Chapitre 26 Et le temps passa - Partie 5

15 minutes de lecture

Trente six mois plus tard.

Par une froide matinée d'hiver, Tabatha se rendait chez Sin fo et Hank. Cela faisait plusieurs jours qu'elle ne les avait pas vus, et elle voulait prendre de leurs nouvelles. Comme ils habitaient au centre du village, dans ce qui avait été le lieu de réunion de la communauté et qui était maintenant la maison du chef, Tabatha devait traverser la moitié du village. En effet, elle s'était installée seule six mois plus tôt dans une petite maison du quartier nord de Ts'ing Tao. Elle avait vécu quelques temps avec Maxou chez Archibald, mais lorsque Ellis avait donné naissance à son enfant, la cohabitation était devenue difficile. Jacob lui avait bien proposé de venir vivre chez lui, mais elle avait décliné son invitation. Bien qu'elle ait fini par comprendre les raisons qui l'avaient poussé à la laisser seule, elle ne lui avait jamais vraiment pardonné, et ils n'avaient pas retrouvé la complicité qui les liait lorsqu'elle était enfant. De plus, Tabatha estimait qu'elle était assez grande pour s'assumer seule désormais. Elle avait fêté ses quinze ans quelques semaines auparavant, et elle n'était plus une enfant.

Cela se traduisait avant tout par un changement de caractère. Bien sûr, les épreuves qu'elle avait traversées l'avaient rendue mature très tôt, et elle s'était assagie. Elle n'avait plus les nerfs à fleur de peau, ne s'énervait plus aussi rapidement, et ne pleurait plus à la moindre émotion trop forte. Elle avait aussi arrêté de faire des caprices, bien qu'elle ait conservé son caractère bien trempé. Tous ces changements venaient probablement de son train de vie différent. Sur Incuna, tout le monde était logé à la même enseigne, et le fait que personne ne sache qu'elle était la princesse de Vadkraam lui permettait de vivre plus simplement. Ici, tout le monde l'appréciait pour ce qu'elle était, et non pour son titre. De plus, son corps s'était transformé, prenant peu à peu l'aspect de celui d'une femme, ce qui lui valait encore plus de sympathie auprès des jeunes hommes de Ts'ing Tao. Elle avait toujours ses longs cheveux blonds et ses yeux myosotis hérités de sa mère. Sa bouille ronde d'enfant s'était affinée, tout en conservant les pommettes de son père, qui donnaient à son visage un air mutin. Elle avait gagné quelques centimètres, ainsi que quelques rondeurs au niveau des hanches et de la poitrine.

Depuis quelques temps, de nombreux garçons lui tournaient autour. Cela ne lui déplaisait pas, car elle avait conservé une part de vanité, mais ces garçons ne l'intéressaient pas. Le seul pour qui elle avait des sentiments, c'était Maxou. Lui l'avait connue lorsqu'elle était enfant, et avait tout de suite été adorable avec elle. Elle l'avait embrassé quelques mois après leur installation sur Incuna, mais ils étaient trop jeunes, et cela leur avait semblé trop étrange, si bien qu'ils étaient restés de simples amis, et ils n'avaient jamais recommencé. Mais à présent, elle pensait de plus en plus souvent à lui, et elle savait que ses sentiments avaient changé. Peut être en était-il de même pour lui. Tabatha se promit de prendre son courage à deux mains et d'aller lui en parler le soir même.

Après un bon quart d'heure de marche, Tabatha arriva enfin à la maison du chef. Elle n'était pas fâchée à l'idée de se retrouver à l'intérieur, car même s'il n'avait pas neigé depuis plusieurs jours, la température était toujours négative, et le froid lui mordait la peau malgré son lourd manteau et son étole. Elle allait pénétrer dans la cour intérieure lorsqu'un homme lui en barra l'accès. Tabatha essaya de le contourner, mais l'homme se plaça une nouvelle fois devant elle.

