Chapitre Treize : Le partage, l’essentiel de ce monde écrit par Florian Pierrel

2 minutes de lecture

 Demain, Lundi. J’ai mes étudiants, il fallait préparer un bilan de cette expérience.

Je notais tout ce que j’avais appris de ces échanges culturels.

Lundi, 8h30.

« Mes étudiants, qu’en avez-vous pensé de cette expérience ?

—Très enrichissant madame.

—Qu’avez-vous appris ?

—La langue anglaise, sa culture, les échanges avec notre langue et …

—Le partage, c’est ça l’essentiel. Dis-je en restant autoritaire.

—Que fait-on maintenant ?

—Vous voyez ce cahier en face de vous, rédigez tout votre vécu, tout comme un journal intime. Il ne sera point noté.

C’est pour voir qu’avez-vous appris, votre vécu, vos sentiments …

Car au final pour aller plus loin, Nous ne sommes que des humains … »

Je partis en laissant mon cahier.

« Mon ambition pour aller toujours plus loin. »

Les étudiants me regardèrent.

« Oh je pense qu’elle a des choses à nous dire la professeure. »

Quelques minutes plus tard, je revenais.

« Ah vous avez vu mon cahier, je vais vous le lire, c’est mon bilan, puissiez-vous vous en inspirer …

Les étudiants écoutèrent attentivement.

« Tout débutait ici, au Japon, où je voulais devenir professeure et faire des échanges culturels. Mon combat contre le directeur fut une première victoire et tout s’enchaîna très vite.

On partit au Royaume-Unis, je découvris un John, un homme charmant.

Mais notre objectif n’est-il pas la découverte d’autrui et sa richesse ? Pas d’argent, richesses culturelles, richesses de personnalités …

Bref ma plus belle ambition c’était de rester moi-même en toutes circonstances.

Je voulais plus en découvrir mais nous avions eu un délai imparti.

La vie est dictée par le temps et le temps dicte nos vies ?

Alors j’encourage tout vivant à évoluer, à aller toujours plus loin, à se remettre en question sur nous-mêmes, sur la vie, nos comportements, notre façon de changer.

La vie est changement.

Alors j’irais toujours plus loin pour découvrir autrui.

Il y a pleins de morales dont j’appliquerais, on évolue, on découvre …

Aller toujours plus loin ? Ne serait-ce pas ça qui permet d’atteindre ses objectifs de la vie ? »

Les étudiants applaudirent et versèrent des larmes.

« Emouvant. Dit une adulte japonaise.

—Vous êtes un exemple de vie dont vous nous avez beaucoup appris en quelques jours.

—Je … je … suis émue.

Ils se levèrent et applaudirent encore plus fort.

Le directeur rentra.

« Vous êtes admise pour votre perspicacité, bravo Athéna-San !

—Merci monsieur le directeur.

—Voyez cela comme une promotion ! »

Je donnais mon cahier au directeur.

Ce fut la fin du cours et le début de ma nouvelle vie au Japon : à Tokyo.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Anaïs Sieffert ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0