Chapitre 26 Et le temps passa - Partie 2

7 minutes de lecture

Six mois plus tard.

Après ce jour, une nouvelle complicité était née entre Sin fo et Tsu'il. Ils avaient longuement parlé de leurs pouvoirs, de ceux des autres hembras, et de ceux que Sin fo avaient pu voir à l'œuvre lorsqu'elle vivait à Ts'ing Tao. Il était ressorti de leurs discussions que les pouvoirs des habitants de Ts'ing Tao étaient plus variés que ceux des hembras, qui se rattachaient le plus souvent aux éléments naturels. Tsu'il, qui était jusqu'alors persuadé que la maîtrise des éléments était réservée aux seuls hembras, dut réviser complètement son jugement sur les hommes. Ils débattirent longtemps sur la question de l'inné et de l'acquis. Tsu'il misait sur la transmission des pouvoirs, et Sin fo sur l'acquisition à force de travail. Pendant un moment, ils envisagèrent même que leurs pouvoirs soient liés à leur environnement. En effet, l'île d'Incuna, et toute la région autour d'elle, semblaient propices au développement de ces aptitudes. Néanmoins, ils écartèrent bien vite cette idée, car si Tsu'il n'avait jamais quitté la région, Sin fo avait beaucoup voyagé, à travers tout le royaume et même au delà du monde connu, et cela n'avait jamais affecté sa maîtrise de ses pouvoirs. Ils finirent par se mettre d'accord sur l'hypothèse selon laquelle tout le monde pouvait développer un pouvoir, mais que vivre dans une famille de gens doués de pouvoirs donnait des prédispositions. En partant de ce principe, Sin fo regarda certains de ses souvenirs d'un autre œil. Elle en parla un jour avec Hank alors qu'ils étaient au lit dans leur nouvelle maison.

- J'y ai un peu réfléchi, et je crois qu'il est possible que tu aies un pouvoir toi aussi.

- Tu te moques de moi ?

- Pourquoi pas ?

- Je m'en serais rendu compte, tu ne crois pas ?

- Souviens-toi, quand les hembras sont arrivés sur l'île, nous étions attaqués par des nuées d'oiseaux, et ils se sont tous dispersés sur un mot de ta part, dit Sin fo en écartant les bras.

- Ça n'était pas de la magie, réfuta Hank, je leur ai simplement fait peur en criant.

- Et cet oiseau, à Cosrock, qui t'obéissait au doigt et à l'œil, insista Sin fo. Reconnais que cela n'avait rien de naturel.

- C'est vrai, mais tu m'as dit que ton pouvoir s'était manifesté lorsque tu avais trois ans, et la plupart des enfants hembras savent déjà contrôler le feu ou geler l'eau. Non, si j'avais un pouvoir, je le maîtriserais depuis des années.

- Quand tu étais petit, as-tu vu qui que ce soit exercer de la magie ?

- Non, à part des prestidigitateurs et des charlatans.

- Donc, tu n'as eu personne pour t'apprendre, et tu ne pouvais pas y penser tout seul. Lorsque tu t'adresses aux oiseaux, ne se passe-t-il rien d'inhabituel ?

- C'est vrai que... Mais non, c'est impossible, j'ai dû me tromper.

- De quoi parles-tu ?

- Non, non, ça n'a sûrement rien à voir.

- Raconte-moi, ne te fais pas prier !

- Quand on était à Cosrock...

- Avec le corbeau, dans ta chambre ?

- Non, le premier jour. Souviens-toi, on était partis chacun de notre côté, et à un moment, je ne savais pas quelle direction prendre. Il y avait un moineau sur une branche et je lui ai posé la question. En fait, je me parlais plutôt à moi-même à haute voix. Toujours est-il qu'il m'a répondu. Je sais que ça semble impossible, mais je l'ai clairement entendu prononcer ton nom. Bien sûr, j'ai mis ça sur le compte de la fatigue, j'ai cru que je divaguais, mais quand il s'est envolé, je l'ai suivi. Je n'ai pas vraiment réfléchi, je sentais au fond de moi que c'était la meilleure chose à faire.

