La troupe - 1° partie

4 minutes de lecture

Servane en avait assez d’avaler toute cette poussière. Depuis ce matin, l’astre du jour prenait de la hauteur et le vent se levait. Quelques tourbillons soulevaient, ici ou là, des myriades de minuscules débris et s’évanouissaient aussi vite qu’ils se formaient. Elle avait l’impression qu’ils éparpillaient leur chargement sur son chemin pour mieux l’aveugler.

La troupe s’étalait autour d’elle sur plus de trois cents pas. Comme à son habitude, le quatuor de tête réglait l’allure en fonction de la forme des chevaux. Deux jours qu’ils suivaient la voie royale, un trajet direct vers les villes du nord. Terminé les sentiers détournés. Chacun pariait sur l’absence de patrouilles et privilégiait la vitesse à la sécurité.

L'inspection de la plaine, au travers de laquelle ils cheminaient, lui rappela une discussion à propos de la végétation. À entendre ses camarades, la veille, l’image d’un territoire vallonné et giboyeux se forma dans son esprit. Les mots échangés autour d’un foyer crépitant resurgirent dans sa mémoire. La nuit tombait et les cadres du groupe se réunirent pour échanger des souvenirs autour du feu à l'intérieur de ce qui fut la cour d'un grand château. Le lieu paisible et sécurisé par la présence de guetteurs placés sur les points culminants semblait propice aux confidences.

Enlevée très jeune, elle ne se souvenait pas d’où elle venait. Elle observait ses aînés déambuler au sein du dédale de pierre à la recherche de leur passé. Car ces ruines à l’intérieur desquelles ils dormiraient détenaient une mémoire. Celle-ci se réveillait soudain chez ceux qui y vécurent enfants. Dès leur arrivée, à la vue de ces murs délavés, ces anciens et jeunes résidents cherchèrent à ranimer l’image de leur mère, de leur père ou de leurs frères et sœurs. De l’endroit où ils vivaient. De leurs compagnons de jeux. Incapables, pour la plupart, de ressusciter leur passé, leurs regards s’égaraient au milieu des ornements de l’immense édifice comme si cela suffisait à combler les lacunes engendrées par le temps.

Jamais ils n’auraient espéré rejoindre ce lieu. Alors qu’ils foulaient les immenses dallages dans les fissures desquelles s'insinuaient herbes folles et arbustes, un étrange sentiment prit possession de leur être. Qui étaient-ils ? Que seraient-ils devenus sans cette déportation ? Ils ne savaient s’ils devaient remettre en question leur passé, leur existence ou même, leur avenir.

La proximité de leur destination produisait un flot d’émotions contradictoires parmi les voyageurs. Pour les plus jeunes, l’intimité de l’âtre délia langues et esprits. Ils ne pouvaient contenir leur excitation de découvrir enfin la terre de leurs ancêtres. Chaque pas les rapprochait de contrées qui avaient bercé les contes de leur enfance. Les plus anciens restaient sur la retenue, empreints d’un malaise croissant. On les y avait arraché et ils ne pouvaient que regretter l’abandon de leurs terres.

Eux pouvaient témoigner qu’il fut un temps où les deux rives de l’isthme présentaient un paysage identique. Les Galiens, incapables de peupler et de défendre leurs nouveaux territoires, trop éloignés de leurs plus proches cités, avaient détruit habitations et végétation et répandu du sel à la surface des champs pour éviter le retour des vaincus.

Ces ruines ne déclenchaient aucune émotion particulière pour Servane. Elles ne suggéraient que la puissance des Galiens. Pour rien au monde, elle ne redeviendrait esclave. Elle espérait que les hommes sauraient s’entendre afin d’éviter la perte de nouvelles terres. Son regard s’arrêta sur les armes réunies en tas. Des épées, des haches, des lances et des arcs performants. Des arcs plus précis que ceux de leurs ennemis. Incapable de les fabriquer, elle se sentait fière d’en connaître le maniement.

Le regard perdu entre les flammes, chacun s’imagina installé en Terre des Hommes. Un rêve nourrit depuis toujours. Après s’être enrichis, comme forgerons, bâtisseurs ou fabricants d’armes, ils sillonneraient les différents royaumes pour en rapporter conquêtes féminines et destins fabuleux.

Ils doutaient que Krys nourrisse les mêmes projets. « Le premier royaume que nous rencontrerons aura besoin de se fortifier contre les invasions ». Il désirait y contribuer. « Nous gagnerions à rester unis, le temps de répondre aux besoins du royaume qui nous accueillera. »

Le regard de ses amis brilla à cette idée. Oui, ils resteraient solidaires. Réconfortée, Servane, qui n’imaginait que faire de sa liberté nouvelle, doutait de l’accueil des humains. Leur laisseraient-ils s’installer ? S’exprimer ? Les femmes n’y avaient pas droit au chapitre, avaient déclaré certains. De fait, cela l’avait quelque peu refroidie.

Elle dévisagea ses camarades dans l’espoir qu’ils resteraient unis et continueraient à guider la communauté. Krys, Thomas et Hector en constituaient le socle. Des compagnons de la première heure. Markus, un guerrier de stature impressionnante, complétait le tableau. Leur voix faisait autorité dans le groupe. Entouré de tels colosses, Krys n’avait nul besoin de s’époumoner. Ils lui devaient beaucoup et l’ensemble du groupe devait sa liberté à ces quatre-là.

