Bas les Masques

3 minutes de lecture

  J’y étais. Le grand saut. Et qu’est-ce qui se passe après ? J’ai préféré pas y penser. Alors je me suis égaré dans des idées avortées. Sous les pieds c’était le vide. Des mois à reculer (pour mieux sauter ?).

  Des mois, le ventre noué, entortillé dès le réveil. Des mois que le matin je choisissais dans ma panoplie d’humeurs celle qui convenait le mieux à sortir – une joie guillerette, presque toujours. Dans mes soupirs matinaux, dans mes cafés au lait, dans mon lit défait s’installait plus vivement l’en-peut-plus. J’avais maigri – « oh dis donc t’as la forme tu t’es remis au sport ?! » – je mangeais plus que le midi : une salade devant les collègues – pour donner l’apparence d’un type qui prend soin. Des boules de pétanque s'étaient installées confortablement dans mon estomac. Trois au moins : ça pèse son poids, plus que dans les mains des dimanches soleil-pastis. J’ai cru à un passage à vide. J’avais lu sur internet – bore out – des idées pour retrouver la joie de. Je pensais qu’en endossant le bon masque, je finirais par tromper l’en-peut-plus. Mais c’est un amant qui sait garder sa place. Mon sourire factice me restait vissé toute la journée ou presque – ça faisait mal aux joues. Quand je quittais mon poste et que je prenais place dans la voiture, je le déposais dans la boîte à gant – entre mes papiers et trois CDs qui ne tournent jamais. Et en rentrant, après avoir enlevé mes chaussures, je récupérais mon visage lassé. C’était plus triste, mais c’était plus vrai aussi – et ça soulageait les joues. Y’avait plus de raison de faire semblant, à part peut-être pour le miroir – qu’avait l’air encore plus misérable que moi.

  Je commençais à frémir, à suer en pensant à – le trop tard, le point de non-retour, l’appartement qui trouvera vite un nouveau locataire – mon geste. J’ai pensé à demain. Comme si ça m’importait. J’ai pensé à Chloé, ses cafés qui dégoulinent parce qu’elle ne sait pas se servir du perco, sa manière de répondre au téléphone en détachant les syllabes parce qu'on lui a dit trop souvent qu'elle mâchait ses mots. J’ai pensé à tout ça, en me demandant si mon absence changerait quelque chose – et je me suis dit que non. Ma présence était substantielle, et ma vie plutôt vide – de sens mais pas que. J’ai pensé à Lucille, que j’avais plantée sur un trottoir en lui disant qu’elle était collante (pourtant elle était belle). J’ai pensé au pourquoi. En fait j’avais juste eu peur (de sa bienveillance probablement, on ne m’a pas habitué à la bienveillance). Elle m’avait claqué « t’es qu’un con ! », c’était sûrement vrai. Les idées se mêlaient à un vieux goût de rance.

  Depuis combien de temps... ? Depuis combien de temps j’errais sans même m’en rendre compte ? C'est un lundi matin que c'est devenu évident. J’avais passé le week-end à rien, à m’extraire encore plus de moi, quand j’ai appris qu’elle était enceinte – et pas de moi évidemment. Je me suis pris en pleine face mon néant – et le vide ça crève le cœur. J’étais creux. J’étais pas malheureux, pas triste, je menais ma vie, ma foi, comme tout le monde il paraît... Ce qui m'a invité à me demander combien de masques se croisaient chaque jour sans jamais s’écorner. Et si Chloé portait celui de l’innocence et de la maladresse..? Et quelles vérités elle laissait apparaître devant le miroir le soir en quittant ses chaussures après sa journée de merde à répondre par des sourires – qui font mal aux joues – aux clients lourdingues ? Et si Lucille allait porter celui de la mère parfaite quand elle voudrait passer le geignard par la fenêtre ?

  Je me suis posé mille questions sans réponses. J’avais juste, aujourd’hui, décidé d’enlever mon masque. Je suis arrivé le sourire à l’envers, les idées claires. Je me suis posté derrière mon bureau et j’ai attendu Nico – le patron. Je lui ai tendu ma démission : « Je pars faire le tour du monde, chercher mon visage. » Il a pas compris. Je m'en foutais. J'ai souri sans fard.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Dldler
Entre souvenirs et avenirs…
4
3
4
7
JAC LYNN


Je m’extirpe doucement de ma mélancolie et de mon club de cuir fauve. Mon fauteuil, je l’emmène. Certes il m'a fallu batailler mais j'ai tenu bon du haut de mes cent trente ans, jugement et fringance ne me faisant guère défaut. La Commission Européenne Sociale a dû faire avec: je partirais assis dans ce vénérable siège pour ma sénior-sphère. J'y ai obtenu une place tout près d’une Zoo-bulle abritant des espèces animales rescapées d’Afrique. Verrais-je pour autant plus souvent mon arrière-arrière-arrière descendance?
Sigismond secoue le doute, pousse son carnet pour caler la petite amphore de porphyre que ses mains cramponnent sur ses genoux. Puis son regard s’accroche à l’éditorial qui s’affiche en images sur le mur de son container: la Tour Eiffel pointe son ossature de métal sur la crête des vagues. Les dômes de Montmartre et des Invalides, deux seins à l’agonie ballotés sur une onde déchaînée…s’y entrechoquent des pans de verre, Montparnasse a explosé! Une voix nasillarde commente :
"-Dans les égouts et les stations de métro, les parisiens se sont organisés, les antennes du Secours Planétaire se sont mobilisées. La Russie moins touchée a dépêché trois sous-marins. Des sondes ascenseurs assurent les navettes à la surface, une plateforme fonctionne nuit et jour pour recycler l’eau de mer en eau potable."
Le reportage s’engouffre ensuite dans une autre tourmente :
"-Les termites et le sida ont dévoré l’Afrique tout autant que la faim. L’océan l’a submergée pour partie, gommant sa corne et son crâne de rhinocéros, naufrageant ainsi bon nombre d’ethnies. Les Pelotons de Lutte contre l’Immigration ont déserté leurs barges de surveillance pour renforcer l’effectif des cyber-stations postées vers la Russie. Dans les déserts africains on a stocké les derniers A380 vendus aux enchères pour fabriquer des navettes privées. La fonte brutale de l’Arctique a déchaîné un tsunami dévastateur pour l’enclave méditerranéenne, balayant les états du Maghreb. Le blog international a confirmé l’éradication d’Al-Qaïda dans le cataclysme."
Sigismond claque des doigts et le mur se tait…il continue d'écrire.
7
18
0
9
Défi
Jérôme S

 La couleur dont je veux vous parler est très commune. Elle fait à la fois l'horreur dans  certaine situation que la joliesse ,la surprise de se retrouver là ou l'on ne doit point être . La pudeur à sa couleur comme la colère ou la peur.  Elle s'adapte au visage de l'homme selon ses émotions et ses humeurs et ses efforts. La linguistique nous a appris un code quasiment universel pour toute forme de langage . La couleur dont j'aimerais vous parler aujourd'hui est celle de l'éveil sensoriel, mais aussi celui de l'interdit. Pourtant et c'est ce qui est le plus remarquable c 'est aussi celui de l' honneur.
Je suis le Suis le Dieu Seth Egyptien, et phénix je sais renaître de mes cendres... Je porte en moi la dite couleur en permanence et j'entend bien la conserver.
Ah?mais! la splendeur des coquelicots, d'une belle de nuit, d'un camélia!
Je suis la couleur préféré du cardinale Richelieu. Qui suis je? 
 
3
2
3
1

Vous aimez lire 6_LN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0