- Tu as suivi ton instinct. C'est grâce à cet oiseau que tu m'avais retrouvée ce jour-là ?

- Non, en fait il m'a mené droit sur Falmina et les djaevels !

Nos deux héros éclatèrent de rire.

- Tu as bien fait de suivre ton instinct !

- Voilà tout ce qu'on gagne à faire confiance à une cervelle d'oiseau.

Ils rirent encore quelques instants, puis Sin fo reprit :

- Plus sérieusement, l'instinct c'est une très bonne chose. Ce n'est pas en réfléchissant sans cesse et en analysant que tu feras une bonne utilisation de ton pouvoir.

- Toi quand tu as une idée... Tu es déjà persuadée que j'ai un pouvoir magique.

- Bien sûr ! Tu as juste besoin de t'exercer un peu. Je me chargerai de toi.

Hank se redressa sur un coude et tout en regardant sa femme droit dans les yeux lui dit :

- En attendant, c'est moi qui vais m'occuper de toi !

Et tandis que Sin fo l'attrapait derrière la nuque pour l'embrasser, il rabattit la couverture au dessus de leurs têtes.

Les jours suivants, Sin fo s'évertua à enseigner à son mari la maîtrise de son pouvoir. Elle tenta de lui faire ressentir un flux de puissance, une variation, quoi que ce soit de différent ou d'inhabituel, mais il ne comprenait pas où elle voulait en venir. Il avait beau faire le vide dans son esprit, il ne décelait aucune parcelle d'énergie magique en lui. C'était quelque chose de totalement nouveau pour lui, et il n'est pas facile de reconnaître quelque chose qu'on n'a jamais vu. Un jour, Hank resta si longtemps sans bouger qu'il s'endormit. Mais la plupart du temps, il perdait très vite patience et se levait en faisant de grands gestes, puis faisait les cent pas dans la pièce pour retrouver son calme. Pendant huit jours, ils n'obtinrent pas d'autres résultats, puis Sin fo eut l'idée de s'adresser à Tsu'il pour savoir si l'un des hembras avait un pouvoir similaire. Par chance, l'un d'eux possédait ce don, et il accepta de les aider. En fait, c'était cet hembra qui avait lancé les oiseaux sur Tabatha, Sin fo et Hank lors de l'attaque hembra, et il était curieux de savoir comment Hank avait pu contrecarrer son sort. La première chose qu'il fit fut de dire à Sin fo que sa méthode n'était pas la bonne, et d'emmener Hank à l'extérieur. Une fois dehors, il siffla une simple note, et aussitôt une cinquantaine d'oiseaux vinrent se poser à ses pieds, sur ses bras et ses épaules. L'hembra, qui se nommait Tek'listar, expliqua à Hank qu'il lui faudrait faire appel à l'énergie magique pour atteindre ce niveau, mais que pour débuter, il devait simplement faire preuve de confiance en lui pour parvenir à se faire obéir par les oiseaux. Il lui conseilla de commencer par un seul oiseau, et d'apprendre toutes les subtilités de son langage avant de passer à un autre. Tek'listar s'occupa de la formation de Hank jusqu'à ce qu'il sache se servir de son pouvoir de manière consciente, puis il passa le flambeau à Sin fo, qui tenta à nouveau de lui enseigner la maîtrise des flux d'énergie.

À la fin de l'hiver, les hembras décidèrent de repartir vers leurs terres plus au nord. Sin fo, Hank, et plusieurs autres humains ne souhaitant pas les voir partir les convainquirent de rester quelques semaines de plus, mais au milieu du printemps, Tsu'il leur annonça qu'ils ne pouvaient plus repousser le départ. Tous, humains et hembras, s'étaient réunis près du lac en ce jour de la mi-Alouë. Certains hembras avaient hâte de partir, mais d'autres, comme Tsu'il, avaient le cœur lourd. Tous se serrèrent la main, ceux qui étaient devenus amis échangèrent des accolades, et les enfants de Selina et Wayne pleurèrent car ils ne voulaient pas laisser partir leurs camarades. Indesit et Riordan pleuraient elles aussi à chaudes larmes, ce qui agaça Sin fo, qui échangea un regard amusé avec Tabatha et Ellis en levant les yeux au ciel. Hank serra fermement la main de Tsu'il, qui désigna le corbeau perché sur l'épaule du jeune homme et demanda à Sin fo :

- Vous n'en avez plus peur ?

