Ecrire un plot policier

2 minutes de lecture

Je me réveille et ne reconnais pas l'endroit. Où suis-je ? Comment suis-je arrivée ici ? Et surtout, pourquoi ? Mon instinct me souffle de partir d'ici, alors je me lève. Un violent mal de crâne me prend. J'essaie de tenir bon, je peste, serre les dents et je commence à marcher. Maladroitement d'abord, comme un forcené ensuite. Je cours comme si ma vie en dépendait malgré ma respiration saccadée. J'ai peur, je ne réfléchis plus, je ne répond plus qu'à lui. Mon instinct. Les portes sont à moitié disloquées. Je pousse, je force et me jette dessus. Les portes s'ouvrent enfin. On ne réfléchit plus quand on a peur.

J'ai parcouru déjà de nombreux mètres, toujours de manière aussi saccadée. Si quelqu'un me verrait, on me prendrait pour une folle, une dégénérée. Soudain, j'entend un bruit sourd et me retrouve projetée au sol. Je roule deux fois, cinq fois. Tout s'arrête. Je ne bouge plus. Je serre les yeux le plus fort possible. Je reste là roulée en boule. J'attend. Quoi ? Je ne sais pas. Un signe du bon dieu, peut-être. De l'espoir, sinon. Que quelqu'un me sorte de là. Que je me réveille dans mon lit, en sueur, comme après un horrible cauchemar. Mais non, après un temps qui me paraît indéfini, rien ne se passe. Je suis là, allongée dans la poussière, les yeux cachés, refusant de voir la vérité en face.

Je prend une grande inspiration et non sans trembler, je me redresse. Ma tête me fait toujours autant mal et je dois attendre quelques minutes que la douleur se dissipe, rien qu'un peu. J'ouvre les yeux. Ma vision se précise. Je prend une énième inspiration. J'expire et me tourne. L'avion dans laquelle je me trouvais avait explosé. Je ne savais même pas combien d'autres personnes se trouvaient à l'intérieur. S'étaient trouvé. Parce qu'être seule dans un avion, c'est pas normal. Surtout quand on ne se souvient pas y être entré. Ni quand on ne sait pas piloter. Mais tout ça, ce n'est pas normal non plus. Je me trouvais en pleine cambrousse, dans un pays inconnu. Je ne sais pas où se trouve la ville la plus proche, mais je dois tenter. L'avion est en miette. Il continue de brûlé. Je n'ai plus rien à en tirer. Si je veux survivre, je dois me lever et marcher. En espérant trouver une ville ou quelqu'un avant ma fin. Pour me battre et pour connaître la vérité. Je ne quitterai pas ce monde avant de savoir.

Alors je me lève et j'entame ma longue marche vers la liberté.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Vous aimez lire Sature ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0