résonne jusqu’aux Nuages et conquiert même cette Aile, Kosan Manqa. À moins que son attention ne cache d’autres raisons moins honorables.
175
164
364
183
Xenos Walker
Destins Croisés ? Un titre bien étrange non ? Dans cette histoire vous allez découvrir la vie d'un groupe de lycéen qui vont découvrir petit à petit qui ils sont vraiment, qui vont suivre et découvrir leurs destins.

Nous allons à travers cette histoire et les différents point de vue de Zach et Allan découvrir les mêmes facettes de certains événements et découvrir les destins de tous ces personnages qui se sont croisés durant une année qui changera à jamais leurs vie sur tous les point de vue.
787
216
553
475

Vous aimez lire LuizEsc ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0