- Non, je m'y suis habituée. C'est vrai qu'au début, cela me mettait mal à l'aise de voir cet animal partout, à cause d'un rêve étrange que j'avais fait. Mais j'ai vite compris que je n'avais rien à craindre, et que Hank n'aurait pas pu avoir de compagnon plus affectueux.

Hank caressa d'un doigt le cou du corbeau, qui répondit en le mordillant affectueusement. Le jeune homme demanda à Tsu'il :

- On va se revoir très vite, n'est-ce pas ?

- Bien sûr, dès la saison prochaine mon ami. Ne croyez-pas que nous vous laisserons profiter seuls de cette île, humains arrogants !

- Je n'en attends pas moins de vous, espèce de boule de poils !

Le jeune homme et l'hembra se toisèrent une seconde, avant d'éclater de rire au même instant. Hank souhaita bon voyage à son ami, puis les hembras prirent la route, Tsu'il en tête. Ils longèrent la rive ouest du lac, marchant en direction du nord, et commencèrent l'ascension de la montagne. Très vite, la colonne des hembras ne fut plus qu'un trait noir à l'horizon, comme un insecte rampant sur le flanc de la montagne. Dans la soirée, alors que les soleils déclinaient à l'ouest, Sin fo annonça à ses amis :

- Je ne sens plus leurs esprits. Tous les hembras ont quitté Incuna.

Pour la première fois depuis six mois, le petit groupe de femmes et d'hommes partis de Cosrock se retrouvait à nouveau seul. Cette nuit-là, leur île leur parut immensément grande.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Gwenouille Bouh
Un Héros, qui n'a pas rêvé un jour d'en devenir un ?
C'est aussi le rêve de Yuling, qui pour retrouver son frère, se met en quête d'aventure. Mais pour parvenir à son but, il lui faudra déjà surmonter bien des épreuves ; un partenaire imbu de lui-même, une école d'élite, un Maître impétueux ainsi qu'un dragon dont elle a bien du mal à se faire entendre !
Parviendra-t-elle à s'y retrouver ? Ou finira-t-elle, comme bien d'autres avant elle, dévorée par son dragon ?
422
649
2506
285
Alain Foucault

Le courage, la force puis, l'assurance et l'audace,...
La hardiesse, ce qui inspire...
La joie.
La tristesse qui étreint le coeur, le comprime, lui fait mal.
L'autre qui interpelle.
Celui qui vous frappe.
Vaciller, se relever,...
Faire un pas.
3
6
0
0
Plopolom

Dans l'ombre je cherche encore
le p'tit moi, ce grand trésor,
ce gain qu'on m'a tant promis,
si je regardais dans mon nombril.

Dans l'ombre, j'me cogne encore,
au p'tit moi, qui est bien fort
qui tape du pied, qui rue, qui cri!
Qu'on l'aime enfin! Qu'on l’apprécie!

Dans l'ombre, je souris encore
à ce p'tit moi, à ce petit corps
qui m'appelle pour s'aimer
et que je vienne pour l'y aider

Dans l'ombre je chante encore,
A mes amours, vivants et morts
et ce p'tit moi qui chie des mots
parce que ça apaise nos maux.

Dans l'ombre, je m'anime encore,
Pour suinter l'soleil par tous les pores,
Tourner p'tit moi vers ma famille,
Mes amis, se donner aussi a autrui.

En ombre, je regarde encore,
le monde autour, la faune, la flore...
Je m'en abreuve et laisse couler
Tout mon amour de l'encrier.

D

1
3
0
1

Vous aimez lire William BAUDIN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0