Noah les avait rejoints sur le tard. Souvent opposé aux décisions de Krys, il le suivait à contrecœur. Une attitude qui l’excluait des hommes de tête. Pourtant, son charisme égalait son habileté aux armes. Et avec les femmes… Elle s’était demandé s’il existait des hommes plus beaux que lui. Et si l’assurance émanant de sa personne découlait de son apparence ou de son for intérieur.

Contrairement à beaucoup d’autres, il avait été capturé adolescent et conservait de nombreux souvenirs de son ancienne vie. On le consultait fréquemment à l’approche de la terre promise.

Servane compara une fois encore le gabarit de ses cinq amis. Si Krys et Noah présentaient une corpulence semblable, tous les deux surpassaient les trois colosses épée à la main. Au sein d’une telle troupe, elle se sentait en sécurité. Confronté aux plus grandes équipes de gladiateurs, chacun avait eu l’occasion de faire ses preuves.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 18 versions.

Recommandations

Lynkha
Les Caraïbes, 1683. La France de Louis XIV et l'Espagne de Carlos II sont à couteaux tirés pour la possession des richesses des îles, tandis que les flibustiers à leur service tirent habilement leur épingle du jeu.

Les esclaves arrachés à leurs terres d'Afrique subissent le joug des colons. Ceux qui osent prendre la fuite se réfugient au cœur des montagnes austères et se tournent vers les puissants esprits vaudous pour leur protection. Dans l'ombre des cavernes, un roi sorcier se lève et étend sa main noire pour les rassembler sous sa loi impitoyable.

Les pierres des civilisations déchues ont disparu depuis longtemps sous les racines de la jungle impénétrable. Les dieux mayas somnolent, oubliés de presque tous. L'un d'eux rumine encore sa colère devant l'arrogance des hommes.

Sur ces terres de conquête où la poudre et le fer apportent la victoire et où les larmes ont un goût de sang, la capitaine Antiope cingle vers Port-Royal pour y dépenser son butin fraîchement récolté. Dans les rues de Petit-Goâve, la jeune Louise erre désœuvrée en attendant que son savant de père daigne l'inclure dans ses recherches sur la mystérieuse civilisation maya. Sur le vaisseau qui arrive d'Espagne, le chamane Sèwanou se plie aux volontés de son maître en digne esclave soumis, sans cesser de songer à sa femme et son fils, dont il est resté séparé pendant si longtemps. Parcourant les mers avec son équipage, le sombre émissaire Choco veille au respect des règles draconiennes imposées par le roi sur le vaudou des îles.

Qui aurait pu croire qu'un destin facétieux et cruel les réunirait tous les quatre pour affronter la colère du dieu serpent ?
333
307
87
1130
Asa No
En montant en selle pour récupérer un bijou qui aurait pu trahir sa présence dans une maison de plaisir, Lunixa ne se serait jamais doutée que cette nuit se finirait de la sorte.
Droguée avec Magdalena par un étrange Lathos insensible aux pouvoirs de la Liseuse et aidé par le patron de la maison, la jeune Princesse sombre dans l'inconscience sans avoir la moindre idée de ce qui les attend à leur réveil.

Avec l'arrivée des Illiosimeriens, Kalor ne tarde pas à se rendre compte de la disparition de sa femme. Dans tous ses états, il se tourne vers la seule personne qu'il estime coupable d'un tel méfait.

Mais comment réagira-t-il en découvrant que le responsable n'est pas forcément celui auquel il croit ?


Ce tome est le troisième de la série Les Héritiers.
Vous pouvez trouver le tome 1, Les Héritiers - La prisonnière de l'hiver, ici :
https://www.scribay.com/text/72154902/les-heritiers---la-prisonniere-de-l-hiver

Attention : scènes sensibles et violentes
925
769
730
502
Asa No
Tourner le prochain épisode de Manor, promouvoir Éternelle avant sa sortie au cinéma, poser pour la nouvelle collection de Louis Vuitton, jouer la publicité du dernier parfum de chez Dior dans la suite la plus chère de tout New York...
Sans oublier : aller au lycée, gérer un ancien amant soudain collant, aider ma meilleure amie à avoir son diplôme, entretenir une relation cachée, regarder le dernier épisode de Teen Wolf, me tenir le plus loin possible de ma mère et éventuellement, dormir.

J'avais dit dormir... Pas tomber dans le coma.

Pourtant c'est bien d'un long coma que je me réveille et personne ne peut me dire ce qu'il c'est passé.
Bon, si ça ne tenait qu'à ça, j'aurais pu passer outre. Mais non !
Depuis mon réveil, il se passe des choses bizarres autour de moi, comme ce petit garçon qui court dans les couloirs de l'hôpital mais que je semble être la seule à voir.

Est-il est vraiment là ou je suis juste en train de devenir complètement folle ?



Attention : histoire contenant des scènes sensibles et violentes.

Image de couverture de vurdeM, DevianArt
https://www.deviantart.com/vurdem
623
269
1071
580

Vous aimez lire Nicolas Cesco ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0