Vouloir afin de pouvoir

2 minutes de lecture

Quatrième étape: renforcer les convictions:

Mon plan en tête, il m'était impossible de rater ce que l'on pouvait qualifier d'une idée complètement folle. Peu m'importait les moyens utilisés, en vue de mon but ultime, oui, peu importe le nombre de vies sacrifiées à une œuvre d'art. C'est pour la beauté que je vis encore et que je me bats... Je ne compte pas m'arrêter en si bon chemin, non.

Comme j'avais procédé précédemment, je décidais de m'introduire à nouveau dans une base militaire, histoire de semer la zizanie. Une infiltration réussie, qui ne tarderait pas à rater, pour les besoins de mon plan...

J'errais alors dans les couloirs, en faisant le plus de bruit possible pour attirer l'attention. Au bout de quelques minutes, je croisai enfin des soldats, et, faisant mine d'être étonné, je pis la poudre d'escampette, les hommes lancés à mes trousses. Une fois que la course-poursuite avait duré assez longtemps, je me laissais exprès capturer, et je vous garantis qu'avec ce qu'il y avait dans mon sac et la tenue que je portais, les sang des Coréens ne fit qu'un tour, c'était la guerre...

Lorsque que l'on m'avait incarcéré dans une prison haute sécurité, par la suite, j'avais fait de faux aveux dans un anglais presque parfait, en prenant un accent Américain exagéré, et les traducteurs avaient été formels. Selon eux, j'étais bien un soldat Américain, et qui plus est, j'avais essayé, par les ordres du gouvernement de "mon" pays, de faire exploser une base militaire Coréenne. J'étais sûrement bon pour une aimable peine de mort... Mais mon plan se déroulait sans accroc, et tout se passait comme prévu !

Les jours qu'il me restait à vivre dans cette prison, je les avais passés à écouter les discussions en Coréen des gardiens, et à essayer de les attendrir, ainsi, ils savaient maintenant presque tout de ma fausse identité, et ils savaient même pour ma maladie. Effectivement, il m'arrivait de faire des crises de temps en temps, mais les médecins de la prison étaient compétents, et réussissaient tant bien que mal à maintenir en vie et dans un état à peu près stable.

Au dehors, enfin de ce que j'en avais entendu, la guerre faisait rage depuis maintenant un mois, comme le temps de mon incarcération jusqu'à présent.

Bon, maintenant, il est peut-être temps de passer à l'acte final, non ?

Annotations

Vous aimez lire Seigneur chihuahua ! ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0