Diken (2/2)

5 minutes de lecture

Le cœur de Diken bondit. Il se retint de justesse d'exploser ou de dire ce qu'il pensait d'un tel projet et dévisagea les autres. Une chape de plomb s'était abattue sur le groupe, les regards étaient fixés sur Trystan.

— Attendez une minute... c'est une plaisanterie ? réagit enfin Elia, brisant le silence et prenant la parole pour la première fois.

— Elia...

Fab tendit gentiment la main vers la jeune femme, elle se dégagea vivement en lui adressant un regard dur.

— Non mais vous avez perdu la tête ? Si la rébellion a le soutien de la population des bas quartiers, elle le doit à ses actions en faveur des démunis et à sa capacité à aider sans attirer trop d’attention, sans céder à la violence gratuite. Elle ne fait jamais de victimes ! Vous avez une idée du séisme que ça provoquerait si vous tentiez un acte pareil ? Pire, si vous réussissiez ? Les dégâts que cela engendrerait ?

— Il n'y a pas de « vous », tu es des nôtres, corrigea Trys avec un regard sans équivoque.

— Mais vous êtes d'accord avec moi, vous autres, pas vrai ? continua Elia sans tenir compte de cette intervention. Vous êtes d'accord que c'est de la folie pure ?!

Elle se tourna vers Fab, Raff et même Sonia à la recherche de soutien. Tous fuirent son regard. Quand elle se tourna vers Diken, il ouvrit la bouche mais aucun son ne sortit. Il avait la gorge terriblement sèche, tiraillé entre sentiments et devoir.

Je ne peux pas m'opposer à ce projet, mais si je ne dis rien elle va me haïr...

— Elia, on ne peut pas continuer comme ça éternellement, intervint Trystan au grand soulagement de Diken.

— Qu'est-ce que tu veux dire ? rétorqua cette dernière en se tournant vivement vers le chef du groupe.

— Il a raison, les choses ne s'améliorent pas en dépit de tous nos efforts, expliqua Fab en diplomate du groupe. Depuis que le roi Quinan a lancé la grande guerre, depuis qu'il s'est fait nommer « empereur du monde », les conditions de vie des classes inférieures se sont dégradées d'année en année. Pour ceux comme nous qui ont connu la vie d'avant, ce n'est plus possible. Voir nos familles et amis souffrir comme ça... on ne peut plus accepter les choses sans réagir.

— Il faut frapper un grand coup, rappeler aux élites qu'on existe, soutint à son tour Sonia.

— Vous parlez d'un meurtre ! s'époumona Elia.

— Il s'agit de justice, corrigea Trystan. C'est à cause de l'Empereur que tout va si mal : la mort des sols, le Fluide, le mal jaune, les pénuries. Tous ces phénomènes apparus au cours des dernières décennies sont forcément liés à sa guerre. Son ambition tue la ville basse !

Elia se tut, continuant de les regarder tour à tour. Elle était devenue pâle comme un linge. La jeune femme finit par secouer la tête, comme si elle cherchait à oublier ce qu'elle venait d'entendre.

— Je ne peux pas participer à ça, asséna-t-elle sur un ton péremptoire.

Elle fit demi-tour et s'engagea dans le tunnel en courant. Lorsque Sonia fit mine de vouloir la rattraper, Diken s'interposa.

— Laissez-moi lui parler, souffla-t-il en se lançant à la poursuite de la jeune femme.

Elle allait ouvrir la trappe menant à l'arrière-boutique de la taverne quand Diken plaqua une main contre cette-dernière pour la maintenir close.

— Laisse-moi m'en aller ! s'écria Elia. Comment as-tu pu m'associer à des gens pareils ? Ils ne valent pas mieux que les gangs en fin de compte !

— Elia, laisse-moi t'expliquer...

— Toi aussi ? Tu es d'accord avec eux alors ? Écarte-toi !

— Ce n'est pas si simple... Elia !

Il la saisit fermement par les épaules, plus rudement qu'il ne l'aurait souhaité. La jeune femme se mit à se débattre comme une furie, il n'avait jamais imaginé que ce petit bout de femme pouvait avoir une telle énergie. Elle lui donna un coup de genoux dans le ventre qui lui laissa un goût amer, mais Diken ne lâcha pas prise. Il finit par la prendre dans ses bras pour l'immobiliser complètement.

— Lâche-moi ! hurla-t-elle.

— Seulement quand tu m'auras promis de te calmer et d'écouter ce que j'ai à dire ! rétorqua-t-il d'une voix dure.

Elia continua de remuer un instant, puis il sentit son corps s'immobiliser. Elle restait très tendue.

— Lâche-moi, répéta-t-elle d'une voix morne.

— Tu ne vas pas me frapper ? rétorqua Diken en s'efforçant de sourire tout en la libérant.