- C'est quoi votre problème, s'impatienta la jeune fille.

- Je ne dois laisser entrer personne.

Tabatha jura silencieusement. Elle avait oublié cette procédure stupide.

- Laissez-moi passer s'il vous plaît, je connais bien Sin fo et Hank, ce sont de vieux amis.

- Je doute que madame Ni et son mari aient des amis qui sortent à peine de l'école, lui répondit le garde goguenard.

La jeune fille leva les yeux au ciel en soupirant. Cet imbécile ne la reconnaissait pas. Évidemment. Il y avait trop de monde qui travaillait pour Sin fo et Hank, et les postes tournaient souvent. En fait, il y avait trop de monde à Ts'ing Tao. Un an et demi auparavant, lorsque Jacob était revenu avec les derniers habitants de Cosrock, la population de l'île avait doublé. Ts'ing Tao, qui n'était alors qu'un camp de réfugiés amélioré, se transforma en un véritable petit village. Cela n'avait pas posé de problèmes, car tout le monde se connaissait, même Tabatha, Sin fo et Hank, qui avaient côtoyé tous les habitants de Cosrock au moins quelques jours. Mais une fois que tout le monde fut installé, Jacob eut l'idée de faire venir encore plus de personnes. Il en parla à Sin fo et Hank, leur expliquant que beaucoup de gens se cachaient dans le royaume, et qu'eux aussi avaient le droit de vivre dans un endroit sûr, à l'abri des djaevels. Les deux jeunes gens avaient soumis cette idée au vote des habitants de Ts'ing Tao, qui avaient en grande majorité accepté. Jacob était donc une nouvelle fois parti, avec trois volontaires, et ils étaient revenus deux mois plus tard accompagnés d'une trentaine de personnes, hommes, femmes et enfants. On s'occupa de fournir un logement à tout le monde, et Jacob reprit la route avec de nouveaux volontaires. Il s'était ainsi trouvé un équilibre. Il passait quelques temps avec ses amis et Falmina, puis il quittait le village, et ses longs voyages lui permettaient de ne pas se sentir à l'étroit sur Incuna. À chaque voyage, il visitait une nouvelle ville, s'aventurant toujours plus au sud, et ramenant toutes les personnes qui acceptaient de le suivre. Il en profitait pour ramener des vivres, du matériel, des meubles, des vêtements, de la vaisselle, des sacs de semis, et même quelques animaux. Son plus grand succès fût de rapporter une quinzaine de moutons, ce qui promettait de la laine et du lait, notamment pour les nouveaux nés.

Petit à petit, la vie s'organisa sur Incuna, et chacun se trouva une occupation. La carrière au nord et les champs au sud débordaient d'activité, ainsi que les pâtures, le poulailler et les bateaux de pêche. Comme la communauté était devenue trop importante pour se gérer par elle-même convenablement, les habitants élurent un chef pour régler les conflits. Ce fût Sin fo qui fût désignée par une large majorité, et elle s'installa avec Hank dans la demeure où elle avait passé son enfance. La jeune femme fût dans un premier temps ravie, mais elle se rendit vite compte de la pénibilité de sa charge. De nombreuses personnes venaient quémander son avis ou son aide pour régler des problèmes qui étaient la plupart du temps futiles. C'est pourquoi Hank prit vite la décision d'engager du personnel pour garder leur maison. Cela donna du travail à quelques personnes, permit d’asseoir l'autorité de Sin fo, et surtout lui permit de ne plus être dérangée à tout bout de champ.

Malheureusement pour Tabatha, l'homme qui surveillait l'entrée ce jour-là la prenait pour une de ces enquiquineuses. Il n'était pas à Ts'ing Tao depuis très longtemps, comment aurait-il pu savoir que Tabatha était loin d'avoir eu une enfance comme les autres ? Cette dernière tenta de lui expliquer aimablement la situation :

- Je vous assure, ce sont des amis. Je ne viens pas les déranger, je veux seulement prendre de leurs nouvelles.

