4. Grys

3 minutes de lecture

Grys Dilur courait à travers branches depuis de longues minutes. La pluie lui cinglait le visage et une épaisse couche de boue alourdissait ses bottes. La fuite ne lui avait jamais posé de problème et s'il était toujours de ce monde, c'était bien grâce à sa capacité à juger quand il était de trop. 

Et il était souvent de trop. 

Ce contrat lui poserait encore des problèmes. A raison bien évidemment, il venait de faire tuer Dwenn et sa petite fille. Le mercenaire ne pouvait le blâmer. Un ennemi de plus à inscrire dans sa longue liste, il ne les comptait plus. De même que ses amis , il n'en avait plus. Par contre Grys ne lui avait pas menti, Il avait une famille, une femme et trois enfants qui vivaient dans une petite ville du Nord des terres sauvages. Ils ignoraient tout de ses activités de mercenaire. Pour eux il était commerçant itinérant et les affaires marchaient très bien.

C’était la première fois qu’il ordonnait l’assassinat d’enfants. Il ne prenait pas de plaisir particulier à tuer. C'était juste son travail. Il ne se salissait d’ailleurs jamais les mains, ses acolytes étaient là pour ce genre de besogne. Ce qu'il aimait c'était cette sensation de pouvoir qui l'envahissait quand quelqu'un était à sa merci. Ses victimes perdaient espoir petit à petit, mais cette fois Grys avait échoué. Il avait sous-estimé sa proie. La prochaine rencontre serait très différente. Le mercenaire ne se trompait jamais deux fois.  

Deux de ses meilleurs membres avaient succombé face aux griffes de cet animal. Grys allait devoir recruter. "Les Glaives Pourpres" possédait une petite renommée dans les Terres Sauvages. Il l'avait fondé voilà trente ans avec le seul ami qu'il n'ait jamais eu, Brim Kourline. C'était lui qui avait engagé Dwenn, la belle rouquine. Son regard d'incompréhension avant de mourir l'avait ravi en effet elle ne pouvait pas se souvenir de lui. Ils ne s'étaient rencontré qu'une fois. Grys avait eu un œil sur elle, discrètement, pendant quelques temps. Dwenn était d'une efficacité redoutable jusqu'à cette erreur qui lui avait coûté très cher. Brim s'était renseigné quelques temps après, elle avait réussi à s'échapper. Ce fut ensuite que les relations se sont tendues avec son "meilleur" ami.  Il avait du le tuer, et depuis vingt ans, seul maître à bord,  il régnait sur son petit royaume d'une main de fer, sans velours mais avec beaucoup d'argent. Il payait bien, c’était la seule façon de limiter les trahisons, les postulants se bousculaient pour être engagés. Il avait ainsi créé quelques petits tests d'aptitudes dont certains pouvaient être mortels. Les épreuves des « Glaives Pourpres » étaient devenues une référence dans le milieu et de nombreuses guildes s’en étaient inspirées. 

Ce qui l'inquiétait tandis qu'il continuait à déambuler dans cette forêt nauséabonde, c'était quelle explication plausible il donnerait à son employeur.  Le mot échec n'était pas dans son vocabulaire. La vérité serait la meilleure solution. Il devait d'ailleurs déjà être au courant des événements. Grys avait eu la désagréable sensation d'être observé depuis son départ de Cyryule la grande cité des Terres Brûlées, son ombre lui semblait être celle d'un autre. Il espérait ne pas être tombé sur un des derniers adeptes de la magie de Sharse. Ils n'étaient plus qu'une poignée mais n'avaient jamais réellement disparu. Les conteurs en parlaient comme d’une légende. Les livres les concernant avaient été brûlés. Des êtres manipulant les ombres. Une sombre magie interdite depuis des siècles. Il frissonna. 

Grys s'arrêta de courir. Il était fatigué et était proche de sa destination. Un portail de Trieste. Personne ne savait qui les avait construit. Un cercle de pierre sur de la terre noire avec quelques inscriptions dans une langue inconnue. Les deux pieds posés sur ce sol et instantanément les même deux pieds se retrouvaient dans un autre cercle de pierre à des centaines de kilomètres de leur lieu de départ, parfois une partie du corps ne voyageait pas mais il valait mieux mettre cette pensée de côté.  Des guerres avaient été déclenchées pour leur possession puis progressivement, les principaux portails avaient cessé de téléporter pendant des décennies. 

Récemment certains avaient commencé à fonctionner de nouveau. Peu de gens le savaient. Et ceux qui étaient au courant ne l'ébruitaient pas. C'était le cas de son commanditaire. 

Sans hésiter Grys Dilur posa ses pieds dans le cercle.


Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Mortellini
Un corps pour deux. Un démon et une nerd. Ils fusionnent. Ça peut sembler cool au premier abord, mais ça implique de mourir. Oui tout de suite ça refroidit un peu.
Malgré un avenir incertain et une mort certaine ils se mettent en quête de l'identité du démon.
Pendant ce temps la révolte gronde. Et un mercenaire vindicatif observe, planifie. Qui est-il? Lui seul le sait. Que vient-il faire ici?
Lisez, vous saurez.


(Cette histoire n'est pas prévue pour être découpée en chapitre, mais c'est plus simple de la découper pour la publier. Je fais beaucoup d'erreur d'inattention quand j'écris et je suis incapable de trouver mes erreurs moi même, d'où une publication ici. J'ouvre rarement mon PC, mes réponses risques de se faire attendre!)
0
0
0
31
Neptune

Les manches étaient trop grandes,
Ou moi, trop petite,
J'étais cette image dégradante,
Cette illusion fantasmagorique,

Je me souviens, j'écoutais du Vivaldi,
En souvenir de mon ami,
La tête levée vers les étoiles,
Je faisais des constellations, une toile,

Je reliais les traits entre eux,
Pour dessiner son visage dans les cieux,
Quelques larmes perlaient de mes pupilles,
Il ne fallait pas que je vacille,

La paume tendue vers l'éternelle candeur,
Je n'étais pas à la hauteur,
Pour braver le dessein de son existence,
Pour combler le vide de son absence.
21
24
17
4
Josselin "Ad Hoc" Soucaille
Bonjour à tous ! Voici une petite nouvelle écrite dans le cadre d'un concours, qui a d'ailleurs décrochée le premier prix (non non je suis pas fier, je vous pas de quoi vous parlez). J'ai pris beaucoup de plaisir à écrire ce texte, qui appartient au genre du conte, genre que j'affectionne tout particulièrement.

N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez !

Bonne lecture !
2
0
0
9

Vous aimez lire Fabrice Claude ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0