Imaginez, je parle de folie

Une minute de lecture

  Imaginez, je parle de folie. Prenez le visage du chérubin, cet enfant à peine venu à la vie qui babille et déglutit ses premiers mots comme des bulles de savon irisées, infiniment dociles. Ce chérubin qui vous émeut, plaquez-lui son masque de vieillesse d’une façon qui ne permette nul retour en arrière. Alors vous aurez soudain l’image de la pure folie, cette inadéquation entre un présent qui sourit et un futur qui grimace. La folie n’est que le décalage temporel ramené à l’étincelle de l’instant : toutes les apories s’y assemblent avec la précision plâtreuse et tragique d’un masque mortuaire.

   C’est quand les traits se figent, que le temps s’arrête qu’il devient perceptible, tangible, au point qu’il revêt la vêture effrayante de l’arrêt. Car, de toutes les esquisses qui symbolisent le temps, l’immobile est celle qui se donne comme la plus inconcevable. Bougez tant que vous le pouvez. Jamais  vous n’aurez été si vivants ! Le temps est votre implacable ennemi. Alors, tuez-le !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Marianne Landry
Texte pour le défi bref.
13
4
1
0
Adrien Osselin
On dit souvent que la vie tient à de petits riens. Moi c’est une soupe miso qui transforma la mienne du jour au lendemain...
30
24
156
8
NATOS

Je suis face à mon écran, mes mains caressent le clavier, la solitude se fait pesante !
Quel site vais-je choisir, «Meetic», «Elite ou «Darling» ? Je ne vais quand même pas m'abaisser à surfer sur ces sites pornos où des belîtres arborant saucisses et grenades enfourchent gaillardement des matrones péripatéprostiputes photoshopées. Non je pense valoir mieux que cela, j'opte pour «Darling».
C'est quoi déjà mon Log in ? Ah oui «Tulavu-Tulavu», merde j'ai oublié mon mot de passe, franchement ça me fait flipper tous ces passwords à retenir. OK je donne mon émail, je vais recevoir un message de réactivation.
Ça y est, je clique sur le lien débile et hyper codé, et j'inscris mon nouveau mot de passe :«Monku» ! La lucarne des promesses de rencontres sérieuses et désintéressées s'éclaire, allons voir ce que la providence connectée me propose.
Tiens elle est pas mal Gabriella, jolie brune habitant dans un rayon de 50 km ça peut le faire, allez, je la contacte !
Clic clic clic, gentil toutou sans collier, cherche Maîtresse caressante.
Sa réponse m'arrive instantanément dans des termes si tranchants qu'on les croirait taillés à la faux. Tu me prends pour qui, je ne suis pas une P... si tu ne changes pas de ton, je te signale à l'administrateur, compris ?
Dire que je me calme aussitôt est un doux euphémisme ? Clic clic clic, Ne te méprends pas Gabriella, je suis un garçon sérieux, c'était juste un message d'accroche.
- Et bien c'est loupé, moi je décroche, bye.
Bon , j'ai encore tout gâché avec mon humour de gamin attardé, il ne me reste plus qu'à aller squatter le cellier, à m'empiffrer comme un glouton, et à me coucher avec ma maladresse chronique.
7
10
3
1

Vous aimez lire jean-paul vialard ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0