- Ils vont très bien.

- J'aimerais l'entendre de leur bouche.

- Bon, assez ri. Je n'ai pas plus de temps à perdre avec toi gamine !

En disant cela, il avait empoigné le bras de Tabatha et l'avait repoussée brutalement. La jeune fille glissa sur le sol gelé et bascula en arrière. Le garde sembla un peu gêné d'avoir réagi si violemment, mais il ne fit pas un geste pour l'aider. Sans un mot, Tabatha ramassa un peu de neige, se releva, et en fit une boule compacte.

- Va jouer ailleurs petite, avant que je ne m'énerve pour de bon.

Tabatha leva les yeux vers lui et sourit. Puis elle lança sa boule qui vint s'écraser contre le visage du garde. Celui-ci n'eut que le temps d'essuyer la neige qu'il avait dans les yeux avant de voir le poing de la jeune fille s'abattre sur son nez. L'homme poussa un juron et se pencha en avant en plaquant ses mains sur son visage pour empêcher le sang de couler. Tabatha en profita pour le bousculer et s'élancer dans la cour. Malheureusement, le garde retrouva très vite ses esprits et se lança à sa poursuite. La jeune fille courut aussi vite qu'elle le put sur le sol verglacé. Elle termina sa course par une longue glissade et s'abattit de tout son poids contre la porte, qui s'ouvrit à la volée. Le garde toujours sur ses talons, Tabatha courut à travers les couloirs en riant. Elle était contente d'avoir fait ravaler sa fierté à cet imbécile.

Soudain, elle vit surgir Hank au détour d'un couloir, et elle ne put s'arrêter à temps pour l'éviter. Elle le percuta de plein fouet, et Hank eut bien du mal à conserver son équilibre et empêcher Tabatha de tomber. La jeune fille rit de plus belle, et le garde les rejoignit avant qu'elle ait pu dire le moindre mot à Hank. L'homme salua Hank, une main toujours pressée sur son nez.

- Excusez-moi monsieur, je n'ai pas pu l'empêcher d'entrer.

- Ce n'est pas grave, je la connais.

Tabatha lança un regard moqueur au garde en lui tirant la langue.

- Mais qu'est-ce que vous avez au visage, demanda Hank.

- C'est elle monsieur, répondit l'homme en dévoilant son visage.

Hank se tourna vers Tabatha et lui demanda d'une voix mi-amusée, mi-surprise :

- Tu lui as mis un bourre-pif ?

- Il l'avait cherché !

- Les ordres étaient...

- Ça ira, trancha Hank. Je me charge d'elle. La prochaine fois, laissez-la entrer. Et toi ne cogne plus les gens, dit-il à Tabatha.

L'homme prit congé d'un signe de tête et s'éloigna en maugréant. Dès qu'il eut disparu au coin du couloir, Hank éclata de rire.

- Ton garde est un idiot, se justifia Tabatha.

- Je sais, et c'est justement parce qu'il n'est bon à rien d'autre que je l'ai mis là. Tu as bien fait de le frapper, je n'aime pas ce type.

- Il ne l'a pas vu venir. Du grand art, comme tu me l'as appris, dit Tabatha en mimant un coup de poing au ralenti.

- Je suis fier de toi, dit-il en lui ébouriffant les cheveux.

- Arrête ça, je ne suis plus une enfant, s'énerva-t-elle en le repoussant, avant de se recoiffer.

- Pour moi, tu seras toujours une sale gosse capricieuse. Allez viens, je t'offre un verre.

Quelques minutes plus tard, les deux amis étaient assis dans un salon privé, confortablement installés dans d'énormes fauteuils en cuir de mangolier. Une femme leur apporta une bouteille et deux verres sur un plateau et se retira sans un mot. Tandis que Hank remplissait les verres d'une boisson ambrée, Tabatha regarda autour d'elle et dit :

- Tu es vraiment bien installé, je n'en reviens toujours pas. Tu t'es embourgeoisé mon vieux !

