3. Urgence - 2/2

3 minutes de lecture

De petits rires. Non, plutôt des gloussements étouffés dans une main. J'émerge doucement du sommeil et entre-ouvre une paupière. Penchés au-dessus de moi, les Soldats ricanent dans leur paume comme lorsqu'ils préparent un mauvais coup bien tordu. J'essaie de me relever et ce n'est qu'à ce moment que je le sens : mon dos est collé au torse de Noah et son bras m'entoure la taille.

Oh non. J'ai dormi sur le canapé avec Noah Ray. Merde. À en croire sa respiration régulière, il dort. Chelsea et Dwayne sont encore en train de ricaner en nous regardant. En tentant d'enlever délicatement le bras qui m'enserre la taille, je jette un coup d'œil à l'horloge murale. Remerde. Si on ne se grouille pas, les petits vont arriver en retard. Je n'y tiens plus et je me dégage vivement de Noah, ce qui a pour mérite de le réveiller.

- Salut.

Pour toute réponse, je grogne. Je n'apprécie pas trop son sourire aujourd'hui. En plus, je n'ai pas mon quota de sommeil alors je risque d'être de mauvaise humeur. Je me lève rapidement. Ni le temps de me changer - je porte toujours mes habits de la veille - , ni celui de manger. Au moins, je peux compter sur les morfales que sont Dwayne et Chelsea pour avoir déjà englouti leur petit-déjeuner sitôt sortis du lit. J'attrape mon sac et mes clefs tandis que Noah en est encore à s'étirer. Je pousse les Soldats dehors et me dirige vers l'arrêt de bus au bout de l'allée. Cependant, Lorsque nous arrivons, je vois le bus s'éloigner au loin. Noah nous propose de nous emmener et j'accepte d'un hochement de tête. On n'est pas à ça près.

Après avoir déposé les Soldats à l'école dans son véhicule noir, Noah m'accompagne au lycée. Le trajet se déroule en silence, alors que j'essaie en vain de trouver quelque chose d'intelligent à dire. En claquant la portière de la voiture de Noah, je sens mon téléphone vibrer dans ma poche.

Sam : Urgence A

Merde. L'Urgence A, on l'a mise en place avec Alex et Sam pour les problèmes qui font couler les larmes en flot continu. Rendez-vous sous les gradins, Alex pleure. C'est que signifie ce message.

- Bye. Et merci beaucoup...

Je plante Noah là et cours vers le terrain de foot. Je l'entends crier mon prénom derrière moi mais je ne me retourne pas. Alex est plus importante qu'un lycéen perplexe. En plus, il ne peut pas venir avec moi sous peine de rompre notre contrat.

Quand j'arrive sous les gradins, je trouve Alex sanglotant dans les bras de son frère. Je ne pose pas de question. Elle se livrera toute seule quand elle se sentira prête. En attendant, je la serre fort dans mes bras pour qu'elle sente ma présence. J'essaie de desserer ses doigts crispés autour de son téléphone. Entre deux reniflements, j'arrive à comprendre l'essentiel :

- Elle se marie samedi... Son fiancé à l'âge de Papé...

Mon père étant son grand-père, on utilise le surnom Papé pour parler de lui. Il a beau être mon paternel, Alex le connaît bien mieux que moi. Il ne s'est jamais intéressé à la petite bâtarde qu'il a eu avec une danseuse et chanteuse française célèbre de vingt ans sa cadette, Léanor de Bogny, dont il n'a même pas assisté à l'enterrement. À vrai dire, moi non plus, je n'ai jamais cherché à m'intéresser plus que ça à lui. Tout ce que je sais de lui provient de mes neveux et nièces.

- C'est son patron... Il est arrière-grand-père...

- Chut...

- Elle se marie samedi...

