Une absence de soda contre un millier de baffes

4 minutes de lecture

Je ne pouvais pas savoir.

Quand on m’a demandé si j’étais conscient des conséquences de mes actes, quand ces journalistes me pressaient d’en dire plus sur mes motivations, c’était peut-être déjà trop tard, je ne sais pas. J’aurais sans doute pu répondre autrement. Est-ce que ça aurait arrangé la situation ?
J’ai répondu que sur le moment, lorsque tout a commencé, je n’avais pas l’impression de faire du mal. Quelle bêtise ! Je crois que tout le monde attendait les excuses d’un homme contrit, désolé. Du coup, on m'a encore plus détesté, les médias se sont acharnés, la population me haïssait.
Ce n'était qu'une canette, pourtant ! J'ai juste poussé un peu un distributeur automatique pour essayer d'obtenir une canette qui était à moitié dans le vide. Oui, quelque part c'est du vol, mais un vol de 2 euros, même si ça n'a rien de glorieux, ça ne mérite peut-être pas un lynchage généralisé ?
Franchement, qui savait à l'époque que certains distributeurs étaient désormais connectés à des alarmes tonitruantes ? Qui aurait pu se douter qu'en déclenchant une telle alarme j'allais indirectement provoquer un arrêt cardiaque auprès du propriétaire de la station service ?
Quelle était la probabilité pour que ça arrive à un moment où ce même propriétaire s’apprêtait à s’occuper d’un risque d’incendie dans la station ? Et la probabilité pour que l’automobiliste le plus proche de l’explosion soit ce chanteur à la mode dont je n’arrive toujours pas à retenir le nom ?
Je l'ai même pas eue, ma canette, en plus !


Alors, oui, une famille a perdu un grand-père un peu plus tôt que prévu. Et des millions d’adolescentes ont perdu une idole beaucoup plus tôt que prévu. Mais depuis que je suis devenu un phénomène sur internet, depuis qu’on m’a élevé au rang de héros mondial pour avoir débarrassé la planète de ce pseudo-chanteur irritant, depuis que des millions d’euros ont été levés pour ma défense, me permettant de rester en liberté, depuis tout ça ma situation n’a fait qu’empirer. Pour un message de remerciements, je reçois dix messages de haine et des menaces de mort. Je crois même qu’un groupe de filles du coin a réussi à se procurer des armes et qu’elles se sont sérieusement organisé pour me faire la peau !


Je n’en peux plus ! Et je ne compte pas faire plaisir à mes détracteurs en me suicidant. Je vais y aller, en taule. Je serai plus tranquille, protégé, et puis ça épongera ma dette, aussi bien aux yeux du public que pour ma conscience. Oh, elle ne me travaille pas énormément, ma conscience. J’ai juste voulu voler une canette, merde ! Et puis tout le monde doit bien mourir un jour… Non, à vrai dire, ma conscience ne me travaille tellement pas que pour y retourner, en prison, je vais à nouveau zigouiller quelqu’un, mais cette fois-ci en toute conscience. Il faut bien ça sinon mes fans vont encore me payer un avocat pour riches qui me laissera en liberté. Je dois générer un cas qui soit d’une part indéfendable aux yeux de la justice, et d’autre part assez neutre et chiant pour que le public se désintéresse de moi et me laisse croupir en prison. Avec l’argent que j’ai accumulé depuis ma notoriété, ces quelques dizaines d’années à l’ombre devraient être paisibles. Et vu qu’avant je foutais de toutes façons rien de mes journées, autant arrêter de payer un loyer.


Voilà, je suis prêt. Je ne suis pas un tueur professionnel, je me suis procuré un fusil de chasse et j’ai pris des cartouches qui auraient de quoi plomber un éléphant… ça devrait bien suffire pour le premier passant qui aura le malheur de croiser ma route. Ensuite, tout est prévu. Je vais m’enfuir pour faire crédible, mais je vais laisser tomber ma carte d’identité. Comme ça, pas de doute, on me retrouvera. Malin. Et oui.


Idéalement placé dans cette petite rue à côté d’une boîte de nuit branchée, je devrais pas trop tarder à avoir quelqu’un, la nuit est bien avancée.


Voilà l’heureux élu !
Ah, on le rattrape. Le bougre n'est pas seul. Tant mieux, s’il est accompagné je me ferai attraper plus vite. Ses potes ont l’air un peu costauds mais ça n’arrête pas les balles.


J’attends qu’ils passent. Encore vingt mètres. Ils sont trois mais deux d’entre eux semblent se disputer, ils s’arrêtent un moment tandis que ma cible continue d’avancer, se rapproche de moi. Il est à quelques mètres, je dévoile mon arme et crie la première chose qui me passe par la tête…


"OUAH ! OUAHAAA !”

Certes, ce n'est pas très inspiré.


Et bam. Le coup de feu.
Touché en pleine poitrine, il a fait un bond en arrière pour s’éclater contre une voiture. Pas beau à voir. Les deux autres arrêtent immédiatement de se disputer pour se jeter sur moi.
J’essaie de retrouver ma carte d’identité pour la laisser tomber mais je suis un peu bordélique… putain c’est tout moi ça, je sais jamais où j’ai rangé mes aff… OUMF !
Les deux colosses m’ont plaqué au sol et commencent à me rouer de coups.
Entre deux coups de latte, je vois le visage de ma victime, illuminé par un lampadaire qui se fiche royalement de ce qui nous arrive.
Mais… ce visage… ce visage… ne serait-ce pas… mais si, c’est cet acteur qui vient de remporter trois oscars !

Noooooooon ! JE VOULAIS JUSTE UNE CANETTE !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Vous aimez lire Enkidoux ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0