- Oui, je trouve ça assez amusant quand on sait d'où je viens.

- Tu ne m'as jamais raconté ton enfance.

- Il n'y a rien de très intéressant à dire. Simplement, je ne suis pas né avec une cuiller en argent dans la bouche comme toi, sans vouloir te vexer.

- Il n'y a pas de mal. Il semblerait que les rôles soient inversés aujourd'hui.

Ils trinquèrent et Tabatha afficha un petit sourire en buvant la première gorgée.

- Qu'est-ce qui te fait rire ?

- Je viens de me souvenir que quand j'étais petite, mon père m'avait raconté l'histoire du prince et du pauvre, un soir pour m'endormir, et j'avais détesté cela.

Hank la laissa savourer ce souvenir quelques instants, avant de lui demander :

- Quel genre de relations avais-tu avec ton père ? Ce n'est pas trop difficile d'être la fille du roi ?

- Au contraire, j'ai eu une enfance très heureuse. Mes deux parents étaient formidables. J'avais six ans lorsque mon père est devenu roi, et malgré ses fonctions, il a toujours su trouver du temps pour moi. Il n'a jamais levé la main sur moi, n'a jamais haussé le ton, et je crois ne l'avoir jamais vu perdre patience. Pourtant, je n'avais pas un caractère facile quand j'étais petite.

- Ce n'est pas moi qui te contredirai sur ce point, assura Hank d'un ton très sérieux.

- Ce n'est pas la peine d'en rajouter, j'ai mûri ! En tout cas, je me souviens que les domestiques et les nobles semblaient parfois le craindre, donc j'imagine qu'il était capable de se montrer autoritaire.

- Il se montrait sûrement indulgent avec toi, c'est normal. Après tout, tu étais sa fille unique.

- En réalité, je crois que c'était son rôle de roi qu'il jouait. Il était foncièrement gentil, et quand tu es au pouvoir, cela peut être considéré comme de la faiblesse.

- Ça avait l'air d'être un homme de bien.

- C'est vrai, après tout, ce n'était qu'un homme. Pour moi, il était mon père, et je le pensais tout puissant, invincible. Lorsqu'on est enfant, on n'imagine pas que ses parents puissent être faillibles. Ce n'est que la dernière fois que je l'ai vu que j'ai pris conscience qu'il était un homme comme les autres. Je n'oublierais jamais la terreur dans ses yeux. Je crois qu'il savait qu'il ne remporterais pas la bataille.

- Tu penses qu'il a été capturé ?

- J'aimerais croire que ma mère et lui ont pu s'échapper, comme je l'ai fait. Mais ils sont allés au devant de l'ennemi, et les djaevels ne sont pas du style à faire des prisonniers.

Une larme roula sur la joue de la jeune fille, et elle ne chercha ni à la cacher, ni à l'essuyer. Hank respecta un instant de silence, avant de lui demander :

- Ça va aller ? Si tu as besoin de moi...

- Ne t'en fais pas, j'ai eu le temps de me faire à cette idée. Mes parents ont probablement donné leur vie pour sauver la mienne. Tout ce que je peux faire désormais, c'est d'honorer leur mémoire en vivant paisiblement.

- Trinquons à ça.

Ils entrechoquèrent leurs verres et les vidèrent d'un trait. Tandis que Hank la resservait, Tabatha lui demanda :

- Et toi, tu ne voudrais pas avoir des enfants ?

- On en a souvent parlé avec Sin fo, et pendant longtemps j'ai refusé. Je ne me sentais pas prêt, pas à la hauteur. Mais maintenant nous sommes enfin posés, nous avons une vie paisible, comme tu le disais, alors la situation est idéale pour élever des enfants. Nous essayons, mais pour l'instant, il n'y a pas de bébé en vue.

- Tu me le diras quand cela sera le cas ?