Il n'eut droit qu'à un regard sombre en réponse, mais elle resta immobile une fois libre.

— Elia, tu te souviens de ce que je t'ai demandé ? murmura-t-il alors.

— À quel sujet ? grogna-t-elle. 

— Pour sauver ton frère.

Le rebelle la vit frémir. Il était facile de deviner qu'elle était sujette à un conflit à cet instant. Diken n'avait aucune envie de lui forcer la main et encore moins de la voir souffrir, mais il n'avait pas le choix et attendit en silence. Elia finit par le regarder droit dans les yeux et hocha la tête.

— Faire tout ce que tu diras sans discuter, lâcha-t-elle enfin. Seulement, quand j'ai promis ça, je ne m'imaginais pas une seconde que...

— Tu ne tueras personne, coupa-t-il sans élever la voix. Tu ne feras rien qui te rende coupable d'un crime. Du moins, pas plus grave que ceux que nous avons commis ces dernières semaines, ajouta-t-il avec un fin sourire.

— Comment serait-ce possible ? Trystan et les autres, ils sont décidés à aller au bout.

— Elia, tu me fais confiance ?

La jeune femme le fixa en silence pendant un long moment. Si long que Diken eut tout loisir de songer aux conséquences de ses propres paroles.

— Oui, lâcha finalement la jeune femme d'une toute petite voix.

— Alors reste avec nous, accompagne-nous jusqu'au palais et une fois arrivés...

Il se baissa pour lui chuchoter à l'oreille.

— Là-bas, nous fausserons compagnie aux autres pour aller retrouver Lock.

***

À la fin de la réunion Diken resta pour écluser quelques verres à la taverne en compagnie de Raff et Fab tandis qu'Elia rentrait directement chez elle. Sonia et Trystan n'étaient toujours pas sortis du QG lorsque ses compagnons de beuverie l'abandonnèrent à leur tour. Un petit rictus se forma au coin de la bouche du rebelle en voyant l'imposant Fab marcher en canard, soutenu par le gringalet. Après leur départ il resta encore un long moment sans bouger, faisant le tour des lieux du regard. Il était tard, seuls quelques habitués traînaient encore dans les coins les plus obscurs de l'établissement. Eux et les trafiquants en attente d'un client, évidemment.

— Je te ressers ? questionna le tenancier qui s'était approché dans son dos.

— Il reste un dernier à servir, mais pas pour moi.

Diken sortit un petit papier froissé ainsi qu'un crayon de sa poche, il griffonna quelques mots : "Couronne. Trois jours. 21h. Villa Fallacienne." Il plia soigneusement le message puis le plaça sous sa choppe vide avant de la faire glisser vers son hôte.

— Porte vite ce verre à qui tu sais, chuchota-t-il. Lorsqu'il le recevra, il aura grand besoin d’un remontant lui aussi.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Manon Dastrapain
Après deux ans passés à rêver de Ramah et de Danapi, Mahaut a découvert son destin. Malheureusement, il semble l’emmener tout droit vers le mauvais idéal.

Tandis que le mouvement qu’elle a initié croît en taille et en pouvoir, Mahaut est confrontée aux dissensions et aux menaces inhérentes à sa position de meneuse. Tout en luttant pour préserver la beauté de Danapi pour tous les rêveurs, elle va devoir effectuer des choix périlleux, dont les conséquences pourraient bien changer l’avenir de l’Humanité.
11
9
10
55
É. de Jacob

Ce jour-là, nous nous étions réunis sur les Plaines d’Abraham, à Québec, sept de mes amis et moi – autant filles que garçons. Nous avions joué à toutes sortes de jeux, tels que le baseball, le volley-ball et le football. C’était une splendide journée d’été. Aussi avions-nous prévu d’y pique-niquer à la fin de l’après-midi. Ce que nous fîmes après avoir placé côte à côte deux tables de pique-nique gracieusement fournie par la Commission des champs de bataille nationaux. Chacun avait apporté un mets de son cru. Abstraction faite du plat de Marc – qui franchement était dégueulasse : c’était une sorte de bouillie sans texture ni saveur qui déplut à tout le groupe, y compris à lui-même –, nous nous étions bien régalés.