Elle continue de marmonner cette phrase en sanglotant contre mon épaule déjà trempée.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Luciferr
Recueil de nouvelles et autres textes de science-fiction pour avoir la tête dans les étoiles...
43
77
99
34
Angélique Leydier
Gagnante d'un petit concours, cette courte fanfiction vous emmène dans l'univers de Harry Potter (univers imposé), et aussi dans celui de Scooby-Doo (mon choix)! Une rencontre improbable pour des mondes qui comportent finalement nombre de "ponts"

Plongez tête première dans cette fanfiction drôle et rebondissante!
1
0
0
10
Défi
Abye

Une histoire d'amour dis-tu ? Avec ou sans fin heureuse ? J'aime bien cette idée mais te raconter mon histoire remplirait tout un manuscrit sans aucun doute. En revanche, ce ne sera ni romantique, ni à fin heureuse, et j'en suis navrée. Devoir vous conter mes péripéties, j'ai pesé le pour et le contre, cela ne fait de mal à personne puisque c'est du passé et qu'il ne faut jamais se retourner !
Je l'ai rencontré pendant un travail d'été, il travaillait chez mon père, moi également. Lorsque je l'ai vu, aucune émotion, rien n'est venu perturber le cours de ma vie mais voulant rester en contact avec lui, je prends son numéro à un collègue de boulot. Quand je lui envoie un premier message je le fais sur le jeu de la devinette "qui suis-je", ça n'a pas duré bien longtemps puisqu'il m'a appelé et que j'ai décroché, il m'a directement identifiée. Après ça, il commence à m'envoyer des messages régulièrement. Je me souviens encore de notre premier baiser, c'était la vogue dans mon village, j'étais avec des amis à la buvette à boire comme des trous quand quelqu'un me tape sur l'épaule, je remarque rapidement que c'est mon très cher "collègue", on parle cinq, dix, quinze minutes jusqu'à ce que je décide d'aller danser avec mes amis. Au fil de la soirée, je voyais bien qu'il me fixait intensément ! Tard dans la nuit, je devais rentrer dormir chez ma meilleure amie, mais au moment d'aller se coucher je reçois un appel du garçon, il me demande de ressortir car il voulait parler. Je décide de faire le mur, une fois en face de lui il prend ma tête et m'embrasse puis part. Voilà notre début de relation, le début d'une longue galère...
Nos premiers mois devaient rester discrets que personne ne l'apprenne. Il me présente à ses amis puis à sa famille. Je remarque très vite qu'ils ont tous un problème de "dépression" à cause d'un événement passé ! Tout se passe bien, jusqu'à ce que je le vois prendre une drogue dure qui s'avérait être en continue, je décide de lui en parler le lendemain, il me dit que c'est uniquement en soirée et comme on dit l'amour rend aveugle ! Puis j'ai fait la remarque "après tout on est jeune, laisse le en profiter", sauf qu'il y a eu une goutte de trop, son poing dans ma figure. Ayant un caractère je riposte mais ses amis sont là. Au final, je lui donne mes conditions soit il arrête soit je le quitte.
Vous auriez aimé que je vous dise qu'il est arrêté, que notre histoire soit la plus belle de toute ? Hé bien non...
Qu'est ce qu'arrêter quand on est accro à une chose ? On ne peut tout simplement pas, ce n'est même pas concevable pour eux de se dire qu'ils sont accros...
Malheureusement, la drogue ne fut pas son seul défaut... Après deux ans de relation, on décide de faire un voyage, le soir je me retrouvais seule dans l'hôtel pendant que lui partait boire dans un bar avec des inconnus. Et oui, l'alcool faisait aussi partie de son quotidien. En revenant chez nous, je lui annonce que tout est terminé que lui et moi n'est plus qu'un souvenir. Malgré son harcèlement je n'ai pas succombé et suis restée sur ma position. Au jour d'aujourd'hui, je suis seule mais heureuse !
Mieux vaut être seul que mal accompagné !
Si je peux vous donner un conseil que vous soyez fille ou garçon avant de vous mettre avec une personne apprenez bien à la connaître parce que l'avenir vous réserve des surprises donc évitez de les affronter avec des personnes malsaines.
5
16
48
2

Vous aimez lire Angelinnog ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0