- Tu seras la première informée, lui assura Hank.

Une heure plus tard, Tabatha ressortit de chez Hank, en prenant bien soin de saluer le garde à l'entrée. Elle voulait voir Sin fo au plus vite, car la nuit tombait tôt en hiver, et elle devait encore traverser la moitié de la ville. En effet, Hank lui avait expliqué que Sin fo travaillait ce jour-là aux champs, sur les rives du lac. Ce n'était bien sûr pas la saison des plantations, mais les terres en jachères devaient être retournées, et pour cela le pouvoir de Sin fo valait une dizaine de charrues. Tabatha suivit la rue principale jusqu'à la bordure de l'île, puis elle prit la direction du pont. Celui-ci avait été construit quelques mois plus tôt, afin de faciliter les transports vers les champs, qui prenaient trop de temps en bateau. De plus, lorsque le lac était gelé comme ce jour-là, les embarcations étaient bloquées à quai. Tabatha salua la femme qui gardait le pont, ainsi que les trois hembras qui lui tenaient compagnie. Beaucoup d'humains avaient eu du mal à s'habituer à la présence des hembras, mais d'autres ne s'étaient pas formalisés de leur aspect animal. Comme les hembras ne vivaient pas toute l'année sur Incuna, on ne leur avait pas attribué de fonctions, mais la plupart mettaient leurs dons au service des habitants de Ts'ing Tao le temps qu'ils vivaient parmi eux.

Lorsque Tabatha retrouva Sin fo, elle était seule, debout au milieu d'un champ. Elle s'approcha d'elle et la salua, avant de lui demander :

- Où sont tous les autres ? Hank m'as dit que tu serais au travail.

- Je leur ai donné leur journée. Je n'avais pas besoin d'eux ici, alors par ce froid, autant qu'ils restent chez eux.

- J'aurais bien passé la journée au chaud moi aussi, mais tu m'as obligée à me traîner jusqu'ici pour te voir.

- J'en suis désolée, mais tu ne m'avais pas dit que tu voulais venir aujourd'hui, et puis cela fait plusieurs jours que je repousse ce travail. D'ailleurs, évite de bouger une minute s'il te plaît.

Sin fo tendit les bras devant elle, paumes tournées vers le sol. La terre trembla quelques instants, puis des centaines de pierres plus ou moins grosses sortirent de sous la neige.

- Voilà, reprit Sin fo en regardant autour d'elle en se frottant les mains pour les réchauffer. Ils n'auront plus qu'à ramasser tout cela, et dès que les beaux jours seront là, nous pourrons semer directement.

- C'est pratique, c'est sûr, mais je préférais quand tu défonçais des murs de briques.

- Ce n'est plus de mon âge ce genre de choses, répondit Sin fo en riant.

- Et puis ce n'est pas un exemple à donner à tes enfants.

- Qui t'a parlé de cela ?

- Hank bien sûr. Je t'ai dit que je l'avais vu avant de te rejoindre.

- Je ne voulais pas en parler avant d'attendre un enfant. Cela ne me dérange pas que tu sois au courant, mais s'il te plaît, ne le répète à personne.

- Tu me connais je suis une tombe.

- Ah oui ? Depuis quand ?

- Je ne vois vraiment pas pourquoi je fais tant d'efforts pour te voir, soupira Tabatha, tu es trop désagréable.

- Tu sais bien que je te taquine. Retournons en ville, je t'offrirais un verre pour me faire pardonner.

Alors qu'elles se dirigeaient vers les rives du lac et le pont menant à Ts'ing Tao, Tabatha demanda à son amie :

- Peut-on aller à l'auberge ?

- Il risque d'y avoir beaucoup de monde. Tu ne préfères pas aller chez moi ?

- En fait, j'avais prévu de voir Maxou ce soir...

Sin fo tourna son regard vers Tabatha et vit que celle-ci avait rougi.

- D'accord j'ai compris. Nous éviterons de boire de l'alcool dans ce cas.

