Mémoire (Writober jour 22)

2 minutes de lecture

Je l'aperçois déjà au milieu de sa campagne, assise sur sa petite chaise en métal sans âge qu'elle déplace au gré du soleil, de l'ombre et de son humeur. Je profite de cet instant pour l'observer, caché derrière la maison donnant sur la route sinueuse du village. Elle m'attend, comme tous les mois. Elle sait qu'elle pourra laisser libre cours à ses pensées éparses, comme quand on souffle sur un vol-au-vent. Elle aime ma raconter des souvenirs de sa jeunesse que je connais déjà par coeur mais, pour lui faire plaisir et parce qu'elle ne s'en rend pas compte, je lui fais croire que je les entends pour la première fois. Alors, doucement, je m'avance vers elle et me penche pour embrasser sa joue ridée. Elle sent le savon. Le type de savon qui ressemble à celui qu'on utilisait à l'école élémentaire : ovale, jaune, et qui moussait beaucoup. Elle me sourit en silence et je m'installe sur la chaise qu'elle m'a réservée. Après quelques minutes, elle tourne ses yeux rieurs et enfantins vers moi.

- "J'avais peur que tu sois en retard, ma chérie. Tu vois, j'ai ramassé les pommes, aujourd'hui. Ton papi m'a demandé de lui faire une tarte ! Et puis, tu sais, il est tellement gentil que je peux bien lui faire plaisir ! Le boulanger n'a pas livré le pain, ce matin, c'est bizarre. Je devrais demander de ses nouvelles à M'ame Da Silva, tu sais, la petite toute mignonne qui vit dans la maison toute rose à côté ? Elle bien mignonne, cette petite ! Et puis bien élévée ! Elle est passé hier pour discuter un peu avec moi. Parce que, tu sais, la solitude, c'est redoutable ! Et depuis que je n'ai plus Lucien... Je ne savais plus si tu venais ce soir ou la semaine prochaine, mais je suis bien contente que tu sois là !"

Ce n'est plus la saison des pommes. Mon papi nous a quittés. Le boulanger ne livre plus le pain à domicile depuis longtemps et s'est vu contraint de prendre sa retraite sans avoir trouvé de repreneur pour son commerce de proximité. Madame Da Silva a déménagé.

Soudain, mon aïeule me prend la main et son regard s'accroche au mien. Une lueur fugace le traverse, comme à chaque fois qu'elle me Voit à nouveau.

- "Ma chérie, tu me ressembles..."

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
PM34
Une phrase par jour, ou un tout petit peu plus. Humeur du moment, mini-fiction (vraiment petite) ou autre.
465
720
24
6
Défi
MAZARIA
Ecrire une phrase par jour, té, les doigts dans le nez, je te le fais, c'est ce que je croyais, sauf que en fait, c'est pas si facile parce qu'il y a l'inspiration, ou pas, l'envie, le temps, donc finalement je corrige: c'est pas si facile !
264
103
9
7
Défi
Leenargent
Je ne réponds pas exactement au défi étant donné que je ne raconte pas vraiment une histoire, mais j'écris une phrase un peu bilan ou marquante de ma journée. Au final, ça retrace un peu l'histoire de ma vie...
115
31
12
2

Vous aimez lire Taylor Hide ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0