Après le repas, tous bien repus que nous étions, nous débarrassâmes les tables des restes de notre repas et nous assîmes en sirotant une bonne bière, bien décidés à profiter ensemble de la merveilleuse soirée qui s’annonçait.
- Racontons-nous des histoires, suggéra subitement Laure.
- Oh que non ! s’objecta Laurent avec vigueur. Je suis pourri pour raconter des histoires. Pourquoi ne pas reprendre nos jeux plutôt ?
- Ouais ! approuva Maxime. Moi non plus, je n’en connais pas.
- Ah, les gars, les apostropha Alice. Soyez ouverts d’esprit pour une fois ! On va s’amuser.
- T’en connais, toi des histoires, je suppose ? lui rétorqua Émile, sarcastique.
Alice fit une moue de dépit et secoua négativement la tête.
- Toi, Jacob, lança à brûle-pourpoint, Josée. Je sais que tu en connais. Pas vrai ?
J’approuvai du menton.
- Parfait. Nous avons notre conteur, trancha Isabelle. Vas-y. On t’écoute.
- J’espère qu’elle est bonne ton histoire, grommela Maxime d’un ton menaçant.
- Je pense qu’elle va vous intéresser, osai-je avancer. Il s’agit d’une légende d’un de mes ancêtres.
- Est-ce une légende connue ? interrogea Laure avec un intérêt évident.
- Je ne crois pas, soumis-je humblement. Il s’agit d’une vielle légende indienne.
- Qu’est-ce que tu veux dire ? T’es pas Indien à ce que je sache, ergota Max d’un ton moqueur.
- Je sais, commençai-je. J’ai toujours été élevé et considéré comme un Blanc. Ce que je me sens, d’ailleurs. Mais l’un de mes oncles a découvert tout récemment que nous avons des ancêtres Micmacs - aussi écrit Mi’kmaq, plus en conformité avec leur langue.
- Wow ! Toute une nouvelle, ça ! s’exclama Laurent d’un ton stupéfait. Tu vas pouvoir un jour avoir une maison sur une réserve et tu ne paieras plus jamais d’impôts. Chanceux, va.
- T’es bête, Laurent, le gratifiai-je sèchement. Pour ça, il faudrait que je me fasse reconnaître comme étant Indien. Ça risque d’être long. Et je ne suis pas sûr de vouloir m’embarquer dans cette galère.
- Quoi ? T’a honte d’être Indien ? me questionna Alice.
- Mais non ! Au contraire. Quand j’étais jeune, des compagnons de classe me demandaient régulièrement si j’étais Chinois ou Indien, à cause de mes yeux bridés. Et cela me rendait fier. J’ai toujours cru que notre famille avait du sang indien. Si vous aviez vu l’une de mes grand-tantes. Elle ressemblait à une vraie Indienne. Elle était la sœur de ma grand-mère paternelle. Sauf que personne ne nous l’a jamais confirmé. Mais...
- Tu viens de dire que ton oncle l’a fait, m’interrompit Laure.
- En effet, acquiesçai-je. Mais cette fois-ci, c’est du côté de ma grand-mère maternelle.
- Ah bon ! intervint Marc. Ça veut dire que tu as du sang indien dans tes deux lignées.
- Je le pense, agréai-je.
- Je croyais qu’il ne fallait pas identifier ces peuples par le mot « Indien », soumit Laure.
- Tu as raison, approuvai-je. Il faut parler d’Autochtones ou de gens des premières nations. Même le mot « Amérindien » ne leur plaît pas. Mais moi, je préfère dire que j’ai du sang indien. Ça me rappelle mon enfance. Et il me semble plus évocateur. Mais bon, nous sommes entre nous, si nous utilisons ce mot, nous ne blesserons personne, non ?
Tous agréèrent.
- Et si tu commençais ta narration, suggéra Laure, qui affectionnait l’art en général sous toutes ses formes et la littérature en particulier. Sur ce point, nous avions beaucoup d’affinités.
- En fait, je vais plutôt vous lire La légende du corbeau, leur annonçai-je.
- Nous la lire ? s’enquit Alice avec surprise.
- Oui, confirmai-je. Je l’ai tellement trouvée spéciale, quand mon oncle me l’a racontée, que je l’ai écrite, dans le but de la faire publier un jour.
- Ah oui ! s’étonna Laure, d’un air tout à fait ravi. Va vite la chercher. J’ai hâte de l’entendre.
Heureusement, mon auto n’était pas stationnée très loin. J’y courus aller retour. Tous les yeux de mes amis étaient fixés sur moi quand je revins vers eux.
- Allez ! Dépêche-toi ! s’impatienta Laure. J’ai trop hâte d’entendre ton récit.
Essoufflé, je pris place en face d’elle et retirai mon manuscrit de sa chemise. Puis, bien que je ressentisse une certaine pudeur – de fait, je n’avais jamais récité à haute voix, devant un auditoire si étriqué fût-il, l’un de mes textes – je me lançai, le souffle court, dans la lecture de La légende du corbeau :
5
9
1
16
MerryMe
Le jour où leurs parents leur annoncent que la voiture qui les accompagnaient depuis leur plus tendre enfance les a quittés, Paul et Maurina, des jumeaux, décident de passer à l'action. Comment remplacer cette voiture irremplaçable et par quels stratagèmes y arriver?

Entre mauvais plans et intrigues, le frère et la sœur vont découvrir le monde sous un jour nouveau.
3
0
11
21

Vous aimez lire Borghan ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0