- Pourquoi ? Je suis assez vieille, et j'adore la bière que Jacob a ramenée du centre du royaume.

- Je ne dis pas le contraire, et tu es assez grande pour savoir ce que tu fais, mais si la soirée se déroule comme tu l'espères, crois-moi, tu voudras t'en souvenir demain.

Elles venaient de s'engager sur le pont lorsque Sin fo ressentit une impression étrange. Elle utilisa sa perception et sentit que les esprits à la frontière de l'île étaient perturbés et semblaient s'écarter d'un point précis. Jacob étant parti depuis plusieurs semaines, elle supposa que c'était lui qui revenait, et que son groupe effrayait les animaux sur son passage. Elle n'identifia pas formellement l'esprit de son ami, mais elle avait beaucoup usé de son pouvoir ce jour-là, et elle mit cela sur le compte de la fatigue. Malgré tout, elle ressentit une présence familière, ce qui la conforta dans l'idée qu'il s'agissait de Jacob. Elle en fit part à Tabatha et lui proposa de l'attendre. Elles s'adossèrent donc au garde-fou de manière à patienter. Après seulement dix minutes, elles virent un homme sortir de la forêt, de l'autre côté des champs. En les voyant, l'homme s'immobilisa et se retourna pour crier quelques mots que les deux jeunes femmes ne comprirent pas. L'homme fut rejoint par une dizaine de personnes.

- Ils ont été rapides, s'étonna Tabatha. Jacob n'est pas avec eux ? Je ne le vois pas.

- Je ne sais pas d'où ils viennent, mais ils n'ont pas l'air très couverts. Tu as vu leurs habits ?

Soudain, l'homme qui était sorti en premier les pointa du doigt, et tous ses compagnons se mirent à courir dans leur direction. Les deux jeunes femmes furent surprise une seconde, puis elles virent des centaines de personnes sortir de la forêt en courant, et elles comprirent.

- Des djaevels !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Gwenouille Bouh
Un Héros, qui n'a pas rêvé un jour d'en devenir un ?
C'est aussi le rêve de Yuling, qui pour retrouver son frère, se met en quête d'aventure. Mais pour parvenir à son but, il lui faudra déjà surmonter bien des épreuves ; un partenaire imbu de lui-même, une école d'élite, un Maître impétueux ainsi qu'un dragon dont elle a bien du mal à se faire entendre !
Parviendra-t-elle à s'y retrouver ? Ou finira-t-elle, comme bien d'autres avant elle, dévorée par son dragon ?
422
649
2506
285
Alain Foucault

Le courage, la force puis, l'assurance et l'audace,...
La hardiesse, ce qui inspire...
La joie.
La tristesse qui étreint le coeur, le comprime, lui fait mal.
L'autre qui interpelle.
Celui qui vous frappe.
Vaciller, se relever,...
Faire un pas.
3
6
0
0
Plopolom

Dans l'ombre je cherche encore
le p'tit moi, ce grand trésor,
ce gain qu'on m'a tant promis,
si je regardais dans mon nombril.

Dans l'ombre, j'me cogne encore,
au p'tit moi, qui est bien fort
qui tape du pied, qui rue, qui cri!
Qu'on l'aime enfin! Qu'on l’apprécie!

Dans l'ombre, je souris encore
à ce p'tit moi, à ce petit corps
qui m'appelle pour s'aimer
et que je vienne pour l'y aider

Dans l'ombre je chante encore,
A mes amours, vivants et morts
et ce p'tit moi qui chie des mots
parce que ça apaise nos maux.

Dans l'ombre, je m'anime encore,
Pour suinter l'soleil par tous les pores,
Tourner p'tit moi vers ma famille,
Mes amis, se donner aussi a autrui.

En ombre, je regarde encore,
le monde autour, la faune, la flore...
Je m'en abreuve et laisse couler
Tout mon amour de l'encrier.

D

1
3
0
1

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0